22/07 11:31

L'actrice X Nikita Bellucci est poursuivie par le groupe Ares, propriétaire de la plateforme de vidéos pornographiques Jacquie et Michel, pour concurrence déloyale

L'actrice X Nikita Bellucci est poursuivie par le groupe Ares, propriétaire de la plateforme de vidéos pornographiques Jacquie et Michel, pour concurrence déloyale, a-t-on appris de sources concordantes, confirmant une information du Paris-Normandie.

"Mme Bellucci est intervenue comme témoin dans des médias sur ses réseaux sociaux pour témoigner sur ce qu'elle avait vécu lors d'un tournage de Jacquie et Michel", a rappelé l'avocat de l'actrice, Me Richard Malka. 

"Ils en ont pris prétexte pour la poursuivre pour concurrence déloyale et parasitisme", a-t-il ajouté.

Une démarche qui n'a selon lui "aucun sens, on ne cherche rien de moins qu'à imposer le silence et à contourner les règles (...) de la liberté d'expression".

Nikita Bellucci, qui possède un club libertin à Rouen avec son mari Ludovic Dekan, lui-même ancien contributeur du site, estime qu'on lui "reproche ses prises de parole ainsi que celles de (son) mari" sur la violence dans le porno, à cause desquelles Ares assure avoir "perdu un contrat à 700.000 euros avec Canal+". 

"C'est totalement faux, un courrier précise bien que Canal+ a rompu le contrat en raison de la mise en cause de Michel Piron dans une enquête pour viol aggravé, et à aucun moment Canal+ ne parle de nous pour se justifier" a-t-elle poursuivi.

Une enquête menée à Paris depuis juillet 2020 vise "Jacquie et Michel", incarnation en France du porno amateur.

Son fondateur, Michel Piron a été mis en examen en juin 2022 pour complicité de viol et traite d'être humain en bande organisée. Des faits qu'il conteste, selon son avocat Yves Levano.

Au moins trois autres hommes sont poursuivis dans cette information judiciaire également ouverte pour proxénétisme aggravé ou viol avec torture et acte de barbarie.

Mme Bellucci s'est estimée victime d'autres méfaits dont elle n'identifie pas les auteurs: "En septembre 2022, nous avons été victimes de la révélation de nos identités réelles, j'ai aussi subi des menaces de mort".

Elle dit avoir fait l'objet d'"une enquête des services sociaux, alors enceinte de mon deuxième enfant, à la suite d'une dénonciation anonyme".

"Nous n'avons pas de date d'audience devant le tribunal de commerce" a-t-elle ajouté, "à chaque nouveau report tous les deux mois, Ares ajoute de nouveaux éléments à son assignation".

Maître Charlotte Galichet, avocate du groupe Ares, titulaire de la marque Jacquie et Michel, indique à jeanmarcmorandini.com:

« Le Groupe Ares a effectivement initié une procédure devant le Tribunal de Commerce de Paris fin 2022 contre Nikita Bellucci et son mari Ludovic Dekan qui n'hésitent pas à faire la promotion de leur business derrière un positionnement éthique de pure façade. Ce que Nikita Bellucci dit avoir vécu est une chose, mais le constant dénigrement commercial en est une autre.

Nous rappelons que Nikita Bellucci et son mari sont producteurs de films et donc directement concurrents de la société ARES. Une mise en demeure avait déjà été envoyée par le Groupe en 2021 après que Ludovic Dekan a contacté le Directeur VOD du Groupe Canal+ pour l'inciter à arrêter ses relations commerciales avec Jacquie et Michel, et tenter de prendre le contrat avec la chaîne. Malgré cela, le couple a persisté dans une campagne de dénigrement (presse, réseaux sociaux, radio etc...), critiquant les vidéos mises en ligne par la société ARES tout en ménageant d'autres concurrents du secteur avec qui il entretient des intérêts commerciaux.

ARES maintient que le dénigrement, et la reprise des propos de Nikita Bellucci, a conduit à surmédiatiser l'affaire et pour certains diffuseurs, à cesser la distribution des contenus diffusés sous le nom Jacquie et Michel. Le couple devra donc logiquement répondre de ces actes de concurrence déloyale devant le tribunal. Par ailleurs, s'il n'y a pas de date d'audience, c'est parce que Nikita Bellucci et son mari ont soulevé un incident concernant la compétence du Tribunal de Commerce et non parce que la société ARES ajoute de nouveaux éléments à son assignation.

Enfin, en conséquence des récentes et nouvelles communications en ligne de Nikita Bellucci, nous étudions actuellement la possibilité de lancer d'autres procédures judiciaires. »

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Gérard mensoif
23/juillet/2023 - 15h38

Une grande artiste ...

Portrait de Bdhy
22/juillet/2023 - 12h12

A mon avis cette affaire va partir en c******