23/08 09:41

Nouvelle épreuve pour la plateforme de repas Frichti, déjà en redressement judiciaire : 200 livreurs, majoritairement sans papier, attaquent pour travail dissimulé et travail illégal.

La société de repas Frichti va-t-elle survivre à cette nouvelle attaque en justice ? Selon le Figaro, Frichti, placée en redressement judiciaire depuis mai dernier va devoir affronter près de 200 coursiers affiliés à la plateforme et majoritairement sans papiers qui s’apprêtent à saisir le conseil de prud’homme de Paris pour «travail illégal et dissimulé».

En juin 2020, le quotidien Libération avait dévoilé les pratiques illégales de la plateforme, en particulier l’emploi de nombreux travailleurs sans-papiers au statut d’auto-entrepreneur. En réaction, Frichti avait mis un terme aux contrats de près de 200 travailleurs irréguliers, provoquant une mobilisation sociale inédite au sein de ses coursiers.

À l’issue du conflit, la moitié d’entre eux s’était vue proposer une procédure de régularisation via un récépissé délivré par la préfecture de police de Paris.

Ce n'est pas le seul problème pour Frichti puisque le mois dernier, le tribunal administratif de Paris a confirmé la légalité des mises en demeure qui avaient été faites en juin 2022 à Gorillas et Frichti de « restituer dans leur état d’origine » huit dark stores  qu’elles occupaient respectivement dans le 15e et 16e arrondissements de Paris.

La maire (PS) de Paris, Anne Hidalgo, avait précisément sommé ces deux entreprises de livraison de courses à domicile de remettre ces locaux en état sous trois mois, avec 200 euros de pénalité par jour de retard. Gorillas et Frichti – qui font partie du même groupe depuis le rachat du second par le premier

Des procès-verbaux avaient en fait constaté que les travaux de transformation d’un local commercial en entrepôt avaient été réalisés « sans autorisation d’urbanisme », violant ainsi les règles d’urbanisme locales. Les deux P.-V. relevaient également que « les travaux ne sont pas régularisables par le dépôt d’une décision de non-opposition ».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Bob28
24/août/2023 - 08h07

J'espère que ces sans papiers auront gain de cause, que ça sera un avertissement pour toutes les autres plateformes et qu'ils arrêteront d'employer des sans papiers.

Portrait de Greenday2013
23/août/2023 - 12h52

Les mecs sont sans-papiers et ils ont le toupet de se plaindre de leurs conditions de travail ?

Portrait de Epilogue
23/août/2023 - 10h05
bozo75 a écrit :

Faut pas qu'il rêvent ils n'auront que des miettes quand les avocats se seront servis 

smiley

manifestement, vous ne connaissez strictement rien à ce type de procédure 

Portrait de Epilogue
23/août/2023 - 10h11

très malin... manifestement un avocat spécialiste des procédures collectives les a bien renseignés...

comme il y a redressement judicaire de Frichti, qui immanquablement va se transformer en liquidation judicaire.. il n y a plus d'"argent dans la caisse...

MAIS, s'il obtiennent gain de cause, ce qui est loin d'être impossible, ils auront quand même une garantie de paiement, car le système de garantie des salaires ( AGS ) se substituera à FRICHTI...

La loi est faite pour s'en servir...

et ce n est aucunement une épreuve pour FRICHTI...puisque la société fait déjà l'objet d'une procédure collective ....