12/09 16:53

Disparition du petit Emile: Les enquêteurs n'ont rien trouvé lors de leurs fouilles d'une dalle dans le hameau du Haut-Vernet - Une maison, à quelques centaines de mètres de celle de la famille, a été fouillée toute la journée

16h51: Les enquêteurs n'ont rien trouvé lors de leurs fouilles d'une dalle au Haut-Vernet, indique le procureur d'Aix-en-Provence à BFM TV

14H26: Depuis plusieurs heures, les enquêteurs en charge de l'enquête sur la disparition du petit Emile fouillent une maison du hameau du Haut-Vernet située à quelques centaines de mètres de la maison des proches du jeune garçon, porté disparu depuis plus de deux mois, selon BFMTV.

Nos confrères indiquent que "munis d’un marteau-piqueur, les enquêteurs procèdent actuellement à la destruction d’une grande dalle en béton, posée au cours de travaux menés par une entreprise de BTP cet été". Il y a quelques semaines, un sonar avait détecté une anomalie sous cette dalle, qui avait été détruit en partie. Un magistrat interrogé par BFMTV précise que "c’est pour l’instant une levée de doutes à laquelle nous assistons".

Emile, 2 ans et demi, qui était gardé par ses grands-parents dans leur maison du Vernet, a disparu depuis le samedi 8 juillet dernier. Le petit garçon jouait dans le jardin de la maison de ses grands-parents, dans ce village de 125 habitants, quand il a disparu vers 18h00, dans un secteur escarpé. Les grands-parents résident précisément dans le hameau du Haut-Vernet, 25 habitants, à plus d'un kilomètre du village lui même.

Les parents d'Emile ont passé une grande partie de l'été dans le hameau du Haut-Vernet, deux kilomètres plus haut, dans la maison familiale d'où a disparu le garçonnet. C'est ici qu'ils ont reçu, à leur demande, un journaliste de l'hebdomadaire Famille Chrétienne, pour leur première et unique prise de parole jusque-là.

"On imagine forcément le pire, mais on ne peut s'empêcher d'espérer…", dit Colomban. "Cela ne nous fait pas peur de demander à Dieu un miracle…", poursuit Marie, dans ce long entretien publié fin août. "On dit souvent que Jésus nous aide à porter la Croix, mais nous, nous l'avons vraiment senti !", expliquent-ils.

Fin juillet, l'enquête, d'abord confiée au parquet de Digne-les-Bains puis transférée à des juges d'instruction d'Aix, a basculé sur une qualification criminelle "d'enlèvement" et "séquestration". Une décision purement technique qui n'est pas liée à une avancée particulière, insiste le parquet, mais qui permet "plus de souplesse" dans les investigations.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions