23/01 15:04

La Répression des fraudes indique que plus d'un influenceurs sur deux est en infraction et plusieurs procédures ont été ouvertes à leur encontre pour du "dropshipping" ou pour la promotion d'injections esthétiques

Plus de la moitié (60%) des influenceurs "ciblés" depuis 2021 par la Répression des fraudes n'ont pas respecté la réglementation sur la publicité et les droits des consommateurs, et plusieurs procédures ont été ouvertes à leur encontre, selon un communiqué lundi. L'enquête de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) a "ciblé" plus d'une soixantaine d'agences et influenceurs actifs dans la promotion de cosmétiques, de compléments alimentaires, de programmes "minceur" ou encore dans les services de trading et de paris en ligne.

"La totalité des influenceurs en anomalie ne respectaient pas les règles relatives à la transparence du caractère commercial de leurs publications", a détaillé dans un communiqué la direction rattachée au ministère de l'Economie et des Finances. Elle a reproché à une trentaine d'entre eux d'avoir "trompé les consommateurs sur les propriétés des produits vendus" ou d'avoir "promu des produits ou services risqués" dans le domaine des paris sportifs.

"Dans les cas les plus graves, certains influenceurs ont réalisé des opérations de promotions non autorisées, comme celle de l'utilisation du compte de formation professionnelle (CPF) pour récupérer des espèces ou des cadeaux (...) ou celle d'injections à visée esthétique par des esthéticiens et des non professionnels de santé", a ajouté l'administration.

Elle cible également certains pratiquants du +dropshipping+, un concept commercial où le client passe commande sur le site internet d'un vendeur qui ne possède pas de stock.

Dans ce système, le vendeur n'est qu'un simple intermédiaire qui se fournit auprès d'un grossiste, et qui peut augmenter sa marge comme il le souhaite. Les services de Bercy indiquent avoir engagé plusieurs procédures à leur encontre.

Le conflit qui a éclaté l'année dernière entre Magali Berdah, patronne de la puissante agence d'influenceurs Shauna Events, et le rappeur Booba avait mis en lumière les dérives de la promotion de produits sur les réseaux sociaux et les risques, notamment pour les plus jeunes.

La justice a ouvert une enquête pour "pratiques commerciales trompeuses" contre cette agence le 6 septembre dernier, qui a été confiée au commissariat d'Antibes, ville où est immatriculée la société.

Désireux de mieux encadrer les pratiques des influenceurs, le ministère de l'Economie a initié en décembre une série de réunions avec une cinquantaine d'acteurs du secteur et a lancé une consultation publique, ouverte jusqu'au 31 janvier. Le ministre de l'Économie Bruno Le Maire rendra compte de ces contributions et d'éventuelles décisions d'ici mars 2023.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de El Padron
24/janvier/2023 - 00h15 - depuis l'application mobile

Faut il tout de même être complètement dénué de sens pour acheter de la m*rde à ces gens là et pour croire ce qu’ils racontent. Redescendez sur terre les gens! Nabila qui ne sait pas aligner deux mots de français sans dire une connerie ne vous fera pas gagner de l’argent ni perdre du poids… elle videra juste votre porte-monnaie pour continuer à vivre à Dubai… sans cerveau, mais à Dubai. Les influenceurs, c’est c*ns comme des poules, et comme les poules, ça aime le blé.

Portrait de Kesnhi74
23/janvier/2023 - 17h50

Il faudrait aussi commencer à regarder vers twitch... Je connais énormément de streamer qui prennent pas mal d'argent qu'il ne déclare pas tout en touchant des aides de la CAF ect. Ce milieu est tellement peu surveiller...

Portrait de seb2746
23/janvier/2023 - 17h30

Je suis choqué, bientôt on va apprendre que les produits qu'ils "vendent" sont inutiles VOIR dangereux aussi smiley

Portrait de zig et puce
23/janvier/2023 - 16h42

Attention le titre peut prêter à confusion , le dropshipping n'est nullement illégal s'il est fait correctement et en respectant certaines règles , jamais eu de soucis en trois ans . 

Portrait de djelloul
23/janvier/2023 - 15h34

dropshipping/ Ca mange quoi l hiver