14/12/2022 10:01

Alain Soral comparaît aujourd'hui devant le tribunal de police de Lausanne, en Suisse, accusé d'avoir tenu des propos homophobes à l'encontre d'une journaliste

L'essayiste franco-suisse d'extrême droite Alain Soral comparaît aujourd'hui devant le tribunal de police de Lausanne, en Suisse, accusé d'avoir tenu des propos homophobes à l'encontre d'une journaliste. De son vrai nom Alain Bonnet, M. Soral, qui réside à Lausanne depuis octobre 2019, avait été condamné en avril dernier à trois mois de prison ferme par le procureur général du canton de Vaud Eric Cottier pour "diffamation, discrimination et incitation à la haine" après la diffusion d'une vidéo où il attaquait la journaliste Cathy Macherel, du quotidien la Tribune de Genève. Ayant fait opposition à cette décision du procureur (lesquels, en Suisse, ont le pouvoir de condamner à des peines allant jusqu'à six mois de prison), l'essayiste doit donc passer devant un juge. Le procès se tient de 09H00 à 13H30 GMT.

En avril, le procureur général avait estimé que "les propos tenus par le prévenu" à l'encontre de Mme Macherel "sont profondément homophobes et incitent à la discrimination en raison de l'orientation sexuelle de la plaignante et, plus généralement, des personnes homosexuelles".

Ces propos, avait-il souligné dans son ordonnance pénale du 4 avril, "sont propres à attiser ou exciter le public du prévenu, comme le démontrent les commentaires laissés sous la vidéo". La journaliste, qui n'a pas souhaité s'exprimer avant l'ouverture du procès, avait déposé plainte après la diffusion de la vidéo dans laquelle l'essayiste l'insultait.

M. Soral, 64 ans, réagissait à un article le concernant écrit en août 2021 par Mme Macherel. Dans cette vidéo diffusée sur un site en ligne, M. Soral avait traité la journaliste de "grosse lesbienne militante pour les migrants" et de "queer", un terme qu'il veut synonyme de "désaxé".

Sous la vidéo figurait une photo portrait de Mme Macherel. "M. Soral a souvent vanté la +tranquillité suisse+. Il apprend aujourd'hui qu'il y a des lois, dans notre pays, qui permettent de punir de tels agissements", avait-elle confié à la Tribune de Genève, après la condamnation de M. Soral en avril.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Korveg
14/décembre/2022 - 19h04

Il a été condamné plein de fois à de la prison, mais il n'y va jamais...

Quant à son homophobie, il n'était pas clair du tout là-dessus dans les années 80 !