17/05 09:56

Affaire des écoutes: Nicolas Sarkozy condamné en appel à trois ans de prison, dont un an ferme, et privation des droits civiques de 3 ans pour corruption et trafic d'influence - Il va se pourvoir en cassation

09h55: Le point sur ce que l'on sait

Nicolas Sarkozy a été condamné mercredi en appel à Paris à trois ans de prison, dont un an ferme à exécuter sous bracelet électronique, pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire des écoutes, une sanction inédite pour un ancien chef de l'Etat. La cour d'appel de Paris a confirmé la peine prononcée en première instance, le 1er mars 2021, contre l'ancien président de la République, 68 ans, qui a écouté la décision assis sur le banc des prévenus, la mâchoire serrée.

Nicolas Sarkozy est le premier ancien président condamné à de la prison ferme, son ancien mentor Jacques Chirac s'étant vu infliger en 2011 deux ans de prison avec sursis dans le dossier des emplois fictifs de la ville de Paris. Son avocat historique Thierry Herzog et l'ancien haut magistrat Gilbert Azibert ont été également reconnus coupables d'avoir noué un "pacte de corruption" avec Nicolas Sarkozy en 2014 et condamnés à la même peine.

La cour d'appel a en outre prononcé une interdiction des droits civiques de trois ans pour M. Sarkozy, ce qui le rend inéligible, ainsi qu'une interdiction d'exercer de trois ans pour Me Herzog. Le 13 décembre, le parquet général avait réclamé trois ans d'emprisonnement avec sursis à l'encontre des trois prévenus, qui ont toujours nié toute corruption. L'ancien homme fort de la droite a contesté "avec la plus grande force" lors du procès en appel ces accusations, réaffirmant à la barre n'avoir "jamais corrompu qui que ce soit".

Cette décision était attendue alors que Nicolas Sarkozy sera rejugé en appel à l'automne dans l'affaire "Bygmalion" et qu'il est sous la menace d'un troisième procès retentissant: le PNF a requis jeudi son renvoi en correctionnelle dans l'affaire des soupçons de financement libyen de sa campagne présidentielle de 2007. Ce dossier judiciaire, qui met également en cause trois anciens ministres de l'ex-président, est indirectement à l'origine de l'affaire des écoutes.

09h47: Nicolas Sarkozy qui était présent ce matin vient de quitter la cour d'appel de Paris sans faire de déclaration aux journalistes

.

09h41: L’ex-président Nicolas Sarkozy, condamné mercredi à trois ans d’emprisonnement, dont un an ferme à exécuter sous bracelet électronique, pour corruption et trafic d’influence dans l’affaire des écoutes, va former un pourvoi en cassation, a annoncé son avocate Jacqueline Laffont.

« Nous allons former un pourvoi en cassation, pourvoi qui est suspensif de toutes les mesures qui ont été prononcées aujourd’hui », a déclaré Me Laffont à la presse en sortant de la salle d’audience. « Nicolas Sarkozy est innocent des faits qui lui sont reprochés », a-t-elle ajouté, parlant d’une décision « stupéfiante ». « Nous ne lâcherons pas ce combat-là qui est un combat juste face à une décision particulièrement inique et injuste ».

09h27: Son avocat historique Thierry Herzog et l'ancien haut magistrat Gilbert Azibert ont été condamnés aux mêmes peines.

09h21: L'ancien chef de l'Etat Nicolas Sarkozy a été condamné mercredi en appel à Paris à trois ans d'emprisonnement dont un an ferme pour corruption et trafic d'influence dans l'affaire des écoutes, une sanction inédite pour un ancien président.

La partie ferme sera aménagée sous bracelet électronique à domicile et privation des droits civiques de 3 ans, ce qui le rend inéligible. La présidente de la cour d'appel de Paris n'a pas ordonné d'exécution provisoire. En cas de pourvoi en cassation, Nicolas Sarkozy ne sera pas sous bracelet électronique.

08h35: La cour d'appel de Paris se prononcera ce matin sur le jugement rendu à l'encontre de l'ancien président de la République Nicolas Sarkozy dans le cadre de l'affaire dite des "écoutes", liée au financement de sa campagne victorieuse pour l'élection présidentielle de 2007.

Nicolas Sarkozy a été condamné en mars 2021 à trois ans de prison, dont deux avec sursis, pour corruption et trafic d'influence. La justice reproche à Nicolas Sarkozy d'avoir promis en 2014, alors qu'il n'était plus président, d'aider Gilbert Azibert, à l'époque juge à la cour de cassation, à obtenir un poste honorifique à Monaco.

En échange, Gilbert Azibert devait fournir à Nicolas Sarkozy des informations confidentielles sur une procédure qu'il avait intentée auprès de la cour de cassation.Nicolas Sarkozy voulait faire annuler la saisie par la justice de ses agendas présidentiels dans le cadre d'une enquête sur des versements illégaux qu'il était soupçonné d'avoir reçus de Liliane Bettencourt, héritière de L'Oréal, pour le financement de sa campagne électorale de 2007, affaire dans laquelle il a finalement bénéficié d'un non-lieu.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de stbx00
17/mai/2023 - 20h10
Blanc White Blanco a écrit :

J'imagine que vous n'êtes pas sans ignorer que le Syndicat de la Magistrature a fait de Sarkozy sa cible prioritaire.

Et que Fabrice Arfi de Mediapart en a littéralement fait son business.

Vous savez, Mediapart, le site qui ne payait pas ses impôts.

La Justice est censée être aveugle.

Et les journalistes neutres.

Mais ça, c'est dans un monde idéal.

Essayez de lire "avec les compliments du guide" de F. Arfi. Vous verrez c'est intéressant !

Portrait de stbx00
17/mai/2023 - 20h09
Blanc White Blanco a écrit :

Non mais il est clairement victime d'un acharnement judiciaire dont sont exempts de nombreux politiques de gauche.

On peut aussi parler de l'affaire Fillon si vous voulez.

Oui bien entendu il n'est coupable de rien et est simplement victime de l'acharnement des juges de gauche. En fait peut importe selon vous: S'il est jugé innocent c'est qu'il n'avait rien à se reprocher et s'il est jugé coupable c'est que c'est de l'acharnement... Pratique.

Portrait de Hola2
17/mai/2023 - 14h12

Mince alors, cet homme est indispensable pour notre pays, il a fait tellement de grandes choses. J'ai essuyé une larme.

Portrait de COLIN33
17/mai/2023 - 12h13 - depuis l'application mobile

Très bien , il a pas fini de se plaindre sur les plateaux de télé , mais comme il fait un pourvoi en cassation il est tranquille pour quelques temps

Portrait de Electro
17/mai/2023 - 10h16

Il n'y a pas de VRAIE justice pour nos crapules de la république.

Et ils sont nombreux ces derniers temps !