07/05/2023 15:30

Publicité en ligne: L'Autorité française de la concurrence prononce des mesures conservatoires à l'encontre de Meta, maison mère de Facebook et Instagram, en raison de pratiques "potentiellement discriminatoires"

L'Autorité française de la concurrence a prononcé des mesures conservatoires à l'encontre de Meta, maison mère de Facebook et Instagram, en raison de pratiques "potentiellement discriminatoires" dans le domaine de la vérification publicitaire. En 2022, l'Autorité avait déjà forcé Meta à modifier ses pratiques en matière de partenariats avec des acteurs de la pub en ligne, après une plainte du groupe français Criteo, et avait ainsi évité une sanction.

Cette fois, c'est la société française Adloox, spécialisée dans la mesure de la visibilité des publicités, qui a saisi l'institution en octobre 2022 après avoir tenté sans succès depuis 2016 d'accéder à deux programmes proposés par Meta, indispensables pour exercer son activité. Parmi les mesures d'urgence prononcées et qui resteront en vigueur jusqu'à la publication d'une décision au fond, Meta devra suspendre l'application de ses critères actuels d'éligibilité à ses partenariats et rendre publics de nouveaux critères d'accès qui soient "objectifs, transparents, non discriminatoires et proportionnés", afin de "faciliter l'intégration d'Adloox à ses partenariats".

"Nous examinons la décision provisoire et nous envisageons toutes les options", a réagi auprès de l'AFP un porte-parole de Meta, qui a la possibilité de faire appel. Selon l'autorité, les "conditions d'accès" proposées par Meta "étaient susceptibles de constituer un abus de position dominante et portent une atteinte grave et immédiate à la fois aux intérêts d'Adloox et au secteur de la vérification publicitaire indépendante". Les acteurs de ce marché accèdent à des données des grandes plateformes sociales et garantissent auprès des annonceurs que les publicités achetées sont réellement vues par des internautes, dans un contexte qui ne porte pas atteinte à l'image de la marque.

Leader mondial des réseaux sociaux, "Meta ne publie pas les critères d'accès à ses partenariats" et, à supposer qu'ils soient "transparents, ils pourraient être considérés comme des barrières à l'entrée" en raison notamment de leur complexité, a déclaré le président de l'Autorité Benoît Coeuré lors d'une conférence de presse. "Le refus (de Meta) de faire rentrer Adloox dans ses programmes depuis 2016 est potentiellement discriminatoire" et a eu des conséquences, dont une perte de clients, "une forte baisse du chiffre d'affaires" et une masse salariale diminuée de moitié, a-t-il ajouté.

L'autorité a également justifié ces mesures d'urgence par l'application prochaine du Règlement européen sur les marchés numériques (DMA) qui comporte de nouvelles obligations dans le domaine de la concurrence pour les grands acteurs du web. Entré en vigueur mardi, le règlement "va potentiellement permettre une ouverture et un développement du marché" de la vérification publicitaire, au bénéfice notamment des plus petits acteurs, a expliqué M. Coeuré.

"Il est important que le paysage concurrentiel soit compétitif et ouvert dans un an", lorsque la Commission européenne pourra vérifier la mise en conformité des acteurs avec le règlement. "On ne va pas lever notre crayon en attendant", a-t-il déclaré.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Maître Toubab
18/mai/2023 - 23h43

smiley