03/12 07:28

L'Assemblée nationale a rejeté cette nuit une nouvelle motion de censure de la Nupes contre le gouvernement, conduisant à l'adoption du budget de la Sécurité sociale

L'Assemblée nationale a rejeté cette nuit une nouvelle motion de censure de la Nupes contre le gouvernement, conduisant à l'adoption définitive par le Parlement du budget de la Sécurité sociale pour 2023. La motion n'a recueilli que 87 voix, loin de la majorité absolue des 288 nécessaires pour faire tomber le gouvernement.

Ce débat faisait suite au déclenchement de l'arme constitutionnelle du 49.3 par Élisabeth Borne mercredi, pour la septième fois sur un texte budgétaire cet automne, afin de faire passer ce projet de loi sans vote.

Devant un hémicycle clairsemé, Élisabeth Borne a déploré que la succession de motions de censure ait «considérablement réduit le temps utile au débat»: rien que sur ce budget, «6 motions de censure, plus qu'en trois ans pour Michel Rocard», a tancé la première ministre, passablement agacée. «Vous tournez comme un disque rayé», lui a lancé vendredi le député LFI Manuel Bompard, sur fond d'apostrophes à gauche quant à une «fin de règne» des macronistes.

«Il faut remettre la poule sur l'œuf: sans 49.3, pas de motion de censure», a rappelé Moetai Brotherson, du groupe communiste.

Assurant chercher «sans relâche des compromis de bonne foi», la cheffe du gouvernement a elle proposé aux oppositions «d'engager une discussion, en transparence, sur la manière» de «discuter plus longuement du fond des textes», plutôt que de donner «le spectacle du déchirement et des débats stériles».

Ni les députés LR ni les indépendants du groupe Liot n'étaient présents. Le groupe RN n'a pas joint ses voix à celles de la gauche, contrairement à de précédentes fois.

«Nous ne sommes pas là pour servir d'agence publicitaire» à la Nupes mais «pour l'avenir, nous ne nous interdisons rien», a prévenu son orateur Laurent Jacobelli. Le texte de la Nupes avait marqué ses distances: «Il n'y aura jamais ni complaisance ni connivence avec l'extrême droite». Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan a lui voté pour la motion.

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) a été approuvé juste dans les temps, à la veille de l'expiration du délai de 50 jours d'examen fixé par la Constitution.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de COLIN33
3/décembre/2022 - 08h30 - depuis l'application mobile

Un bon coup de balai ferait du bien pour assainir cette assemblée et ce gouvernement.......