06/09 11:16

Deux mois après, la disparition du petit Emile, 2 ans et demi, dans un hameau alpin, reste inexpliquée et les enquêteurs "continuent à exploiter des pistes"

Deux mois après, la disparition d'Emile, deux ans et demi, dans un hameau alpin, reste inexpliquée et les enquêteurs "continuent à exploiter des pistes". Les parents, eux, se cramponnent à leur foi et n'ont "pas peur de demander à Dieu un miracle".

Le dossier est sensible, mais le procureur de la République d'Aix-en-Provence n'a "rien de significatif à dire". Pour autant, "non, l'enquête n'est pas au point mort, on continue à exploiter des pistes", assure Jean-Luc Blachon auprès de l'AFP. Refusant de "parler des actes d'investigations en cours", le magistrat rappelle cependant qu'"il y a une cellule d'investigation nationale très active" sur le dossier.

Fin juillet, l'enquête, d'abord confiée au parquet de Digne-les-Bains puis transférée à des juges d'instruction d'Aix, a basculé sur une qualification criminelle "d'enlèvement" et "séquestration".

Une décision purement technique qui n'est pas liée à une avancée particulière, insiste le parquet, mais qui permet "plus de souplesse" dans les investigations. Au Vernet, l'agitation des dernières semaines est retombée. Les alpages ont jauni, les volets des chalets secondaires sont fermés et les 130 habitants de ce village des Alpes-de-Haute-Provence, dont la population monte jusqu'à 800 habitants l'été, préparent sa veille automnale.

Les parents d'Emile ont passé une grande partie de l'été dans le hameau du Haut-Vernet, deux kilomètres plus haut, dans la maison familiale d'où a disparu le garçonnet le samedi 8 juillet à 17h15. L'enfant venait d'arriver chez ses grands-parents pour les vacances. C'est ici qu'ils ont reçu, à leur demande, un journaliste de l'hebdomadaire Famille Chrétienne, pour leur première et unique prise de parole jusque-là.

"On imagine forcément le pire, mais on ne peut s'empêcher d'espérer…", dit Colomban. "Cela ne nous fait pas peur de demander à Dieu un miracle…", poursuit Marie, dans ce long entretien publié fin août. "On dit souvent que Jésus nous aide à porter la Croix, mais nous, nous l'avons vraiment senti !", expliquent-ils.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions