30/10 11:46

Crise énergétique - Les Champs-Élysées s’illumineront encore cette année pour Noël mais avec des plages horaires restreintes - Elles seront éteintes chaque soir à 23h45!

Briller de mille feux, mais moins longtemps: les illuminations de Noël, déjà peu énergivores grâce aux LED, vont être réduites dans de nombreuses communes cette année face à l'explosion des prix de l'énergie et aux appels à la sobriété.

Sur les Champs-Elysées, lieu emblématique de la féérie parisienne de fin d'année, "ce sera entre 50 ou 60 euros par jour de consommation électrique pour les 4 km d'illuminations, les 2.000 points lumineux de chaque arbre étant l'équivalent d'une ampoule à filament d'antan", résume à l'AFP Johan Hugues, codirecteur général de Blachère Illumination, leader européen du secteur basé dans le Vaucluse.

L'entreprise "allumera" le 20 novembre les décorations de ce qui est souvent considéré comme "la plus belle avenue du monde". Elles seront éteintes chaque soir à 23h45, soit 2h15 plus tôt que les années précédentes, et ces illuminations auront lieu sur six semaines contre sept auparavant.

"Entre 2006 et 2021, grâce notamment à la mise en place d'éclairages LED", soit des diodes électroluminescentes, "l'électricité nécessaire aura été diminuée de 97%. Les illuminations 2022 ne mobiliseront que la consommation annuelle d'un foyer de 3/4 occupants", tient à préciser le comité des Champs-Elysées, organisateur de l'événement qui représente les magasins, cinémas, hôtels et autres entreprises présentes sur la célèbre avenue.

Parfois considérées à tort comme une gabegie énergétique, les décorations lumineuses de Noël "c'est 0,2% sur la facture annuelle d'une commune" en électricité, met en avant Julien Arnal, président du Syndicat de l'éclairage.

Selon lui, "tout le monde doit faire des efforts, mais il faut savoir raison garder sans être dans une espèce de cabale contre les éclairages qui ne pèsent rien. Pendant la période des fêtes, certaines communes font 30% de leur activité économique annuelle", grâce aux marchés de Noël par exemple.

L'Agence pour la transition écologique (Ademe) reconnaît que les LED "ont permis de faire baisser drastiquement la consommation", mais juge que "toutes les actions qui visent à réduire les périodes d'illumination, l'intensité de celles-ci, le nombre de guirlandes, comptent. Certes, l'impact peut paraître réduit mais tout le monde le voit et il est important de montrer que tous prennent des actions pour réduire les consommations d'électricité", relève l'expert Bruno Lafitte.

Chez Blachère Illumination, Johan Hugues ne croit pas une seconde à "un Noël tout noir: il n'y a pas beaucoup de villes qui le feront. Qu'il y ait des réductions de budget ou des adaptations c'est normal, pour l'image, et aussi pour une question d'équilibre du budget, l'électricité coûtant plus cher".

Plusieurs grandes villes ont déjà annoncé qu'elles allaient resserrer dans le temps l'allumage de leurs guirlandes festives, voire leur nombre, à l'instar de Strasbourg, Libourne, Bordeaux, Nice, Caen ou encore Le Havre.

A Limeil-Brévannes (Val-de-Marne, 23.000 habitants), hors de question de supprimer "ce moment convivial, ce serait pénaliser la population et ajouter au marasme ambiant, et il ne faut pas non plus laisser penser que c'est par des mesurettes qu'on va franchir le gouffre qui nous attend si le bouclier tarifaire n'est pas mis en place pour les communes", souligne Julien Laudet-Haddad, directeur de cabinet de la maire Françoise Lecoufle.

"Parler de la consommation des illuminations, c'est un faux problème, c'est +peanuts+", précise-t-il, ajoutant qu'elles resteront allumées la nuit "car si on voulait moduler la période d'illumination, il faudrait rajouter des modules coûtant 50.000 euros!".

A Boussy-Saint-Antoine (Essonne, 8.000 habitants), elles resteront en revanche au placard cette année: "ce n'est pas tant lié à la consommation - car on est en LED et c'est assez minime - mais c'est surtout le coût du montage-démontage, de la location de matériel et des nacelles qui s'élève à 70.000 euros, ce qui correspond à un mois et demi de chauffage, du gymnase et des écoles par exemple", explique le maire Romain Colas.

"Comme notre facture de gaz va être démultipliée au 1er janvier", ce qui va plomber le budget, "il faut anticiper et réinterroger les dépenses qui revêtent un caractère optionnel", souligne-t-il, tout en reconnaissant que "certains administrés vont être attristés".

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Tempura
30/octobre/2022 - 12h01

C'est important de gaspiller de l'argent dans ces conneries encore quelques années. Ca permet aux derniers français de croire qu'ils ne sont pas encore dans un pays musulman.