22/03 11:46

Manifestation des pêcheurs à Rennes: Des affrontements ont éclaté ce matin entre des manifestants et les forces de l'ordre qui ont fait usage de gaz lacrymogène - VIDEO

Plusieurs centaines de pêcheurs ont manifesté mercredi à Rennes dans une ambiance tendue pour protester contre les réglementations qui leur mettent "des bâtons dans les roues", a constaté l'AFP. Les manifestants - au nombre de 400 selon la police -, auxquels se sont greffés de jeunes militants radicaux, se sont réunis en milieu de matinée, avec pétards et fumigènes, sur l'Esplanade Charles-de-Gaulle, où ils devaient initialement rester.

Vers 11h00, ils sont partis en direction du Parlement de Bretagne, générant de fortes tensions avec les forces de l'ordre qui tentaient de les repousser du centre historique à coups de gaz lacrymogènes et de canon à eau. "Les 400 manifestants s'écartant du lieu de manifestation déclaré et jetant des projectiles sur les forces de l'ordre, celles-ci ont dû faire usage de moyens lacrymogènes", a indiqué la préfecture, qui souligne le "risque de départ de feu" en raison des "multiples tirs de fusées rouges" par les manifestants.

Rennes reste marquée par l’incendie du Parlement de Bretagne le 5 février 1994, après une violente manifestation de marins-pêcheurs. Le feu avait couvé pendant plusieurs heures après le tir d’une fusée de détresse, passé inaperçu, avant d’embraser la toiture du bâtiment. Mercredi, deux blessés "en urgence relative", dont un manifestant "blessé par un autre manifestant avec une fusée" et une femme, ont été transportés par les pompiers à l'hôpital, selon la même source.

Cette manifestation de pêcheurs vise à dénoncer "les réglementations et la persécution de la direction des affaires maritimes", tandis que le Conseil d'Etat a ordonné lundi de fermer certaines zones de pêche dans l'Atlantique afin de protéger les dauphins.

.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de sNow
22/mars/2023 - 12h46 - depuis l'application mobile

Chalutage profond en aire marine protégée… ou comment ravager les fonds de l’océan pour de l’argent.
Tant mieux et c’est en 2023 que ça devrait être interdit