30/09 18:02

Des peines de prison d’un an avec sursis à 22 ans ferme prononcées contre les protagonistes d’un braquage en 2018, débuté au Luxembourg avant de se terminer dans le sud de la France par une prise d’otage

Des peines de prison d’un an avec sursis à 22 ans ferme ont été prononcées jeudi à Lyon (sud-est) contre les protagonistes d’un braquage violent en 2018, qui avait débuté au Luxembourg avant de se terminer dans le sud-est de la France par une prise d’otage. Âgé de 30 ans, le principal protagoniste de l’affaire, qui a avoué une partie des faits, a été condamné à la plus lourde peine, reconnu coupable de vol à main armée et de tentative d’homicide pour des tirs en direction de policiers durant sa fuite.

Les jurés n’ont pas suivi les réquisitions de l’avocat général qui avait demandé mercredi 30 ans de réclusion criminelle et une période de sûreté des deux tiers de la peine à l’encontre de l’accusé, dont le casier judiciaire comptait jusqu’à présent 27 condamnations dont une de sept ans pour vol à main armée en 2014. Deux de ses complices ont été condamnés à 12 et 10 ans d’emprisonnement, l’un pour avoir participé au braquage, l’autre pour avoir piloté l’une des voitures qui avait servi à l’opération.

Six derniers accusés, dont deux femmes, poursuivis pour avoir prêté main forte à l’équipe à des degrés divers, ont écopé de peines allant d’un an avec sursis à trois ans de prison ferme. Un mandat d’arrêt a été décerné contre l’un d’eux qui est en fuite. Les faits reprochés aux accusés, âgés d’une vingtaine à une trentaine d’années aujourd’hui, remontent au 20 mars 2018 avec le cambriolage d’une bijouterie au Luxembourg par deux d’entre-eux grimés en vieillards. 87 montres de luxe, d’une valeur totale dépassant les 2 millions d’euros, avaient été alors dérobées.

L’équipe de malfaiteurs avait pris ensuite la direction de la France. À l’issue d’une course-poursuite, une voiture s’était retrouvée abandonnée sur la commune d’Arnas (sud-est), tandis que ses deux occupants s’étaient réfugiés dans le pavillon d’un lotissement, menaçant avec leur arme un couple et leurs quatre enfants surpris dans leur sommeil. La Brigade de recherche et d’intervention (BRI) était parvenue peu après à arrêter les deux malfaiteurs, qui détenaient le butin. Sans coups de feu.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions