11/08 18:31

Gironde: La ville de Libourne va héberger la quatrième unité militaire de lutte contre les incendies et de secours du pays, annonce le député du département, Florent Boudié

La ville de Libourne (Gironde) va héberger la quatrième unité militaire de lutte contre les incendies et de secours du pays, a-t-on appris auprès du député de la 10e circonscription du département, Florent Boudié.

« C’est une décision historique pour Libourne et un renfort considérable pour la Gironde qui se voit dotée d’une base militaire contre les risques d’incendie, un an après les mégafeux », s’est réjoui auprès de l’AFP M. Boudié, élu Renaissance proche du ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin.

Cette quatrième Unité d’instruction et d’intervention de la Sécurité civile (UIISC), après celles de Nogent-le-Rotrou (Eure-et-Loire), Corte (Corse) et Brignoles (Var), doit être opérationnelle « à l’été 2024 » et sera dotée d’un effectif permanent de 565 sapeurs-sauveteurs - des militaires du Génie, spécialistes des catastrophes naturelles, affectés au sein du ministère de l’Intérieur.

Cette base sera implantée sur les 11 hectares de l’ancienne caserne militaire de Libourne, fermée en 2009, pour un investissement total de 318 millions d’euros, a détaillé M. Darmanin dans un entretien au journal Sud-Ouest. D’autres villes de la région Nouvelle-Aquitaine comme Pau, Mont-de-Marsan, Agen ou Limoges s’étaient portées candidates après l’annonce, à l’automne dernier, de la création de cette nouvelle unité par le président Emmanuel Macron.

Le Sud-Ouest doit également accueillir, à terme, la deuxième base aérienne de la Sécurité civile, après celle de Nîmes (Gard).

« Nous allons étudier l’installation de la seconde base aérienne de Sécurité civile à Mont-de-Marsan », a annoncé parallèlement M. Darmanin, qui prévoit un déplacement « dans les Landes à la fin du mois pour cela ». En France, 72.000 hectares de forêts - dont 30.000 en Gironde - avaient brûlé durant l’été 2022.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions