29/09 18:02

Trois fois plus de migrants ont trouvé la mort ou ont disparu cet été en tentant de franchir la Méditerranée, alerte l'Unicef: "La Méditerranée est devenue un cimetière pour les enfants"

Un « cimetière pour les enfants ». Trois fois plus de migrants ont trouvé la mort ou ont disparu cet été en tentant de franchir la Méditerranée, a alerté l'Unicef, en pleines tractations diplomatiques côté européen sur le dossier migratoire.

Entre juin et août, au moins 990 personnes ont fait naufrage en Méditerranée centrale, route maritime la plus dangereuse au monde reliant l'Afrique du Nord à l'Europe, soit trois fois plus que les 334 migrants qui avaient perdu la vie sur la même période en 2022, selon un décompte de l'agence onusienne pour l'enfance. Si la part totale des enfants n'est pas chiffrée (l'Unicef en a recensé une dizaine par semaine en juillet), ce sont 11.600 « mineurs non accompagnés » qui ont tenté de se rendre en Italie entre janvier et mi-septembre 2023 à bord d'embarcations de fortune, soit 60% de plus que sur la même période l'année dernière (7.200), a souligné l'agence à l'AFP.

« La Méditerranée est devenue un cimetière pour les enfants et leur avenir. Le bilan tragique des enfants morts en quête d'asile et de sécurité en Europe est le résultat de choix politiques et d'un système migratoire défaillant », a estimé Regina De Dominicis, qui coordonne le sujet à l'Unicef. Au total, a résumé jeudi le Haut-commissariat aux réfugiés de l'Onu, lors d'une réunion du Conseil de sécurité consacrée à la crise en Méditerranée, cela porte à plus de 2.500 migrants morts ou portés disparus entre le 1er janvier et le 24 septembre 2023, en augmentation de 50% sur un an.

Les images spectaculaires des arrivées mi-septembre sur la petite île italienne de Lampedusa ont remis sur le métier le dossier brûlant de la coopération européenne en matière de gestion des flux migratoires. Avec 8.500 personnes qui ont débarqué en trois jours sur l'île, soit plus que sa population totale, les arrivées ont suscité une crise locale à Lampedusa et une tempête politique en Italie, qui multiplie les mesures d'urgence et de fermeté depuis.

Dernier exemple en date: le gouvernement de Giorgia Meloni, à la tête d'une coalition de droite et d'extrême droite, a approuvé mercredi soir en conseil des ministres un projet de décret qui ouvre la possibilité de placer les mineurs non accompagnés de plus de 16 ans dans des structures pour adultes et de leur faire passer des examens médicaux pour déterminer leur âge. Si le projet doit encore être approuvé par le Parlement, où le gouvernement ultra-conservateur dispose d'une majorité absolue, le texte autorise les « mesures anthropométriques » et des examens tels que des radiographies pour déterminer l'âge des jeunes migrants. Objectif: « Il ne sera plus possible de mentir sur votre véritable âge » pour échapper à une possible expulsion, a averti Giorgia Meloni sur sa page Facebook.

Une disposition « inquiétante », s'est alarmé auprès de l'AFP le porte-parole de l'Unicef en Italie, Andrea Iacomini.

Sur la scène européenne, la situation en Méditerranée a relancé les discussions à Bruxelles autour du pacte migratoire, enlisé dans les dissensions depuis sa présentation en 2020 par la Commission européenne. Le projet de réforme européenne prévoit notamment un renforcement des frontières extérieures ou encore un mécanisme de solidarité entre les Vingt-Sept dans la prise en charge des demandeurs d'asile. Les dirigeants des neuf pays méditerranéens de l'UE doivent encore se retrouver ce vendredi à Malte pour accorder leurs positions sur ce dossier.

« L'adoption d'une réponse à l'échelle européenne pour soutenir les enfants et les familles » est « absolument nécessaire pour éviter que davantage d'enfants ne souffrent », a repris Regina De Dominicis, de l'Unicef. Selon l'agence de l'Onu, ce sont « la guerre, les conflits, la violence et la pauvreté » qui poussent les enfants « à fuir seuls leur pays d'origine ».

Après les risques « d'exploitation et d'abus à chaque étape » de l'exil, de naufrage en mer, ceux qui atteignent les rives européennes sont d'abord « détenus » dans des centres avant d'être transférés vers des structures d'accueil « généralement closes », déplore l'Unicef. L'agence dénombre 21.700 enfants non accompagnés dans ces centres en Italie, contre 17.700 il y a un an.

A cet égard, le dernier tour de vis italien inquiète particulièrement: « On ne peut pas les mettre avec des adultes », avertit en Italie Andrea Iacomini.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ocarina
30/septembre/2023 - 12h57
Australopithèque a écrit :

je vous rappelle qu l'ocean viking est affrété conjointement par  SOS Méditerranée ET la CROIX ROUGE

Tu peux rajouter avec les applaudissements de l'ONU ; bref des gens qui ne les nourrissent pas après....

 

Portrait de Decenale
30/septembre/2023 - 09h15
Ocarina a écrit :

S'il n'y avait pas des ONG criminelles financés par nos impôts tel "SOS MEDITERRANEE" à aller les récupérer en mer, ils seraient bien moins nombreux à tenter la traversée ; ces ONG ne sont qu'un appel d'air à l'immigration et à bord des bateaux, ils ont le culot de leurs donner des cours aux bonnes réponses à donner aux autorités européennes pour obtenir le droit d'asile, une honte ces ONG qui sont de grands criminels !!!

Les ONG ne les envoient pas en Asie, en Russie, dans les richissimes émirats etc. Elles les envoient dans les pays de gauche.

Donc la responsabilité en amont, c'est bien celle des européens qui votent pour de la merde et font tout pour inciter ces gens à venir.

Si les gens avaient voulu sauver ces "enfants" il suffisait de voter Zemmour. Si ils n'étaient pas attirés par les aides sociales, ils resteraient chez eux.

Portrait de Ocarina
29/septembre/2023 - 20h21

S'il n'y avait pas des ONG criminelles financés par nos impôts tel "SOS MEDITERRANEE" à aller les récupérer en mer, ils seraient bien moins nombreux à tenter la traversée ; ces ONG ne sont qu'un appel d'air à l'immigration et à bord des bateaux, ils ont le culot de leurs donner des cours aux bonnes réponses à donner aux autorités européennes pour obtenir le droit d'asile, une honte ces ONG qui sont de grands criminels !!!

Portrait de Mollux
29/septembre/2023 - 19h46
Marie Olait a écrit :

Je me rappelle cet hiver en espagne, quand les ong leur donnaient à tous des fringues et des doudounes flambant neuves. Tout partait immédiatement dans les poubelles parce que messieurs voulaient de la marque...

Source?

Portrait de Mollux
29/septembre/2023 - 19h46
lefrydusud66 a écrit :

Tout comme nos SDF en France, qui crève la faim dans l’indifférence totale, et a eu on ne leur offre pas de Portable, même si la misère humaine ne se compare pas

Vous voulez parler des sdf sur qui tout le monde crachait avant dans l'indifférence générale avant de revenir en grâce depuis les migrants?C'est tellement pratique.

Portrait de dede35
29/septembre/2023 - 18h46

Parents criminels  la honte

Portrait de Marie Olait
29/septembre/2023 - 18h19
lefrydusud66 a écrit :

Tout comme nos SDF en France, qui crève la faim dans l’indifférence totale, et a eu on ne leur offre pas de Portable, même si la misère humaine ne se compare pas

Je me rappelle cet hiver en espagne, quand les ong leur donnaient à tous des fringues et des doudounes flambant neuves. Tout partait immédiatement dans les poubelles parce que messieurs voulaient de la marque...

Portrait de Etienne44
29/septembre/2023 - 18h16 - depuis l'application mobile

Un cimetière pour les enfants ? Il n'y a que des trentenaires de sexe masculin qui se font passer pour des mineurs !

Portrait de Marie Olait
29/septembre/2023 - 18h13

Ils ont qu'à pas venir