13/07 16:02

Un jeune Français sur dix est «en difficulté de lecture» et près de la moitié d'entre eux est en situation d'illettrisme, révèle une étude du ministère de l'Éducation

Un jeune Français sur dix est «en difficulté de lecture» et près de la moitié d'entre eux est en situation d'illettrisme, révèle une étude du ministère de l'Éducation, qui s'appuie sur des tests conduits auprès des 750.000 participants à la Journée défense et citoyenneté (JDC) en 2022.

Sur ces jeunes de nationalité française, âgés de 16 à 25 ans, 11,2% «sont en difficulté dans le domaine de la lecture», indique une note de la Depp, agence des statistiques du ministère de l'Éducation. C'est d'abord le niveau en compréhension de l'écrit (traitements complexes) qui distingue les jeunes ayant des difficultés de ceux qui n'en ont pas.

Près de la moitié d'entre eux peut être considérée «en situation d'illettrisme». Ils se caractérisent notamment «par une compréhension en lecture très faible, voire inexistante». Ceux qui rencontrent les difficultés les plus sévères et qui représentent 4,9 % de l'ensemble, se caractérisent par un «déficit important de vocabulaire».

On trouve ensuite 10% de jeunes «aux acquis limités», qui «parviennent à compenser leurs difficultés pour accéder à un certain niveau de compréhension». La lecture «reste, pour eux, une activité laborieuse, mais qu'ils savent mettre en œuvre pour en tirer profit». Quelque 78,9% des jeunes ayant participé en 2022 à la JDC, journée obligatoire, sont considérés comme «des lecteurs efficaces».

Sans surprise, la Depp note que les jeunes en difficulté de lecture «sont de moins en moins nombreux à mesure que le niveau d'études s'élève». L'enquête, menée tous les ans depuis 2009, souligne une différence entre garçons et filles : 12,9 % des garçons sont en difficulté, contre 9,1% des filles. La différence est forte parmi la population affichant les niveaux d'études les moins élevés et les performances convergent à partir du niveau baccalauréat.

La fréquence des difficultés de lecture est plus prononcée dans les départements du Nord (15,7% de jeunes en difficulté de lecture dans l'Aisne, 13,2% dans la Somme), la Nièvre, l'Yonne et en Outre-mer. Mais aussi en Île-de-France, où la part de ces jeunes en difficulté de lecture varie de 6% à Paris à 15,5% en Seine-Saint-Denis. Elle est en revanche inférieure à la moyenne nationale en Bretagne. La Depp précise que la lecture de ces résultats doit prendre en compte le fait qu'un nouveau test d'évaluation de la lecture a été proposé aux jeunes dans le cadre des JDC en septembre 2019. De nouvelles questions ainsi que de nouveaux seuils de maîtrise ont été définis.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de KERCLAUDE
14/juillet/2023 - 08h23

Les enfants 'rois' ne veulent pas lâcher les téléphones et autres appareils connectés, de plus le niveau dans l'éducation nationale a bien baissé

Portrait de Constrictor
14/juillet/2023 - 01h37

Quand on lit certains commentaires ici-même sur ce blog niveau orthographe, grammaire et conjugaison, on peut vraiment constater que ces problèmes ne concernent pas que les élèves d'aujourd'hui.

Absence de majuscules, de ponctuation et j'en passe, aucun effort pour écrire correctement.

Et le plus drôle, ce sont ceux qui se permettent de dénoncer ça en faisant des fautes plus grosses que leur bêtise.

Il suffit de lire le commentaire en-dessous et quelques autres pour s'en rendre compte.

Portrait de San Antonio
13/juillet/2023 - 19h03 - depuis l'application mobile

Il faudrait leur faire lâcher leur smartphone et les zéros sociaux bourrés de fautes d’orthographe et d’approximations, ce serait un bon début. Puis reprendre les livres, la littérature… mais y a du boulot

Portrait de MICMAH458
13/juillet/2023 - 18h51
josmar a écrit :

Et ça n'est pas l'écriture inclusive qui va améliorer les choses. M le Ministre pour une fois montrez nous que vous avez un peu d'autorité et faites preuve d'un peu de courage : interdisez cette horreur qu'est l'écriture inclusive à l'école, au lycée, et dans l'enseignement supérieur!

Vous avez raison sur cette abominable connerie d'écriture inclusive, qui finit par ne plus ressembler à rien.  Malheureusement ce n'est pas ndiaye qui va régler le problème : à cause de ses actes et ses déclarations, ce pauvre ministre assez inutile s'est complètement discrédité, il n'a plus aucune influence ou autorité sur quoi que ce soit, et d'ici quelques jours (au prochain remaniement) il va être débarqué comme un gars qui n'a pas été capable de faire ne serait-ce qu'une partie du travail pour lequel il avait été engagé. 

Portrait de Lotus14
13/juillet/2023 - 17h57

ça veut dire que les nouvelles méthodes d'apprentissage à la lecture sont mauvaises .... 

Jadis , les enfants lorsqu'ils rentrés en 6 ème savaient lire et faisaient très peu de fautes  d'orthographe : ils lisaient beaucoup ça aidait sûrement  Aujourd'hui  c'est le nouveau monde !

 

Portrait de Hola2
13/juillet/2023 - 17h36

Tout est fait pour abêtir et pervertir notre jeunesse pour accélérer la destruction de notre pays et tuer tout avenir et espérance.

Portrait de MICMAH458
13/juillet/2023 - 16h35

Et pas plus tard qu'il y a 2 ou 3 jours, le Ministère de l'Education Nationale est tout fier d'annoncer que 90% de nos chères têtes estudiantines ont réussi les épreuves du BAC.  On croit rêver, mais à force d'arranger la méthode d'attribution des points, de procéder aux rattrapages nécessaires pour ne pas discriminer une partie de la population, ce ne sera même plus la peine de participer aux concours, tout le monde l'aura de toute façon.  Un point positif cependant : cela nous fera des économies de ne plus organiser ce genre d'épreuves qui ne veulent plus dire grand chose, et dont le coût de fonctionnement est assez exorbitant.

Portrait de MICMAH458
13/juillet/2023 - 16h14

Voilà une problématique qui eût été un chantier intéressant sur lequel travailler, mais ndiaye, ministre de l'enseignement très incapable, a préféré essayer de faire de la politique et chasser l'extrême droite, qui est devenue pour lui une vraie obsession.  Au bout de tout ceci, il a tout foiré : il n'a eu aucune incidence sur l'extrême droite (bien au contraire), il n'a rien réussi sur le plan de l'enseignement national, et il a fait une mauvaise politique, dont il va d'ailleurs devoir prendre des distances vu qu'au prochain remaniement, il ne fera pas partie du casting, et c'est bien mérité.