30/09 09:27

Rodéos urbains à Marseille - Sur France 2, ils narguent la police et la justice à visage découvert : "C'est vrai, ce qu'on fait c'est illégal mais quel kiff !" - Vidéo

C'est un reportage un peu surréaliste qui a été diffusé hier soir par France 2. Un vrai travail d'investigation de la part des journalistes d'Envoyé Spécial, puisqu'ils ont donné la parole à des jeunes qui, à Marseille, à visage découvert, affirment tranquillement qu'ils enfreignent la loi en faisant des rodéos urbains et des roues arrières alors que c'est interdit. Ils le font même devant les caméras de la chaîne, sans aucune gêne et surtout sans aucune crainte de sanctions. (Voir extrait ci-dessus)

Un de ces jeunes, Lillio le reconnaît d'ailleurs : "C'est vrai, ce qu'on fait, c'est illégal. Mais c'est le motocross, ça passe partout, c'est fait exprès… Je passe entre les voitures, sur le trottoir... Même sur les ronds-points, je cabre… C'est vrai que des fois, on prend des risques, sur la route, qu'on devrait pas. Mais c'est le kiff !"

Enchaîner le maximum de figures sur la moto, en wheeling, prendre plus de risques... c'est devenu une compétition", explique le jeune homme, conscient que ses amis et lui sont des "dangers publics" aux yeux des gens.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de DictionnairErroné
30/septembre/2022 - 15h56
Decenale a écrit :

C'est si marrant que ça de passer des heures à troller ?

Comment ça troller ?

Je commente et j'argumente, c'est effectivement assez différent de ce qui se pratique ici, en général où ce n'est que plaintes, pleurnicheries et insultes (je passe sur le racisme et l'homophobie...), mais ça ne fait pas de moi un troll, puisque j'échange volontiers avec ceux qui sont respectueux et intéressants.

Pourquoi lorsque l'on argumente, on source, on cite, on se retrouve comparer à un troll ?

 Surtout qu'ici, ce n'est pas ce qui manque, mais comme ceux-ci trollent dans le sens du poil, on ferme les yeux, on préfère s'en prendre a ceux qui prennent un peu de temps et de recul pour commenter un article ou un post.

 

Portrait de Decenale
30/septembre/2022 - 15h40
DictionnairErroné a écrit :

Oui, je le vois bien ici, seul compte l'impression que l'on a, certainement pas la réalité et les études qui démontrent vos erreurs. 

Mais c'est assez comique cet étalement sans complexe de son ignorance crasse. Cette paresse intellectuelle assumée. L'aveuglement de votre propre violence face à celles que vous dénoncez.

Je ne regrette jamais de passer par ici, chaque jour j'y découvre des pépites smiley

 

C'est si marrant que ça de passer des heures à troller ?

Portrait de DictionnairErroné
30/septembre/2022 - 14h55
Tudo a écrit :

"Moi je lis, je me renseigne, je cherche, je réfléchis, j'expose, j'écoute..." Je, je, je, je.... Et tout le monde s'en fout....

Oui, je le vois bien ici, seul compte l'impression que l'on a, certainement pas la réalité et les études qui démontrent vos erreurs. 

Mais c'est assez comique cet étalement sans complexe de son ignorance crasse. Cette paresse intellectuelle assumée. L'aveuglement de votre propre violence face à celles que vous dénoncez.

Je ne regrette jamais de passer par ici, chaque jour j'y découvre des pépites smiley

 

Portrait de Tudo
30/septembre/2022 - 14h49
DictionnairErroné a écrit :

Complètement hors sujet, aucun argument. Le poney ? non mais, vous êtes sérieux là ???

Moi je lis, je me renseigne, je cherche, je réfléchis, j'expose, j'écoute...

Mais parler de la peine de mort ou de la guerre d'Algérie pour comparer la violence des jeunes de hier et celle d'aujourd'hui, faut vraiment avoir rien à dire...

 

"Moi je lis, je me renseigne, je cherche, je réfléchis, j'expose, j'écoute..." Je, je, je, je.... Et tout le monde s'en fout....

Portrait de DictionnairErroné
30/septembre/2022 - 14h43
Tempura a écrit :

D'après les statistiques de l'insee de juillet, 40% des gosses en France sont immigrés.

Les français ont voté à 93% pour se faire remplacer par ces gens là, ils ont raison de s'amuser comme si la france était un gigantesque bac à sable, on la leur a offerte.

Apprenez à lire les statistiques de l'INSEE qui ne dit absolument pas cela smiley

Menteuse et manipulatrice ? Ou juste incapable de lire un tableau ?

D'après le site de l'INSEE:

0,8 million de personnes nées en France de nationalité étrangère.

On est loin des 40% smiley

Portrait de Tempura
30/septembre/2022 - 14h34

D'après les statistiques de l'insee de juillet, 40% des gosses en France sont immigrés.

Les français ont voté à 93% pour se faire remplacer par ces gens là, ils ont raison de s'amuser comme si la france était un gigantesque bac à sable, on la leur a offerte.

Portrait de DictionnairErroné
30/septembre/2022 - 14h19
Tudo a écrit :

La grande différence est que dans les années 60 il y avait la guerre d'Algérie et la peine de mort existait. Les délinquants risquaient gros. Aujourd'hui, ils risquent juste un stage de poney.

Complètement hors sujet, aucun argument. Le poney ? non mais, vous êtes sérieux là ???

Moi je lis, je me renseigne, je cherche, je réfléchis, j'expose, j'écoute...

Mais parler de la peine de mort ou de la guerre d'Algérie pour comparer la violence des jeunes de hier et celle d'aujourd'hui, faut vraiment avoir rien à dire...

 

Portrait de Tudo
30/septembre/2022 - 13h46
DictionnairErroné a écrit :

Ce n'est pas ce que reportent les études des années 60 pourtant... Il y a beaucoup d'articles et de livres qui traitent ce cette période en France. Effectivement, les bandes ethniques n'avaient pas la même origine (le Maghreb), donc la même religion (quoi que... le même dieu, seuls les prophètes changent, et encore) et si nos modes laïques aujourd'hui sont menacés, c'est parce que depuis les années 1900, nous en sommes resté là à la place de combattre la religion (toutes). Pas un homme politique depuis n'a osé remettre en cause ces vieilles légendes dépassées.

Mais oser prétendre qu'il y a une différence fondamentale aujourd'hui qui justifie que cette violence est plus "dure" que dans les années 60, c'est faux lorsque l'on se rapporte à ce qui est écrit sur cette période du passé. D'ailleurs, il n'y a qu'a chercher de quand date l'expression : CRS SS. smiley

68 a été le point culminant de cette décennie, mais les médias de l'époque ne rapportent surtout que les faits politiques, internet n'existait pas, et la paresse intellectuelle d'aujourd'hui ne pousse plus personne à lire et a étudier l'histoire récente de notre pays.

Par exemple: 

Les jeunes délinquants des années 1960 sont décrits comme des voleurs d’objets de consommation, des bagarreurs et des vandales agissant en bandes, à quoi l’on peut ajouter des violeurs collectifs pour rappeler l’importance de l’interrogation qui surgit à l’époque sur ce phénomène déjà prétendu « nouveau et en constante augmentation » (Mucchielli, 2007, p. 170-174).

Ou encore : 

Ce rapide détour historique par les années 1960 et le début des années 1970 suggère de prendre quelques distances face aux discours contemporains qui ne cessent de s’alarmer sur la prétendue nouveauté, le rajeunissement et l’aggravation constante des délinquances juvéniles en méconnaissant totalement le passé. En réalité, chaque époque reconduit à peu près les mêmes stéréotypes et les mêmes discours sur le sujet. Nous retrouvons bien aujourd’hui cet « étonnement périodique des adultes de notre société » dont Monod (1968, p. 11) parlait déjà il y a quarante ans comme d’un « rituel ».

Lisez et vous comprendrez qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil...

La grande différence est que dans les années 60 il y avait la guerre d'Algérie et la peine de mort existait. Les délinquants risquaient gros. Aujourd'hui, ils risquent juste un stage de poney.

Portrait de Bigareau
30/septembre/2022 - 13h35 - depuis l'application mobile

RACAILLE

Portrait de wicket
30/septembre/2022 - 12h55

Jusqu'au moment où ils tueront quelqu'un .... alors quel kif !!!! On nage en plein délire !!! quelle bande de conards !!! car il faut bien les appeler comme ça !

Portrait de Blondissime
30/septembre/2022 - 12h16

Est-il necessaire de leur faire de la publicité ?

Portrait de DictionnairErroné
30/septembre/2022 - 11h34
BlancEurope a écrit :

Dans les années 60 il n'y avait pas 2.000 agressions par jour, les filles pouvaient sortir sans se faire insulter ni agresser, les commissariats n'étaient pas attaqués à coups de mortiers, il n'y avait pas de guérilla urbaine entre bandes ethniques, on pouvait affirmer la fierté de nos racines, nos modes de vie laïcs n'étaient pas menacés, etc. etc.

Ce n'est pas ce que reportent les études des années 60 pourtant... Il y a beaucoup d'articles et de livres qui traitent ce cette période en France. Effectivement, les bandes ethniques n'avaient pas la même origine (le Maghreb), donc la même religion (quoi que... le même dieu, seuls les prophètes changent, et encore) et si nos modes laïques aujourd'hui sont menacés, c'est parce que depuis les années 1900, nous en sommes resté là à la place de combattre la religion (toutes). Pas un homme politique depuis n'a osé remettre en cause ces vieilles légendes dépassées.

Mais oser prétendre qu'il y a une différence fondamentale aujourd'hui qui justifie que cette violence est plus "dure" que dans les années 60, c'est faux lorsque l'on se rapporte à ce qui est écrit sur cette période du passé. D'ailleurs, il n'y a qu'a chercher de quand date l'expression : CRS SS. smiley

68 a été le point culminant de cette décennie, mais les médias de l'époque ne rapportent surtout que les faits politiques, internet n'existait pas, et la paresse intellectuelle d'aujourd'hui ne pousse plus personne à lire et a étudier l'histoire récente de notre pays.

Par exemple: 

Les jeunes délinquants des années 1960 sont décrits comme des voleurs d’objets de consommation, des bagarreurs et des vandales agissant en bandes, à quoi l’on peut ajouter des violeurs collectifs pour rappeler l’importance de l’interrogation qui surgit à l’époque sur ce phénomène déjà prétendu « nouveau et en constante augmentation » (Mucchielli, 2007, p. 170-174).

Ou encore : 

Ce rapide détour historique par les années 1960 et le début des années 1970 suggère de prendre quelques distances face aux discours contemporains qui ne cessent de s’alarmer sur la prétendue nouveauté, le rajeunissement et l’aggravation constante des délinquances juvéniles en méconnaissant totalement le passé. En réalité, chaque époque reconduit à peu près les mêmes stéréotypes et les mêmes discours sur le sujet. Nous retrouvons bien aujourd’hui cet « étonnement périodique des adultes de notre société » dont Monod (1968, p. 11) parlait déjà il y a quarante ans comme d’un « rituel ».

Lisez et vous comprendrez qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil...

Portrait de Yanik65
30/septembre/2022 - 11h20
shermancrow a écrit :

Ces mecs sont des lâches, des crétins, des inconscients, ils ont l'impression de maitriser mais au final rien du tout... à part faire des wheeling en ligne droite et du bruit, ils ne font rien.

Ils n'iront jamais sur de vrais terrains dans un cadre sécurisé car ils en sont incapables, et ca voudrait dire aussi d'avoir une bécane légale, assurée... la plupart roulent sur des motos volées, sans assurance, et évidemment sans permis... c'est le bas du bas de la société, des déchets, des cafards... 

Et quand y en a un qui se tue comme une merde dans une poursuite avec les flics, on a droit a une marche blanche pour ce citoyen modele sans histoire qui est adorable et qui aide ses voisins à monter les courses

Tout à fait.

Des déchets de la société. 

Portrait de BlancEurope
30/septembre/2022 - 11h07
DictionnairErroné a écrit :

Les nostalgiques de la France d'avant doivent être heureux, un vrai retour dans les années 60 !

L'émergence des "blousons noirs"... Bon, OK, ici ce n'est plus le blouson qui est foncé, mais le mal est le même, la même violence, les mêmes causes, les mêmes effets.

C'était mieux avant ? ben non, c'était tout pareil, le monde tourne en rond...

Dans les années 60 il n'y avait pas 2.000 agressions par jour, les filles pouvaient sortir sans se faire insulter ni agresser, les commissariats n'étaient pas attaqués à coups de mortiers, il n'y avait pas de guérilla urbaine entre bandes ethniques, on pouvait affirmer la fierté de nos racines, nos modes de vie laïcs n'étaient pas menacés, etc. etc.

Portrait de DictionnairErroné
30/septembre/2022 - 10h46
JakoRalbolo a écrit :

À balles réelles, je me demande s'ils kifferaient encore de défier nos lois et d'emmerder le monde H24 ...

Exactement...

Tu roules trop vite PAN !

Tu n'as pas fait ton contrôle technique ? PAN !

Tu téléphones au volant ? PAN !

Tu passes à l'orange ? PAN !

On va payer plus d'impôts pour payer les cartouches de la police mais fini enfin tous ces délinquants de la route...

 

Portrait de DictionnairErroné
30/septembre/2022 - 10h37

Les nostalgiques de la France d'avant doivent être heureux, un vrai retour dans les années 60 !

L'émergence des "blousons noirs"... Bon, OK, ici ce n'est plus le blouson qui est foncé, mais le mal est le même, la même violence, les mêmes causes, les mêmes effets.

C'était mieux avant ? ben non, c'était tout pareil, le monde tourne en rond...

Portrait de shermancrow
30/septembre/2022 - 10h04

Ces mecs sont des lâches, des crétins, des inconscients, ils ont l'impression de maitriser mais au final rien du tout... à part faire des wheeling en ligne droite et du bruit, ils ne font rien.

Ils n'iront jamais sur de vrais terrains dans un cadre sécurisé car ils en sont incapables, et ca voudrait dire aussi d'avoir une bécane légale, assurée... la plupart roulent sur des motos volées, sans assurance, et évidemment sans permis... c'est le bas du bas de la société, des déchets, des cafards... 

Et quand y en a un qui se tue comme une merde dans une poursuite avec les flics, on a droit a une marche blanche pour ce citoyen modele sans histoire qui est adorable et qui aide ses voisins à monter les courses

Portrait de marie5691
30/septembre/2022 - 09h48

Juste un bonne raclée pour leur apprendre la vie !