12/05 07:31

Saint-Brevin : Vague de colère et d'émotion après la démission du Maire menacé en raison d'un projet de transfert d'un centre d'accueil de demandeurs d'asile - Vidéo

La démission de Yannick Morez, maire (DVD) de Saint-Brevin-les-Pins menacé en raison d'un projet de transfert d'un centre d'accueil de demandeurs d'asile (Cada), a provoqué une vague d'indignations politiques, la Première ministre Élisabeth Borne promettant de "mieux protéger les élus". Yannick Morez a annoncé mercredi soir, sur Facebook, avoir adressé sa demande de démission au préfet.

Son domicile familial avait été la cible d'un incendie criminel dans la nuit du 22 mars.

Deux véhicules avaient été détruits et une partie de la maison endommagée, sans faire de blessé. "J'ai pris cette décision pour des raisons personnelles, notamment suite à l'incendie criminel perpétré à mon domicile et au manque de soutien de l'Etat, et après une longue réflexion menée avec ma famille", explique Yannick Morez.

Le maire, médecin généraliste de profession, a précisé à Ouest-France qu'il quittait la commune où il vivait "depuis 32 ans" et qu'il cesserait ses consultations le 30 juin.

"Ce qui s'est produit est très choquant et je voudrais assurer le maire de tout mon soutien", a déclaré jeudi la Première ministre depuis La Réunion. Élisabeth Borne a aussi exprimé sa volonté de "mieux protéger les maires". Selon Matignon, Mme Borne a proposé à M. Morez de le recevoir "la semaine prochaine".

Emmanuel Macron a également dit sa "solidarité" avec le maire démissionnaire après des attaques "indignes". M. Morez, maire depuis six ans, avait demandé sans succès à la préfecture d'interdire les dernières manifestations à Saint-Brevin, le 29 avril. Ces manifestations, "comme malheureusement indiqué préalablement, ont entraîné des troubles, violences, dégradations et scènes de guérilla urbaine", écrivait M. Morez au préfet au lendemain des faits dans une lettre sur Facebook.

"Les Brévinois sont lassés de subir des affrontements aussi extrêmes (...) et que l'Etat ne fasse rien pour y mettre fin", ajoutait M. Morez. Dans une allée du marché, Marie, retraitée de 87 ans, estime que M. Morez "était un bon maire".

"On va le regretter mais il a bien eu raison de sauver sa peau", poursuit-elle. Le préfet de Loire-Atlantique Fabrice Rigoulet-Roze a assuré devant la presse que des mesures "de protection spécifique, en particulier sur le domicile" avaient été "prises".

"Il avait des échanges très récents avec les militaires de la gendarmerie nationale pour évaluer les intimidations et la pression qu'il ressentait", a ajouté le préfet, qui a dit attendre la rencontre entre Mme Borne et M. Morez avant "de terminer l'instruction de sa demande de démission".

Selon M. Morez, 400 demandeurs d'asile ont été accueillis sur la commune depuis l'ouverture du Cada. Et, soulignait-il, "il n'y a jamais eu le moindre souci".

Un projet visant à déplacer près d'une école élémentaire le Cada, ouvert dans cette station balnéaire de 14.000 habitants en 2016 après le démantèlement de la "jungle" de Calais, a entraîné plusieurs manifestations, organisées notamment à l'appel de l'extrême droite, en particulier de la mouvance de Reconquête!, le parti d'Eric Zemmour.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de seb2746
12/mai/2023 - 18h29
Gustave68 a écrit :

Il n'y a actuellement aucune preuve tangible permettant d'affirmer que les auteurs de cet acte malveillant sont affiliés au Rassemblement National ou qu'ils entretiennent des liens étroits avec M. Zemmour. Toute allégation en ce sens constitue une pure diffamation. Il est possible, par exemple, qu'un voisin déséquilibré ait agi de manière impulsive et irresponsable, mais il revient à la justice de mener une enquête approfondie pour déterminer les faits.

Quoi qu'il en soit, il est indéniable que de nombreux Français ne souhaitent pas être confrontés à une immigration qu'ils n'ont pas choisie et qu'ils considèrent comme imposée. Le Rassemblement National recueille ainsi un nombre croissant de voix lors des élections, ce qui témoigne d'une préoccupation réelle de la population face à cette problématique. En revanche, les manoeuvres politiques de M. Macron, qui envoie des immigrés en masse dans les zones les plus touchées par la crise économique et sociale, relèvent d'une perfidie calculée qui pourrait avoir des conséquences dangereuses pour l'unité de notre nation.

Il y a justement des preuves DANS ce sens, suite à la 1ere fois.

De plus, la manifestations qui a suivi, scandant des messages de haine sur le maire et se félicitant de l'incendie sans oublier de se désoler qu'il ait survécu ne laisse aucun doute non plus.

Vous allez dire que c'est normal de vouloir la mort d'une famille certainement.

Portrait de Gustave68
12/mai/2023 - 11h43

Il n'y a actuellement aucune preuve tangible permettant d'affirmer que les auteurs de cet acte malveillant sont affiliés au Rassemblement National ou qu'ils entretiennent des liens étroits avec M. Zemmour. Toute allégation en ce sens constitue une pure diffamation. Il est possible, par exemple, qu'un voisin déséquilibré ait agi de manière impulsive et irresponsable, mais il revient à la justice de mener une enquête approfondie pour déterminer les faits.

Quoi qu'il en soit, il est indéniable que de nombreux Français ne souhaitent pas être confrontés à une immigration qu'ils n'ont pas choisie et qu'ils considèrent comme imposée. Le Rassemblement National recueille ainsi un nombre croissant de voix lors des élections, ce qui témoigne d'une préoccupation réelle de la population face à cette problématique. En revanche, les manoeuvres politiques de M. Macron, qui envoie des immigrés en masse dans les zones les plus touchées par la crise économique et sociale, relèvent d'une perfidie calculée qui pourrait avoir des conséquences dangereuses pour l'unité de notre nation.

Portrait de seb2746
12/mai/2023 - 10h51
---MJ-ST--- a écrit :

Le pire est de voir la gauchiasserie chouiner face à la colère légitime des contribuables qui en ont ras la casquette de bosser pour payer les caprices de LFI-land. On a assez de choses à financer, des recors de déficits, notre culture bafouée un peu plus chaque jour, des petits vieux qui crèvent de pauvreté : zéro migrant, rien à taper et on n'en a pas les moyens.

Donc la solution de l'extreme droite c'est " il faut tuer des maires" car là c'est bien de CA qu'on parle.

Il est ELU, on est pas d'accord donc on le tue ?... effectivement, bientôt le retour des chemises brunes et des bottes dans les rues à ce niveau.

Portrait de seb2746
12/mai/2023 - 09h22

Le pire est de voir les rn/zemmouriens qui manifestent dans la rue et se marrer d'avoir tenter par 2x d'assassiner ce maire et qu'il n'y ai aucune arrestation ni aucune interdiction de manif. A vomir.

Comme quoi, sont pas mieux les 2 extrêmes, c'est à celui qui fera le + grand coup de pub.

Portrait de COLIN33
12/mai/2023 - 08h09 - depuis l'application mobile

Comme toujours Macron et Borne serrent les fesses quand ils ont c..é dans leur froc, ils s'emparent des évènements pour se mettre en valeur, mais quand le mal est fait