15/03/2023 19:38

Retraites - L'intersyndicale appelle "solennellement" les députés "à voter contre le projet de loi" - Emmanuel Macron va réunir les Ministres ce soir - 480.000 personnes en France selon la police et 1,7 million selon la CGT

19h36: Le ministère de l'Intérieur annonce que 480.000 personnes ont manifesté en France aujourd'hui alors que la CGT parle de 1,7 million de personnes

19h31: L'intersyndicale appelle "solennellement" les députés "à voter contre le projet de loi" sur la réforme des retraites et organisera une conférence de presse demain à 12h30, "devant l'Assemblée nationale".

19h02: Le point complet sur la journée - Députés et sénateurs ont trouvé mercredi un accord sur la réforme des retraites, à la veille d'une journée décisive mais encore incertaine à l'Assemblée nationale pour ce projet ultracontesté d'Emmanuel Macron. "Par ce compromis, ils répondent à la demande des Français de bâtir ensemble des solutions pour le pays", s'est réjouie sur Twitter la Première ministre Elisabeth Borne, qui joue en partie son poste à Matignon sur cette réforme. L

es sept députés et sept sénateurs - et autant de suppléants - réunis en commission mixte paritaire (CMP) pour tenter de réconcilier les souhaits du Sénat et de l'Assemblée sont tombés d'accord sur une version commune de ce texte qui rythme la vie politique et sociale du pays depuis le début de l'année.

Elle prévoit, sans surprise, le report de 62 à 64 ans de l'âge légal de départ en retraite, dénoncé depuis janvier par les syndicats et les oppositions de gauche et d'extrême droite. Ils avaient auparavant trouvé un compromis sur le sujet crucial des carrières longues, qui va déterminer en grande partie le vote des députés Les Républicains dont l'exécutif a besoin pour faire adopter sa réforme sans passer par le 49.3.

Reste à savoir si ce compromis, dont les détails n'ont pas été dévoilés, suffira à satisfaire les LR récalcitrants. "Je voterai contre" la réforme si un dispositif comprenant une durée maximale de cotisation de 43 ans pour l'ensemble des salariés n'est pas validé, a martelé leur meneur Aurélien Pradié. La réforme, sur laquelle Emmanuel Macron joue aussi en partie ses galons de réformateur, doit maintenant être soumise à un vote jeudi au Sénat, le matin, et à l'Assemblée, l'après-midi.

Sur le front social, la huitième journée de mobilisation était moins suivie que le 7 mars, point d'orgue de la contestation. A Paris, la CGT a dénombré 450.000 manifestants, soit davantage que les 300.000 comptés samedi par le syndicat, mais moins que son bilan de la journée record du 7 mars pour la capitale (700.000). A Marseille, 7.000 personnes ont défilé selon la préfecture, 160.000 d'après l'intersyndicale.

Le 7 mars, la police avait recensé 30.000 manifestants et les syndicats 245.000. Des tensions ont émaillé certains cortèges, comme à Rennes où de nombreuses vitrines ont été endommagées. La préfecture a annoncé 18 interpellations. À Saint-Etienne, des heurts ont eu lieu devant les locaux du Medef, la police faisant usage de gaz lacrymogène.

18h38: A 20h30, Emmanuel Macron va recevoir ce soir la Première Ministre et les Ministres concernés par la réforme 

18h31: Selon un nouveau bilan, seulement 17 personnes ont été arrêtées à Paris cet après-midi

18h28: La Direction générale de l'Aviation civile (DGAC) a demandé aux compagnies aériennes d'annuler jeudi 20% de leurs vols à Paris-Orly, tout comme mercredi, en raison d'une grève de contrôleurs aériens contre la réforme des retraites. "En dépit de ces mesures préventives, des perturbations et des retards sont néanmoins à prévoir", a souligné la DGAC dans un communiqué mercredi, invitant "les passagers qui le peuvent à reporter leur voyage et à s'informer auprès de leur compagnie aérienne pour connaître l'état de leur vol".

17h44: La CGT annonce 450.000 manifestants à Paris aujourd'hui

17h43: La commission mixte paritaire est parvenue à un accord sur le projet de loi réformant les retraites 

17h19: D'importantes forces de l'ordre sont en place sur le parcours de la manifestation alors que des groupes de Black Blocks tentent de casser des agences bancaires, des assurances ou des fast-foods et mettent le feu à des poubelles qui se trouvent sur le parcours.

 

17h00: De fortes tensions à Paris . "Un groupe radical de plusieurs centaines de personnes s'est constitué", selon la préfecture de Police. Une "manœuvre des forces de l'ordre" est en cours au niveau du boulevard de Port-Royal.

.

16h18: Dans le métro parisien, la RATP prévoit un trafic normal demain malgré un préavis de grève.

Le trafic sera quasi normal sur la ligne A du RER et perturbé sur la ligne B. Le trafic sera normal sur les réseaux Bus et Tramway.

Pour la journée du vendredi 17 mars, le trafic sera normal sur les réseaux Métro, Bus et Tramway.

Le trafic sera quasi normal sur la ligne A du RER et perturbé sur la ligne B.

16h02: Les forces de l'ordre violemment prises pour cible à Paris par des individus perturbateurs

.

.

15h55: Des vitrines cassées à Paris sur le parcours de la manifestation à Paris, notamment cette agence d'intérim

.

15h52: Devant le Sénat, la première ministre Elisabeth Borne déclare: "J’ai le plus grand respect pour le travail parlementaire qui se poursuit en ce moment même en commission mixte paritaire. Et je suis convaincue que le Sénat et l’Assemblée nationale peuvent s’accorder pour un projet qui garantira l’avenir de nos retraites par répartition".

15h23 Le Fort de Brégançon, résidence officielle de la présidence de la République, a également été privé d'électricité, selon la CFE-CGC Energie Côte d'Azur. Dans le Var, la fédération CGT Mines-Energie affirme avoir coupé le courant de 43.000 personnes dépendant d'un transformateur de la commune de Six-Fours, et "privé de courant des élus de la République", "voire résilié" leurs abonnements "dans leur permanence ou à leur domicile".

Enedis a dénoncé auprès de l'AFP des "actes de malveillance" et précisé qu'elle portait "systématiquement" plainte.

15h22: Le taux provisoire de grévistes approchait 15% mercredi midi à la SNCF selon une source syndicale, un chiffre en forte baisse par rapport au 7 mars dernier (39%),  lors de la neuvième journée de grève reconductible. Le nombre de grévistes est à peu près équivalent à celui du 16 février, pendant les vacances d'hiver quand la mobilisation avait atteint un point bas au sein du personnel du groupe public.

15h07: Les forces de l'ordre ont procédé à 2800 contrôles en amont de la manifestation, a indiqué la préfecture de Police lors d'un dernier point à 14h30. 4 individus ont été interpellés.

15h05: La participation à la grève chute fortement chez les fonctionnaires par rapport à mardi dernier, selon le ministère de la Fonction publique. Il atteint 2,7% dans la fonction publique d'Etat, 2,2% dans la fonction publique territoriale et 4,5% à l'hôpital.

14h38: Le report de l’âge légal à 64 ans vient d'être validé en commission mixte paritaire

14h35: Moins d'un quart des salariés d'EDF (22,45%) avaient cessé le travail aujourd'hui à la mi-journée pour la huitième journée de mobilisation contre la réforme des retraites, selon la direction. Cette participation est en très forte baisse par rapport à la précédente journée de mobilisation en semaine, le 7 mars, lors de laquelle la direction avait fait état de 41,5% de grévistes à la mi-journée par rapport aux effectifs totaux de l'entreprise.

14h31: Le cortège de la manifestation parisienne vient de s'élancer depuis l'esplanade des Invalides

14h11:Jean-Luc Mélenchon a accusé mercredi le gouvernement « d’essayer de rouler tout le monde » et notamment la droite à l’Assemblée nationale, alors que se déroule une commission mixte paritaire du Parlement sur la réforme des retraites avant le vote jeudi.

« Ils essaient de rouler tout le monde en faisant des promesses », « ils sont en train d’entortiller Les Républicains qui sont comme un bagage accompagné », a raillé le chef de file de La France insoumise depuis la manifestation parisienne, organisée dans le cadre de la huitième journée de mobilisation par l’intersyndicale contre le report de l’âge de départ à la retraite à 64 ans.

Le bruit a couru dans les couloirs de l’Assemblée que le gouvernement allait accéder, à la veille d’un vote très incertain au Parlement, à la demande de plusieurs députés LR dont Aurélien Pradié, que tous les bénéficiaires du dispositif carrières longues ne cotisent pas plus de 43 annuités.

Mais selon la gauche la proposition effective de la majorité ne conduit pas à ce que les 43 annuités concernent toutes les personnes ayant travaillé avant 21 ans.

Selon Jean-Luc Mélenchon, le vote de jeudi à l’Assemblée nationale reste incertain: « Tout le monde sait qu’on fait du pas à pas, personne ne sait le résultat de demain ». « Un certain nombre de LR se disent que c’est trop, il n’y a pas que les bourgeois qui votent pour eux », « dans les électeurs de droite, des gens se disent deux années de plus ça fait beaucoup », a-t-il assuré.

« C’est un moment où la bataille est à nouveau sur deux fronts, à l’Assemblée et dans la rue », a-t-il estimé, prévenant: « Ne croyez pas que le mouvement soit en train de ralentir ou de douter de lui-même ».

13h38: Le point sur ce que l'on sait à la mi-journée

Les tractations s'intensifiaient mercredi en commission mixte paritaire sur la réforme des retraites, notamment sur l'épineuse question des carrières longues. Le gouvernement jette toutes ses forces dans la bataille pour tenter de dégager une majorité parlementaire sur le texte. L'accord en commission mixte paritaire (CMP) est indispensable pour un vote final, à haut risque pour l'exécutif, jeudi, à l'Assemblée nationale.

"Plus que jamais le gouvernement cherche à ce qu'une majorité naturelle puisse soutenir cette réforme urgente et cruciale pour notre pays", a déclaré son porte-parole Olivier Véran, à l'issue du Conseil des ministres. Un éventuel recours à l'article 49.3 pour adopter la réforme phare du second quinquennat d'Emmanuel Macron, "n'a pas été évoqué" à cette occasion, a-t-il affirmé.

Pour cette huitième journée de mobilisation, les grèves restent très suivies chez les électriciens et gaziers ainsi que chez les éboueurs, notamment à Paris, mais le mouvement semble s'essouffler dans le secteur pétrolier et les transports. Dans la rue, la police prévoit entre 650 et 850.000 manifestants, moins que le 7 mars, point fort de la mobilisation (1,28 million). Le cortège parisien s'ébranlera à 14H00 des Invalides pour terminer place d'Italie.

En attendant, la CMP -sept députés, sept sénateurs, et autant de suppléants- planche au Palais-Bourbon. "On a une responsabilité sur les épaules : préserver le système par répartition", a commenté avant d'entrer dans la salle, le député Modem Philippe Vigier. Les carrières longues seront "certainement l’objet d’une discussion". Des tractations ont lieu jusqu'au bout entre le gouvernement et Les Républicains, pourvoyeurs de voix indispensables pour le camp présidentiel qui ne dispose que d'une majorité relative.

L'exécutif a déjà concédé à la droite un recul de l'âge de départ à 64 ans, et non 65, ainsi qu'un relèvement des petites pensions élargi aux retraités actuels.

13h20: "Il n’est jamais trop tard pour être dans la rue, mais ce n’est pas une autoroute, il y a des embûches", a déclaré Philippe Martinez. Pour le secrétaire général de la CGT, si le gouvernement passe par un 49.3, "ça va poser un grave problème".

13h00: Tensions dans le centre-ville de Nantes entre forces de l'ordre et des manifestants. Les CRS ont fait usage de gaz lacrymogène.

.

11h36: L’exécutif cherche « plus que jamais » à obtenir le soutien d’une « majorité naturelle » pour sa réforme des retraites, a déclaré mercredi le porte-parole du gouvernement Olivier Véran, tandis que députés et sénateurs cherchaient un compromis sur ce texte très contesté.

« Plus que jamais le gouvernement cherche à ce qu’une majorité naturelle puisse soutenir cette réforme urgente et cruciale pour notre pays », a-t-il affirmé devant la presse, précisant qu’un éventuel recours au 49.3 pour adopter le texte sans vote n’avait « pas été évoqué » lors du Conseil des ministres qui venait de s’achever.

« La Constitution prévoit des outils permettant d’adopter des textes lorsqu’il y a des difficultés de majorité donc je vous dis qu’on ne se projette pas dans l’hypothèse du recours au 49.3, mais on ne se projette pas non plus dans l’abandon de notre projet de réforme des retraites, ça je vous le garantis », a-t-il ajouté, laissant entendre qu’une telle option n’était pas encore formellement exclue.

Un recours jeudi à l’Assemblée nationale à cet article de la Constitution, qui serait perçu comme un passage en force par les opposants à la réforme, doit faire obligatoirement l’objet d’une délibération du Conseil des ministres. S’il décidait de pouvoir le dégainer en raison d’un risque d’absence de majorité absolue parmi les députés, le gouvernement aurait jusqu’à jeudi juste avant le début de l’examen du texte à l’Assemblée, prévu à 15H00, pour convoquer un Conseil des ministres extraordinaire à cette fin, a souligné mercredi une source gouvernementale.

« On compte jusqu’au bout » pour savoir s’il y a une majorité, jeudi matin « on saura si on peut aller au vote ou pas », a dit cette source. « On veut aller au vote, mais pas à n’importe condition », a-t-elle ajouté. Olivier Véran n’a pas voulu commenter les tractations entre sénateurs et députés en cours mercredi en commission mixte paritaire, qui portent notamment sur un possible compromis avec le parti Les Républicains sur les carrières longues. « Ce n’est pas un vote d’adhésion » à la politique du gouvernement « mais un vote de responsabilité », a insisté le porte-parole du gouvernement à l’égard de l’opposition de droite.

11h30: "Nous sommes dans une commission mixte paritaire qui est hors sol", a déclaré Mathilde Panot. "Vous avez l'impression dans cette salle vu l'autosatisfaction qui y règne qu'il n'y a pas de mouvement social depuis des semaines, qu'il n'y a pas 3,5 millions de personnes qui ont manifesté mardi dernier [...] qu'il n'y a pas une mobilisation aujourd'hui", a ajouté la députée.

11h25: Le point sur ce que l'on sait ce matin

Sept députés et sept sénateurs étaient réunis mercredi à huis clos pour chercher un compromis sur le projet de réforme des retraites, notamment sur l'épineuse question des carrières longues. Un accord en commission mixte paritaire est indispensable pour un vote final, jeudi à l'Assemblée nationale, à haut risque pour l'exécutif.

Pour cette huitième journée de mobilisation, les grèves restent très suivies chez les électriciens et gaziers ainsi que chez les éboueurs, notamment à Paris, mais le mouvement semble s'essouffler dans le secteur pétrolier et les transports. Dans la rue, la police prévoie entre 650 et 850.000 manifestants, moins que le 7 mars, point fort de la mobilisation (1,28 million).

Le cortège parisien s'ébranlera à 14H00 des Invalides pour terminer place d'Italie. En attendant, la commission mixte paritaire (CMP) - sept députés, sept sénateurs, et autant de suppléants - planche au Palais-Bourbon. "On a une responsabilité sur les épaules : préserver le système par répartition", a commenté avant d'entrer dans la salle, le député Modem Philippe Vigier. Les carrières longues seront "certainement l’objet d’une discussion".

Des tractations ont lieu jusqu'au bout entre le gouvernement et Les Républicains, pourvoyeurs de voix indispensables pour le camp présidentiel qui ne dispose que d'une majorité relative. L'exécutif a déjà concédé à la droite un recul de l'âge de départ à 64 ans, et non 65, ainsi qu'un relèvement des petites pensions élargi aux retraités actuels.

11h02: Dans plusieurs villes de France, les premiers cortèges se sont élancés. C’est notamment le cas à Arles, Avignon, Nantes ou encore Marseille…

.

 

10h05: Mathilde Panot, la présidente du groupe LFI à l’Assemblée nationale, présente à la commission mixte paritaire, publie des tweets sur son compte personnel.

.

09h54: "Je pense que la commission mixte paritaire, si elle est conclusive, comportera de bons arguments", a déclaré Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR, sur France Inter. Pour lui, "il vaut mieux le 49.3 que pas de réforme du tout". 

.

09h39: La commission mixte paritaire (CMP), qui réunit à huis clos sept députés, sept sénateurs et autant de suppléants, a entamé ce matin sa réunion pour tenter d'échafauder un texte de compromis sur la réforme des retraites, ont indiqué à l'AFP des sources parlementaires. Pour "expliquer aux Français" les discussions qui auront lieu au cours de la réunion, la cheffe de file des députés LFI, Mathilde Panot, qui fait partie de la CMP, a promis de twitter les échanges et d'organiser des points presse hors de la salle.

08h28: Des manifestants contre la réforme des retraites ont pris la direction de Disneyland à  Marne-la-Vallée en car à l’aube, pour une action "coup de poing". A leur arrivée, ils ont bloqué la cuisine centrale du parc d’attractions, gérée par Sodexo. 5.000 à 7.000 repas ne vont pas être livrés, donc, pour les salariés de Disneyland. Ils sont une centaine à être réunis devant cette cuisine, avec des poubelles pour bloquer l’entrée.

07h01: La RATP prévoit un trafic « légèrement perturbé » pour aujourd'hui dans le métro mais « très perturbé » dans le RER. Pour jeudi, la RATP prévoit un trafic « normal ou quasi normal » dans le métro, « quasi normal » sur la ligne A du RER et « perturbé » sur la ligne B. Du côté des grandes lignes, la SNCF prévoit 3 TGV sur 5 et 2 TER sur 5 mercredi.

06h20: Sept députés et sept sénateurs se réunissent aujourd'hui à huis clos pour chercher un compromis sur la réforme des retraites. Un accord indispensable pour un vote final jeudi à l'Assemblée, à haut risque pour l'exécutif. Les grèves restent très suivies dans l'énergie et chez les éboueurs parisiens qui ont voté la poursuite de leur mouvement "au moins jusqu'au 20 mars". Mais la mobilisation semble s'essouffler dans les raffineries et certains pans des transports.

Dans la rue, de source policière, les renseignements prévoient entre 650 et 850.000 manifestants, moins que le 7 mars, point d’orgue de la mobilisation (1,28 million).

Le cortège parisien s'ébranlera à 14H00 des Invalides pour terminer place d'Italie.

05h55: Le groupe LR, pourvoyeur de voix indispensable pour le camp présidentiel, apparaît toujours aussi divisé sur ce projet de loi, donnant des sueurs froides au gouvernement. Voter pour le texte n'est "pas un soutien au gouvernement", a lancé mardi à la droite la Première ministre, Elisabeth Borne. "Une majorité existe qui n’a pas peur des réformes, même impopulaires, quand elles sont nécessaires". Mais, "jusqu’au dernier moment il y aura une incertitude", a reconnu à l'AFP une source gouvernementale.

Ces doutes laissent planer la possibilité que le gouvernement déclenche l'article 49.3 de la Constitution, qui permet une adoption sans vote. Y avoir recours serait perçu comme un geste politique ravageur, susceptible d'attiser les tensions sociales. D'autant que l'exécutif a déjà choisi de restreindre à 50 jours le débat au Parlement et de dégainer au Sénat un outil lui permettant un vote bloqué sur l'ensemble du texte.

05h28: Elisabeth Borne a assuré mardi qu'un vote positif des députés de droite sur sa réforme des retraites ne serait pas interprété comme un "soutien au gouvernement", lançant un nouvel appel à ces voix cruciales avant deux journées décisives au Parlement.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Electro
15/mars/2023 - 18h57

Quand le bateau risque de couler, le destructeur.... le capitaine distribue les gilets de sauvetage !

Portrait de COLIN33
15/mars/2023 - 18h53 - depuis l'application mobile

Petite réunion suivie d'un apéro et d'un repas copieux, ensuite ramassage des ordures !!! .......

Portrait de COLIN33
15/mars/2023 - 16h12 - depuis l'application mobile

Les LR ont signé leur arrêt de mort !
et les gilets jaunes ils sont ou?

Portrait de COLIN33
15/mars/2023 - 08h20 - depuis l'application mobile

TOUS MOBILISÉS, NE RIEN LACHER !
RÉFÉRENDUM.....

Portrait de Electro
15/mars/2023 - 08h01

Mercredi et Jeudi sont deux jours où chaque heure va nous apporter son lot de rebondissements ! Un conseil, évitons BF M.....  et ses concurrentes à la botte du destructeur et privilégions des sources indépendantes au cœur des manifestations. On a le choix sur internet quand on se renseigne un peu.

Choisissons la liberté de notre information.