11:02

Un entrepreneur de Bourgogne, qui se dit pris à la gorge par la flambée des prix de l'électricité, appelle les patrons à lui faire parvenir leurs factures qu'il se propose de renvoyer en bloc ... à l'Élysée!

Un entrepreneur de Bourgogne qui se dit pris à la gorge par la flambée des prix de l'électricité appelle les patrons à lui faire parvenir leurs factures qu'il se propose de renvoyer en bloc à l'Élysée, a-t-il expliqué à l'AFP.

"Bonjour, Je suis Arnaud Lhermite, directeur d'une entreprise de chaudronnerie/tôlerie à taille humaine depuis 2009 située au coeur de la Bourgogne", écrit Arnaud Lhermite sur la page Facebook de son entreprise de chaudronnerie et tôlerie d'une quarantaine de salariés, baptisée L'Atelier des trois mondes.

"Comme vous, mon entreprise subit, impuissante, la hausse du prix de l'électricité. Que faire ? Répercuter la hausse sur nos prix de vente et perdre des clients ? Réduire notre consommation, donc arrêter des machines, donc réduire les commandes, donc réduire l'équipe ?", ajoute le chef d'entreprise avant de lancer "un coup de gueule national".

"J'ouvre une collecte de factures d'énergie regroupées dans un imposant colis à destination de... l'Élysée !", écrit-il sur les réseaux sociaux.

"Selon nos extrapolations, ma facture d'électricité va être multipliée par six cette année, de 26.000 euros en 2022 à 151.000 cette année. Et c'est en arrêtant les machines les plus énergivores et en travaillant la nuit quand l'électricité est moins chère", explique à l'AFP le patron qui gère deux sites en Saône-et-Loire et un dans l'Yonne.

"Ce n'est pas viable", lâche-t-il, évoquant une perte de 27.000 euros dès le mois de janvier alors que l'entreprise réalise normalement un bénéfice d'environ 40.000 euros par an, pour un chiffre d'affaires annuel de 800.000 euros.

"S'ils ne font rien, on ferme", lâche-t-il, estimant que "l'amortisseur" mis en place par le gouvernement pour les PME, dont M. Lhermite n'est pas certain de pouvoir bénéficier, n'allégerait de toute façon sa facture que de 20%. "Ca n'empêche pas d'arrêter l'entreprise", dit-il, réclamant plutôt un bouclier tarifaire, comme il en existe pour les ménages.

L'entrepreneur, qui appelle donc ses collègues à "rejoindre le collectif #industriesoushautetension", avoue ne pas "encore avoir reçu beaucoup de factures".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de DictionnairErroné
25/janvier/2023 - 19h50
seb2746 a écrit :

Car l’état pouvait bloquer le tarif à n'importe quel moment, Quand on dit aux boulangers qu'ils vont avoir un CRÉDIT en plus pour pouvoir payer des factures 6 à 10x plus importantes, c'est clairement se foutre d'eux.

On a déjà perdu ce mois-ci plus de 8% des Boulangers en France (et le mois n'est pas terminé), la projection est de -62% d'ici juillet...

Perdre des entrepreneurs qui n'ont pas anticipé des frais supplémentaires, c'est malheureusement vieux comme le monde....

Ils ont souvent négocié leur contrat quand l'électricité était au plus bas, donc pour certains, cette facture a effectivement été multipliée par 10, pour d'autres, ça été par 2. C'est le risque pour toute entreprise. Il faut savoir s'adapter aux nouvelles situations, certains y parviennent, d'autres pas, ça fera juste un tri.

 

Portrait de seb2746
25/janvier/2023 - 16h20
DictionnairErroné a écrit :

Pourquoi l'Elysée ?

En France, le prix de l'électricité pour les entreprises est fixé par les fournisseurs d'énergie, sous la régulation de l'Autorité de la concurrence et de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Les entreprises peuvent également négocier des contrats d'achat d'électricité à long terme avec des producteurs indépendants.

Quand ils achètent leurs grosses berlines allemandes, ils envoient aussi la facture au président ?

Car l’état pouvait bloquer le tarif à n'importe quel moment, Quand on dit aux boulangers qu'ils vont avoir un CRÉDIT en plus pour pouvoir payer des factures 6 à 10x plus importantes, c'est clairement se foutre d'eux.

On a déjà perdu ce mois-ci plus de 8% des Boulangers en France (et le mois n'est pas terminé), la projection est de -62% d'ici juillet...

Portrait de PhilRAI
25/janvier/2023 - 14h31

Les politiques qui se sont succédés au pouvoir depuis plus de 30 ans ont systématiquement mis la France en déficit. Macron accélère ce déficit, il ne sait pas gérer un budget, ou il s'en tape, ou il le fait exprès. Dans ces conditions les réclamations des entreprises qui elles doivent tenir un budget en équilibre sous peine de fermer, vous pensez bien qu'il n'en a rien à foutre, il ne le comprend sans doute même pas.

La seule solution c'est de le virer, lui et ses semblables qui prônent la même politique de destruction du pays. Le vote pour les souverainistes est la seule voie de sortie.

Portrait de Soulejack
25/janvier/2023 - 12h38

il s'en fout Macron,c'est nous qui lui payons tout.

Portrait de DictionnairErroné
25/janvier/2023 - 11h21

Pourquoi l'Elysée ?

En France, le prix de l'électricité pour les entreprises est fixé par les fournisseurs d'énergie, sous la régulation de l'Autorité de la concurrence et de la Commission de régulation de l'énergie (CRE). Les entreprises peuvent également négocier des contrats d'achat d'électricité à long terme avec des producteurs indépendants.

Quand ils achètent leurs grosses berlines allemandes, ils envoient aussi la facture au président ?