19/10/2022 11:02

Les mandataires judiciaires de Camaïeu présentent aux représentants du personnel un plan social qui prévoit une prime de 6.000 euros pour chacun des salariés licenciés

Les mandataires judiciaires de Camaïeu ont présenté aux représentants du personnel de la chaine de prêt-à-porter, un plan social qui prévoit entre autres une prime de 6 000 euros pour chacun des quelque 2 100 salariés licenciés. Le comité social et économique réuni lundi a pris acte des mesures proposées, d'un montant de 20 millions d'euros environ, selon le syndicat interne Upae.

Ce plan social (plan de sauvegarde de l'emploi, PSE), présenté unilatéralement par les mandataires judiciaires chargés de la liquidation judiciaire, doit désormais être validé par la DREETS (Direction régionale de l'économie, de l'emploi, du travail et des solidarités). Il prévoit le versement d'une prime de 6 000 euros pour chaque salarié, dont 3 000 exonérés de cotisations et d'impôts, versés en plus de l’indemnité minimum de licenciement, a indiqué l'Upae sur sa page Facebook lundi soir.

En outre, un budget de 7,244 millions d'euros servira à accompagner les salariés, par des aides à la formation, à la création d'entreprise, ou encore à la mobilité géographique, avec un plafond de 3 450 à 4 450 euros par salarié, selon la même source. La chaîne de prêt-à-porter avait assuré au tribunal que le produit des ventes effectuées les trois derniers jours précédant la fermeture des magasins le 1er octobre au soir permettrait d'améliorer les conditions de départ des quelque 2.100 salariés licenciés. Selon la CGT et la CFDT, citant la direction, ce chiffre d'affaires s'élève à 25,2 millions d'euros et la prime de 6 000 euros pour les quelque 2 100 salariés équivaut donc à environ la moitié de cette somme.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions