18/03/2023 11:31

La direction du Midi Libre annonce un plan de départs concernant plusieurs dizaines de salariés : La diffusion du quotidien est passée de 96.000 exemplaires en 2018 à 79.000 en juin dernier

Trois mois après avoir annoncé l'ouverture d'un plan de départs volontaires pour 45 postes, la direction du quotidien régional Midi Libre a finalement opté pour un plan de départs contraints, selon un courriel envoyé aux salariés. Dans ce courrier électronique, consulté vendredi par l'AFP, Jean-Benoît Baylet, directeur général de Midi Libre, a annoncé jeudi aux salariés le déclenchement d'un Plan de sauvegarde de l'emploi (PSE) "fondé sur des départs contraints".

Il "impactera, et je le déplore, prioritairement les plus jeunes salariés de l'entreprise", poursuit-il, évoquant "une situation extrêmement grave, qui oblige Midi Libre à s'orienter vers le scénario du pire".

Selon la direction du journal, cette mesure est la conséquence du refus par le SNJ (Syndicat national des journalistes), le syndicat majoritaire au sein de Midi Libre - propriété du groupe de presse La Dépêche -, de signer le plan de départs volontaires annoncé le 8 décembre. Ni la direction de Midi Libre ni le SNJ n'ont répondu aux sollicitations de l'AFP.

Selon le courriel adressé aux salariés du journal, qui qualifie la position du SNJ d'"inexplicable", le principal point d'achoppement était l'exigence du SNJ qu'aucun départ contraint n'ait lieu si le nombre de 45 départs volontaires n'était pas atteint. Une exigence que refusait Jean-Benoît Baylet.

Toujours d'après ce courriel de la direction, ce PSE coûtera "bien plus cher à l'entreprise, limitera l'accompagnement des partants et maintiendra à leur poste d'autres salariés qui, eux, envisageaient de quitter le journal en bénéficiant d'une indemnité significative".

Le plan, présenté le 8 décembre en CSE extraordinaire et baptisé "Renaissance", prévoyait le retour à un résultat positif en 2024. Après un déficit attendu de 1,6 million d'euros pour 2022, le titre anticipe un déficit de 2,8 millions d'euros en 2023, face à une érosion continue des recettes de la diffusion et de la publicité, en baisse de respectivement 8 millions et 2 millions d'euros sur quatre ans.

La diffusion totale payée s'élevait à 79.000 exemplaires en juin, au lieu de 96.000 en 2018, selon l'Alliance pour les chiffres de la presse et des médias. Le quotidien régional Midi Libre et ses départementaux

L'Indépendant (Pyrénées-Orientales et Aude) et Centre Presse - Le journal de l'Aveyron, regroupés au sein des Journaux du Midi, rayonnent sur la partie est de la région Occitanie (ex-Languedoc-Roussillon et Aveyron).

Ce pôle, qui emploie environ 700 salariés, comprend également des sites internet, un hebdomadaire, une agence de publicité et de communication, une imprimerie équipée de rotatives offset et d'une presse numérique et un service événementiel.

Ailleurs sur le web

Vos réactions