16/05 18:02

Le maire de Carnac porte plainte après que plusieurs dizaines de catholiques intégristes proches de Civitas, opposés à un concert de l'organiste américaine Kali Malone dans une église, ont empêché la tenue du spectacle

Le maire de Carnac (Morbihan) a annoncé avoir déposé plainte après que plusieurs dizaines de catholiques intégristes proches de Civitas, opposés à un concert de l'organiste américaine Kali Malone dans une église, ont empêché la tenue du spectacle.

Samedi soir, "une quarantaine de jeunes gens à la nuque bien dégagée ont entravé par la violence, une de mes adjointes a été giflée sous les cris de 'arrière Satan !', un concert qui devait se dérouler dans l'église Saint-Cornély", a écrit Olivier Lepick, maire de cette commune touristique du littoral breton de plus de 4.000 habitants.

Le maire a alors pris la décision d'annuler le concert prévu. "Je ne pouvais pas tolérer que la violence des manifestants ne s'abattent sur un public venu pacifiquement assister à un concert ou que notre église subisse des dégâts si d'aventure il avait fallu évacuer de force les illuminés", ajoute-t-il sur sa page Facebook, soulignant que le concert organisé sous l'égide du ministère de la Culture et du conseil départemental avait été approuvé par l'évêché et le comité paroissial.

"Je condamne très fermement cette violence de nature profondément totalitaire qui voudrait imposer à autrui des convictions radicales par la force", estime également le maire.

Dans un communiqué transmis à l'AFP, le syndicat de Bretagne des artistes musiciens CGT a condamné une extrême droite qui "prétend désormais dicter sa programmation aux organisateurs de spectacle".

"Si les membres de Civitas ou d'un groupuscule du même genre tentent à nouveau d'empêcher la tenue d'un spectacle en Bretagne, ils devront s'attendre à trouver des militants de la CGT en face d'eux", a réagi le syndicat.

Le diocèse de Vannes a également dénoncé les événements de samedi, soulignant que "l'Église ne pouvait pas être le lieu d'une quelconque violence".

"La commission de discernement de la paroisse n'a jamais repéré dans le programme d'oeuvre contraire au message de l'Évangile qui aurait pu porter atteinte à la dimension sacrée du lieu", indique le diocèse sur son site internet. "Le titre 'sacer profanare', qui semble avoir mis le feu aux poudres, n'a jamais figuré sur le programme présenté pour ce concert", ajoute le diocèse.

Sur Twitter, Civitas a évoqué un "concert profanatoire" et a tweeté en latin "Christus Vincit!" (le christ vainc).

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Arthur 3000
17/mai/2023 - 06h43

Je ne le nommerai pas mais il est où celui qui passe son temps à convoquer l'Islam et chouinait en demandant qu'on lui donne un exemple de cathos intégristes empêchant la tenue d'un spectacle ?...Ben après Hassani, t'en as un autre. smiley

Portrait de seb2746
16/mai/2023 - 19h06

Les pauvres skinheads zemmouriens/rn qui ne savent pas quoi faire des soirées sans les gourous levant le bras..

Ah oui c'est vrai, c'est les vilains arabes / musulmans / noirs et autres couleurs / religions le souci, l'extreme droite est non violente...

Portrait de Maître Toubab
16/mai/2023 - 18h05

Civitas a évoqué un "concert profanatoire" et a tweeté en latin "Christus Vincit!" (le christ vainc).

 

Les tarés...