27/09 07:31

Le budget de la Sécurité sociale pour 2023 inclut une mesure de "régulation de l'intérim" visant les jeunes soignants "en sortie d'écoles", qui devront d'abord exercer en salarié ou en libéral "pendant une durée minimale

Le budget de la Sécurité sociale pour 2023, présenté en Conseil de ministres, inclut une mesure de "régulation de l'intérim" visant les jeunes soignants "en sortie d'écoles", qui devront d'abord exercer en salarié ou en libéral "pendant une durée minimale". Le gouvernement entend ainsi s'attaquer à une pratique en plein essor, dont le coût a bondi de 500 millions d'euros en 2013 à plus de 1,4 milliard en 2018, plombant d'autant les comptes des hôpitaux tout en "déstabilisant les équipes" de soins, indique le ministère de la Santé.

Selon l'avant-projet de loi consulté par l'AFP, les entreprises de travail temporaire ne pourront plus, dès le 1er janvier, mettre à disposition des établissements de santé des soignants débutants.

Elles devront s'assurer que les médecins, dentistes, pharmaciens, sages-femmes et autres professionnels de santé, dont la liste sera fixée par décret, aient déjà "exercé leur activité dans un autre cadre (...) pendant une durée minimale".

"Cette durée sera négociée", précise le ministère, qui fait de cette restriction un "enjeu d'éthique", au même titre que l'encadrement des tarifs de l'intérim médical.

Inscrit dans la loi depuis bientôt sept ans, ce plafonnement des rémunérations n'est toujours pas appliqué, malgré un nouveau texte voté en 2021. "Le contexte du Covid ne nous a pas permis de déployer cette mesure", se justifie le cabinet du ministre François Braun, qui promet de vite remettre le sujet sur la table.

Le volet santé du Conseil national de la refondation, qui sera lancé le 3 octobre, aura ainsi "vocation à accompagner l'application effective" de ces tarifs maximum.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de LISCO
27/septembre/2022 - 11h07

pour l'instant le lobby des médecins a toujours fait la pluie et le beau temps dans le monde de la santé, aidé en cela par toute une classe politique aux ordres.