12/10/2022 17:02

La forte augmentation des prix, mesurée par l'Insee à 5,6% sur un an en septembre, est la principale cause de découvert des Français, entraînant des frais bancaires importants, selon une étude

La forte augmentation des prix, mesurée par l'Insee à 5,6% sur un an en septembre, est la principale cause de découvert des Français, entraînant des frais bancaires importants, selon une étude réalisée par le comparateur Panorabanques.

Un tiers des Français interrogés expliquent être à découvert "car ils n'arrivent pas à compenser la hausse des prix de l'inflation", d'après l'étude. Ce motif est plus souvent invoqué que les dépenses importantes non prévues, une situation financière globalement difficile ou encore le manque d'attention.

La hausse du nombre de personnes à découvert n'est cependant pas flagrante, selon le comparateur: 47% des Français interrogés se retrouvent à découvert au moins une fois cette année, contre 46% se signalant à découvert une fois par an lors du dernier sondage, en août 2021.

Un Français sur cinq (20%) l'est une fois par mois, contre 19% en l'an dernier.

L'année 2022 signe cependant "une plus forte hausse du dépassement de découvert", a commenté le porte-parole de Panorabanques, Basile Duval. Il est en moyenne de 239 euros, selon le comparateur, soit 3% de plus que l'an dernier.

Ce dépassement du découvert autorisé "coûte cher", souligne M. Duval.

Trois types de frais s'appliquent: des intérêts débiteurs liés au montant du découvert, des frais fixes (commissions d'intervention) en cas d'incidents de rejet de chèques ou de virements ainsi qu'une "lettre d'information pour compte débiteur non autorisé" envoyée au client.

A titre d'exemple, les commissions d'intervention sont facturées 8 euros par BNP Paribas et la lettre, envoyée après vingt-cinq jours consécutifs de débit, est facturée 20 euros.

Le sondage a été réalisé début août auprès d'un échantillon de 1.000 Français représentatifs de la population française majeure.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions