22/07 14:02

La vaccination des enfants dans le monde, qui a baissé lors de la pandémie de Covid-19, commence à se rétablir mais reste inférieure au niveau d'avant la crise sanitaire, selon l'ONU

La vaccination des enfants dans le monde, qui a baissé lors de la pandémie de Covid-19, commence à se rétablir mais reste inférieure au niveau d'avant la crise sanitaire, a indiqué l'ONU. Selon de nouvelles données publiées par l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef), il y a eu quatre millions d'enfants de plus vaccinés en 2022 qu'en 2021.

«C'est donc une bonne nouvelle, s’est réjouie la directrice du département immunisation et vaccins à l'OMS, Kate O'Brien, auprès de l’AFP. En moyenne, les pays du monde entier se rétablissent et se rapprochent du niveau d'immunisation qu'ils avaient atteint avant l'arrivée de la pandémie.» «Ces données sont encourageantes», a souligné le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, dans un communiqué.

En 2022, 20,5 millions d'enfants n'ont pas reçu un ou plusieurs vaccins de base, contre 24,4 millions en 2021. Malgré ces «signes prometteurs», la couverture n'atteint toujours pas les niveaux prépandémiques (18,4 millions), ce qui, selon les agences onusiennes, expose les enfants à de graves risques d'épidémies. Et «la reprise est très inégale», a relevé Kate O'Brien.

Les pays riches s'en sortent relativement bien et l'OMS a également constaté que «certains pays - en particulier certains très grands pays à faible revenu intermédiaire, comme l'Inde et l'Indonésie», ont enregistré une très forte reprise, a-t-elle indiqué. Elle a ainsi expliqué que les pays qui voient leur couverture vaccinale se redresser sont généralement ceux qui ont investi dans ces programmes de façon régulière avant la pandémie, citant également le Népal, le Kenya et le Bangladesh.

En revanche, «dans l'ensemble des pays à faible revenu, la reprise ne fait que commencer, si tant est qu'elle existe dans certains de ces pays», a indiqué Kate O'Brien.

Globalement, une inquiétude majeure reste la vaccination contre la rougeole - l'un des agents pathogènes les plus infectieux - qui ne s'est pas rétablie aussi bien que d'autres vaccins. La couverture pour la première dose du vaccin contre la rougeole est montée à 83 % en 2022, contre 81% en 2021, mais reste inférieure aux 86% atteints en 2019. En revanche, la couverture vaccinale contre le virus du papillome humain (HPV) a pour la première fois dépassé l'an dernier les niveaux prépandémiques.

L'ONU a lancé il y a près de trois mois une campagne de «grand rattrapage» des vaccinations des enfants, concentrée dans vingt pays où vivent les trois quarts des enfants dans le monde qui ont manqué les vaccins en 2021.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stbx00
22/juillet/2023 - 15h10
Blague Rock a écrit :

L'OMS, les gouvernements, le monde médical et big pharma se moquent de perdre la confiance des gens, c'est bien la preuve qu'il agissent pour d'autres intérêts que les intérêts des populations.

 

Oui bien sur... L'ensemble des gouvernants, des médecins, des chercheurs, des professionnels de santé sont dans un complot international visant à s'en mettre plein les fouilles sans ce soucier des autres (et d'eux même au final). Vous ne devez pas en connaitre beaucoup en fait...