09/02/2023 18:02

Les critères de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle seront "assouplis" dans le cas de la sécheresse pour "mieux prendre en compte le caractère lent et progressif du phénomène"

Les critères de reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle seront « assouplis » dans le cas de la sécheresse pour « mieux prendre en compte le caractère lent et progressif du phénomène de sécheresse-réhydratation des sols » qui provoque des dégâts sur les maisons, selon le compte-rendu du Conseil des ministres de mercredi.

Le phénomène de retrait-gonflement des sols argileux (RGA) touche une bonne moitié du territoire métropolitain et occasionne des mouvements de terrain qui déstabilisent les fondations des maisons et génèrent des fissures sur les murs.

Cette ordonnance du gouvernement, prise dans le cadre d’une loi de février 2022, « ainsi que les textes d’application qui l’accompagneront d’ici à l’été, permettront d’augmenter le nombre de communes éligibles à la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle par rapport à la situation actuelle », souligne le gouvernement.

Il y a plusieurs mois, l’émission Cash Investigation avait pointé la difficulté à se faire indemniser dans certains cas avec des situations frôlant parfois l’absurde. Outre un assouplissement des critères de reconnaissance, « un nouveau mécanisme » permettra l’indemnisation des victimes situées dans des communes « ayant subi une succession anormale de sécheresses d’ampleur significative, mais dont l’intensité mesurée année par année ne remplit pas les critères actuels ».

L’exécutif souhaite également « une meilleure prise en compte de la situation des communes adjacentes » à celles ayant eu la reconnaissance de l’état de catastrophe naturelle, le système actuel faisant qu’une habitation située dans une commune peut être indemnisée alors qu’une maison située à quelques centaines de mètres ne l’est pas.

 

Ailleurs sur le web

Vos réactions