13/12/2022 18:15

Adrien Quatennens prend la parole ce soir pour dénoncer "un lynchage médiatique" et refuse de démissionner dénonçant l’hypocrisie ambiante : "Ma vie privée a fait 20h d'antenne sur BFM en 3 semaines !"

18h14: Ce soir, La Voix du Nord a publié le premier entretien exclusif avec le député, quelques heures après la décision de son groupe La France insoumise de le suspendre pendant quatre mois et de le réintégrer s’il suit un «stage de responsabilisation sur les violences faites aux femmes auprès d’associations féministes», comme l’a annoncé le groupe LFI  dans un communiqué publié dans l’après-midi.

Condamné ce mardi par le Tribunal de Lille à quatre mois de prison avec sursis et 2000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral, le député lillois de la France Insoumise Adrien Quatennens livre pour la première fois sa version des faits dans l’affaire de violences conjugales qui l’oppose à son épouse.

Dans cette longue interview, il estime avoir assez payé, il dénonce l’hypocrisie ambiante et il annonce son intention de ne pas démissionner de son mandat de député malgré sa radiation temporaire du groupe parlementaire LFI-Nupes pour une durée de quatre mois :

"En plus de l’épreuve personnelle, j’ai enduré en silence un lynchage médiatique inédit de la part de gens qui n’étaient pas derrière les portes closes d’une histoire de couple et qui ne connaissaient rien au dossier. La vérité n’est pas leur sujet. La justice a pourtant écarté les accusations de violences répétées et de harcèlement et a décidé de ne pas me renvoyer devant un tribunal.

Ma vie privée a alimenté 4.000 articles de presse et jusqu’à 350 par jour. Cette vie privée qui a fait l’objet de 700 passages télé et jusqu’à 20 heures d’antenne sur BFM TV en l’espace de trois semaines. Si j’avais respecté à la lettre le conseil des associations, c’est moi qui aurais dû partir. 

Je suis un militant à qui le peuple a confié un second mandat. Je vais tâcher d’honorer le mandat qui m’a été confié et de faire en sorte que les citoyennes et citoyens se sentent correctement représentés comme ils l’ont été depuis 2017. Je souhaite le faire dans le cadre du groupe politique de La France insoumise car ce sont les idées que je défends depuis les prémices de mon engagement aux côtés de Jean-Luc Mélenchon.

 

14h55: Après sa condamnation, Adrien Quatennens est radié pendant 4 mois du groupe des députés La France insoumise, annonce un communiqué publié cet après-midi.

 

"Nous avons pris connaissance ce jour de la condamnation d'Adrien Quatennens. Fidèles à notre engagement dans la lutte contre les violences faites aux femmes, nous nous devions de prendre collectivement une décision politique concernant la participation d'Adrien Quatennens à notre groupe parlementaire", débute le texte. 

Et d'ajouter : "Cette décision est éclairée par la décision de justice prise après enquête, le principe féministe de prendre au sérieux la parole des femmes, et une volonté de gradation des sanctions. Considérant qu'Adrien Quatennens est d'ores et déjà mis en retrait de son activité parlementaire depuis 3 mois".

"Nous avons pris la décision de suspendre Adrien Quatennens de notre groupe, selon les modalités suivantes : - radiation temporaire du groupe parlementaire LFI-Nupes pour une durée de 4 mois à compter d'aujourd'hui et jusqu'au 13 avril 2023; - retour dans le groupe parlementaire conditionné à l'engagement de suivre un stage de responsabilisation sur les violences faites aux femmes auprès d'associations féministes".

 

13h46: Sur son compte Twitter, Sandrine Rousseau appelle le député LFI Adrien Quatennens à démissionner "par respect pour les femmes". "Un député condamné pour violences conjugales ne peut pas siéger. Il doit démissionner. Par respect pour les femmes, pour nos combats et les valeurs que nous défendons", explique la députée sur son compte Twitter.

11h02: Le point sur ce que l'on sait

Le député LFI du Nord, Adrien Quatennens, a été condamné mardi à Lille dans une procédure de plaider-coupable à 4 mois de prison avec sursis notamment pour des "violences" sur son épouse, épilogue judiciaire d'une affaire qui l'a mis au ban de la politique. Le député, en jean bleu et doudoune noire, est condamné pour "violences sans incapacité commises par conjoint" entre octobre et décembre 2021, ainsi que pour "envoi régulier et malveillant de messages" à son épouse, par SMS et WhatsApp, entre août et septembre 2022.

Son avocate, Me Jade Dousselin, avait affirmé que deux faits avaient été retenus par le parquet: une gifle infligée à sa femme "il y a plus d'un an" dans un contexte "d'agressivité mutuelle", ainsi que des SMS envoyés après la séparation du couple et "dont l'absence de caractère malveillant" a "été reconnue". Il devra également verser 2.000 euros de dommages et intérêts pour préjudice moral.

Cette peine a été proposée mardi matin par la procureure de la République de Lille à M. Quatennens, qui l'a acceptée. Elle a ensuite été homologuée publiquement par un juge, à l'issue d'un huis clos prononcé pour "assurer le respect de la vie privée et intime des personnes" ainsi que la "sérénité des débats".

Son épouse Céline était présente dans la salle d'audience, accompagnée d'un avocat. La peine désormais connue, se pose la question du retour ou non de l'ex numéro 2 de LFI dans l'hémicycle, ainsi que de sa place au sein du groupe parlementaire. Il reste pour l'instant exclu des activités de son groupe.

"Le sujet sur lequel nous réfléchissons, c'est quelles sont les conditions, quelles sont les modalités d'un éventuel retour", avait déclaré lundi sur France Inter le député LFI des Bouches-du-Rhône, Manuel Bompard, qui doit bientôt prendre la tête de la nouvelle coordination de LFI, après le retrait d'Adrien Quatennens. "Personne" au sein du groupe parlementaire ne considère qu'un "retour est impossible", avait-il assuré, au moment où son parti est plongé dans des querelles internes sur sa direction.

10h48: "Cette peine ne l’empêche pas de reprendre sa place à l’Assemblée nationale", a déclaré l'avocate du député Adrien Quatennens. Et d'ajouter : "C’est un avertissement solennel à un homme qui ne reviendra pas devant la justice".

10h30: Le député Adrien Quatennens a été condamné à quatre mois de prison avec sursis pour violences conjugales. Il doit également payé 2.000 euros de dommages et intérêts à sa femme

10h20: Le point sur ce que l'on sait ce matin

L'ex-numéro deux de La France insoumise, Adrien Quatennens, est arrivé mardi au tribunal de Lille pour comparaître dans une procédure de "plaider-coupable" après avoir reconnu une gifle contre son épouse et des SMS répétés, épilogue judiciaire d'une affaire qui l'a mis au ban de la politique.

Nicolas Heyn, responsable de la presse pour La France Insoumise à Lille, a confirmé que le député était entré dans le tribunal aux alentours de 8H30. Mais il a évité les journalistes massés devant l'entrée principale, ainsi que les quatre militantes du collectif féministe #NousToutes, brassard violet au bras, présentes à l'extérieur pour réclamer sa démission.

Une dizaine d'élus et militants LFI s'étaient également rassemblés dans un froid glacial afin de soutenir l'élu LFI. "On ne peut pas le comparer à des gens qui tabassent leur femme, qui mettent du GHB dans des verres", a déclaré à l'AFP le maire LFI de Faches-Thumesnil, Patrick Proisy.

"Nous, on espère qu'il revienne. On ne peut pas se passer d'un orateur comme Adrien Quatennens dans le combat qui se prépare sur les retraites", a-t-il ajouté. Jugé en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC ou "plaider-coupable"), l'élu du Nord pourrait être condamné à "une amende", voire "un stage de sensibilisation" aux violences conjugales, affirme son entourage.

10h05: L'audience durant laquelle la peine sera prononcée contre le député se déroule à huis clos

08h20: Accusé par son épouse de violences physiques et psychologique», le député LFI Adrien Quatennens comparaît ce matin à Lille . Jugé en comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité, procédure aussi appelée «plaider-coupable», il encourt «une amende, voire un stage de sensibilisation» aux violences conjugales, selon son entourage. Convoqué à 8h30 par la procureure de la République de Lille, l’homme de 32 ans se verra proposer une peine par cette dernière. S’il l’accepte, elle devra ensuite être homologuée par un juge pendant la séance publique prévue à 10h.

En cas de rejet de la peine prononcée par le juge, Adrien Quatennens serait renvoyé devant un tribunal correctionnel à une date ultérieure.

D’après l’avocate du prévenu, Me Jade Dousselin, la justice reconnaît une gifle infligée à son épouse, «il y a plus d’un an», dans un contexte «d’agressivité mutuelle», ainsi que des SMS envoyés après la séparation et «dont l’absence de caractère malveillant» a «été reconnue».

Pour rappel, la procédure allégée dite «plaider-coupable» désigne un mode de jugement de certains délits qui consiste à proposer au prévenu une peine inférieure à celle encourue, en échange de la reconnaissance de sa culpabilité, selon le site vie-publique.fr

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Sivom45000
14/décembre/2022 - 07h22 - depuis l'application mobile

Rien que pour sa coupe de balai à c.hiottes il mérite d'être puni.

Portrait de Vosegus
13/décembre/2022 - 20h30
Laurent50 a écrit :

Il a nul besoin de votre soutient, il a le soutient de l’ange Oliver, car l’ange Oliver protège les roues.

smiley

En attendant il est en roux libre puisque suspendu du groupe NUPES.

Portrait de Laurent50
13/décembre/2022 - 20h14
El Padron a écrit :

Tout mon soutien. Télé de mer*e qui juge, qui blâme, que fait sa loi, sans rien savoir. Télé poubelle comme toujours et BFM en priorité

Il a nul besoin de votre soutient, il a le soutient de l’ange Oliver, car l’ange Oliver protège les roues.

smiley

Portrait de Vosegus
13/décembre/2022 - 19h39
micpec a écrit :

Pour taper sur Benjamin Griveaux pour une vidéo sexe privée et demander sa démission, ça ne lui posait pas de souci, pour demander la démission aussi de De Rugy pour un homard, ça ne le gênait pas non plus, alors qu'il arrête de jouer au Caliméro !

Exactement !

Il faisait partie de la meute LFI à réclamer la démission à la moindre enquête journalistique publiée quand ça concernait le camps d'en face et, maintenant que le boomerang lui revient en pleine tronche, se la joue Caliméro. 

Il oublie un peut vite que la roux tourne. 

Portrait de YVESM
13/décembre/2022 - 19h29

Une solution, pour lui, peut-être…. Annoncer qu’il va faire sa transition.

Portrait de MICMAH458
13/décembre/2022 - 19h28

Il aurait bien tort de démissionner, pour deux raisons : 1) ce n'est pas non plus un prédateur avide de violences  2) un boulot à 7.000 balles, cela ne se trouve pas tous les jours, même et surtout pas en traversant la rue, comme dirait l'autre.

Portrait de micpec
13/décembre/2022 - 19h25

Pour taper sur Benjamin Griveaux pour une vidéo sexe privée et demander sa démission, ça ne lui posait pas de souci, pour demander la démission aussi de De Rugy pour un homard, ça ne le gênait pas non plus, alors qu'il arrête de jouer au Caliméro !

Portrait de COLIN33
13/décembre/2022 - 18h25 - depuis l'application mobile

il raison une gifle n'est pas un viol, beaucoup trop font l'amalgame, combien de femmes ont giflé leur compagnon depuis la nuit des temps, mais le contraire ne doit pas se savoir....tout cela est regrettable, mais pas nécessaire pour détruire la vie d'une personne qu'elle soit médiatisée, ou pas...

Portrait de seb2746
13/décembre/2022 - 18h08
Soulejack a écrit :

il faut quoi pour qu'élu aille en taule? 10 viols et 10 meurtres?

Les viols ne donnent plus de prison ferme automatiquement non plus pour un simple civil alors un politique, immunité totale.

Portrait de jeanseb54
13/décembre/2022 - 17h23 - depuis l'application mobile

Moi j’ai porté plainte contre mon ex femme pour des violences conjugales ( coups, griffures à sang) il y’a 1 an et toujours pas de nouvelles, ok je ne suis ni une femme ni connu mais bon on voit bien qu’il y’a une justice à 2 vitesses

Portrait de YVESM
13/décembre/2022 - 15h05

Je pense aussi qu'une confession de son privilège blanc de non binaire non intersectionnalisé roulant aux énergies fossiles serait justifiée.

Portrait de Tempura
13/décembre/2022 - 14h05

Donc le tarif pour battre sa femme quand on est député de gauche c'est moins d'une semaine de salaire.

Autant ne pas le condamner du tout.

Portrait de KERCLAUDE
13/décembre/2022 - 13h59

Une personne condamnée peut siéger à l'assemblée..... , belle justice pourvu que cela dure. 

Portrait de COLIN33
13/décembre/2022 - 13h24 - depuis l'application mobile
Capri a écrit :

Parce que Damien Abad a « plaidé coupable » comme Adrien Quatennens ? Ça m’avait échappé… La gravité des faits reprochés n’est d’ailleurs sans commune mesure (dispute familiale d’un côté, accusations de viol de l’autre…) !!

@Capri vous avez raison !

Portrait de Vosegus
13/décembre/2022 - 12h40
Capri a écrit :

Je n’aurais pas voté pour A. Quatennens et LFI dans ma circonscription ; pour autant, ce jeune homme ambitieux (trop ?) a fait ce qu’il avait de mieux à faire : plaider coupable, être condamné et passer à autre chose.

Avait il vraiment le choix avec des dizaines de harcèlements par SMS ? 

Il a oublié que les paroles s'envolent et que les écrits restent. Pas très fut-fut pour celui qui se voyait déjà leader maximo à la place du Chavez français.

Portrait de Alexshe
13/décembre/2022 - 12h28

Il va donc être inéligible si il a un casier? Ha non on est en France..!

Portrait de Titoon
13/décembre/2022 - 12h13
Capri a écrit :

Une plainte en 2022 pour 'tentative de viol' pour des faits commis en 2010. Deux autres femmes avaient accusé de viol le ministre dans un article de Médiapart, pour des faits qui se seraient produits en 2010 et 2011. L'une d'entre elles avait porté plainte à deux reprises entre 2012 et 2017. Mais ces plaintes avaient été classées sans suite "faute d'élément probant". En 2010/2011, DA n’était pas autant handicapé que maintenant. Sa maladie est degenerative. On met sur le même plan 3 plaintes pour viol et tentative de viol (DA) et une dispute familiale entre HF mariés sur fond de divorce (AQ)… Il faut être précis quand on s’exprime, surtout sur ces sujets là !

Plainte en 2022 pour des faits de 2010, donc par nature improuvables ( A moins qu'elle est gardée la robe en l'état, certain comprendrons la référence).

Les plaintes de 2012 et 2017 classé sans suite, donc légalement il n'y a rien......

Donc si je comprend bien accordez plus de valeur à se qui est à ce jours des racontars voir des propos pouvant tomber sur le coup de la diffamation à des aveux....

Quand on se vante d'être précis, il ne faut pas occulter ce qu'il ne vous arrange pas.

Mais bon merdiapart l'a dis donc c'est vrai (pour info c'est leur technique de sortir tout mais absolument tout vrai ou faux en espérant taper juste  afin de faire tomber quelqu'un).

 

Portrait de Capri
13/décembre/2022 - 11h59
Rhume-19 a écrit :

Ça remonte à quand ?

Une plainte en 2022 pour 'tentative de viol' pour des faits commis en 2010. Deux autres femmes avaient accusé de viol le ministre dans un article de Médiapart, pour des faits qui se seraient produits en 2010 et 2011. L'une d'entre elles avait porté plainte à deux reprises entre 2012 et 2017. Mais ces plaintes avaient été classées sans suite "faute d'élément probant". En 2010/2011, DA n’était pas autant handicapé que maintenant. Sa maladie est degenerative. On met sur le même plan 3 plaintes pour viol et tentative de viol (DA) et une dispute familiale entre HF mariés sur fond de divorce (AQ)… Il faut être précis quand on s’exprime, surtout sur ces sujets là !

Portrait de Ocarina
13/décembre/2022 - 11h58

C'est seulement ça pour un donneur de leçons, déçu de la justice française.

Portrait de Capri
13/décembre/2022 - 11h50
Blondissime a écrit :

Il n'aurait pas honte de retourner dans l'hémicycle j'imagine. Et il a sans doute continué à toucher ses (larges) indemnités

Les indemnités sont les mêmes pour tout le monde. Je ne pense pas que AQ fasse partie des profiteurs du système. Regardez plutôt du côté de certains « anciens » (les présences et travaux en commission sont publics à présent)

Portrait de Capri
13/décembre/2022 - 11h46
Rhume-19 a écrit :

Abad est handicapé...

Son handicap s’est agravé avec les années. Il n’a pas toujours été ainsi. La plainte remonte à assez loin. 

Portrait de Capri
13/décembre/2022 - 11h45
Blondissime a écrit :

Il n'aurait pas honte de retourner dans l'hémicycle j'imagine. Et il a sans doute continué à toucher ses (larges) indemnités

Je n’aurais pas voté pour A. Quatennens et LFI dans ma circonscription ; pour autant, ce jeune homme ambitieux (trop ?) a fait ce qu’il avait de mieux à faire : plaider coupable, être condamné et passer à autre chose.

Portrait de Capri
13/décembre/2022 - 11h42
wicket a écrit :

Lui, il aura toutes les excuses possibles de la part de Mélenchon and Co... Damien Abad n'aura pas eu cette "chance" !!! Tristes gens ! En tous les cas, sa femme a bien réussi son coup !!!

Parce que Damien Abad a « plaidé coupable » comme Adrien Quatennens ? Ça m’avait échappé… La gravité des faits reprochés n’est d’ailleurs sans commune mesure (dispute familiale d’un côté, accusations de viol de l’autre…) !!

Portrait de Blondissime
13/décembre/2022 - 11h39

Il n'aurait pas honte de retourner dans l'hémicycle j'imagine. Et il a sans doute continué à toucher ses (larges) indemnités

Portrait de YVESM
13/décembre/2022 - 10h40

NUPES n'est sensée ignorer la loi.

Portrait de COLIN33
13/décembre/2022 - 10h37 - depuis l'application mobile

Quand même ! il à fait plus fort que ce que l'on a bien voulu nous dire......