27/06 18:46

Nancy: Une professeur d'un institut universitaire décide de ne pas corriger les copies de ses 120 élèves de première année en raison d'un recours excessif des étudiants à ChatGPT

Une professeur d'un institut universitaire en France a décidé de ne pas corriger les copies de ses 120 élèves de première année en raison d'un recours excessif des étudiants au logiciel d'intelligence artificiel ChatGPT. "Il s'agit d'une promo d'environ 120 étudiants de première année (...) qui devaient rendre un document écrit sur le thermalisme", a expliqué lundi Samuel Cruz-Lara, le directeur de l'IUT Charlemagne de Nancy (est).

"Au moment de noter les devoirs de marketing, les enseignants chargés de la correction se sont aperçus que les étudiants avaient fait un usage abusif de ChatGPT: leurs copies ne comprenaient pas la moindre faute d'orthographe, ou alors étaient composées de phrases recherchées", a poursuivi M. Cruz-Lara. "Si nous avions eu plus de temps, nous aurions pu demander aux étudiants de s'expliquer, ce qu'on a fait avec certains qui ont reconnu les choses à demi-mot. Sauf que nous sommes à la fin de l'année universitaire et au niveau du calendrier il est compliqué pour nous de réagir."

La professeure responsable de la matière a décidé de manière collégiale, avec ses autres collègues correcteurs qui interviennent dans le module, de ne pas corriger l'épreuve écrite litigieuse. Le directeur de l'IUT s'est voulu toutefois rassurant: "Les élèves auront quand même une note au niveau de cette matière, ils ne seront pas pénalisés".

Pour l'avenir, il a décidé "de ne pas couper l'accès à ce genre d'outil depuis l'IUT", mais d'"engager avec les étudiants une discussion bénéfices-dangers et de les accompagner dans l'utilisation de ChatGPT". Une modification du règlement intérieur de l'IUT est également envisagée. De son côté, l'Université de Lorraine, dont l'IUT Charlemagne est une composante, "n'a pas encore pris de décision" générale sur l'utilisation de l'intelligence artificielle.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Yanik65
28/juin/2023 - 08h19

C'est beau la technologie, il en faut.

Mais là, si cette pratique se démocratise, les élèves ne feront plus aucun effort de recherche, de réflexion ... Le prof a bien fait de ne pas noter cet examen.

Portrait de Angelussauron
28/juin/2023 - 05h52
JMLéInnocent a écrit :

Ces fonctionnaires gauchistes trouvent toujours le moyen d'en foutre le moins possible.

 

C'est plutôt les jeunes qui en ont fait le moins possible... Car bon pour les professeurs ils y avaient moins à corriger avec ChatGPT donc plus rapide. smiley

Portrait de bergil
27/juin/2023 - 20h16
JMLéInnocent a écrit :

Ces fonctionnaires gauchistes trouvent toujours le moyen d'en foutre le moins possible.

Il est vrai qu'avec l'IA plus besoin d'écoles et de professeurs monsieur l'innocent !

Portrait de bruno.13
27/juin/2023 - 19h10

Ces professeurs ont tout à fait raison. Une telle application va rendre ceux qui l'utilisent totalement idiots, incapables de réfléchir par eux-mêmes et carrément illettrés. Cela promet pour le futur !