23/09 15:26

Portrait : Mais qui est Rodolphe Belmer le nouveau PDG de TF1 qui va avoir la mission délicate de réinventer la chaîne alors que le groupe est en pleine tempête?

Par Paul RICARD

Ancien dirigeant emblématique du rival Canal+, membre du conseil d'administration du géant américain Netflix, le futur PDG de TF1 Rodolphe Belmer est un spécialiste aguerri de la télévision et du streaming vidéo, axe de développement crucial pour l'avenir de la chaîne. Sa mission sera de "gérer (...) la réinvention de TF1 pour faire face aux plateformes" de streaming vidéo comme Netflix ou Amazon, a indiqué à l'AFP une source proche du dossier. Un défi que le groupe TF1 doit désormais relever seul, après l'échec de sa fusion avec M6, annoncé une semaine avant ce remaniement.

"Nous saurons (...) répondre aux multiples enjeux du nouveau monde des médias et ouvrir au groupe TF1 de nouvelles perspectives de développement et de croissance à l'ère" du numérique, a assuré M. Belmer, cité dans le communiqué de TF1 annonçant son arrivée à sa tête. Elle aura lieu en deux temps: Rodolphe Belmer, 53 ans, sera d'abord proposé comme directeur général lors d'un conseil d'administration le 27 octobre, puis comme PDG à partir du 13 février 2023, pour remplacer Gilles Pélisson.

"Son parcours à la tête de plusieurs grands groupes français, leaders et internationaux, son expérience dans le secteur des médias et le streaming, constituent les meilleurs atouts pour relever les défis qui sont devant nous", a commenté M. Pélisson, cité dans le communiqué. Le futur PDG de TF1 a en effet l'avantage de parfaitement connaître l'univers du streaming vidéo, puisqu'il siège au conseil d'administration de Netflix depuis 2018. Mais c'est surtout à Canal+ que le nom de cet homme au look sage et aux petites lunettes rondes reste rattaché. Il en a été le directeur général, c'est-à-dire le numéro 2, à partir de 2003, avant de devenir directeur général de l'ensemble du groupe en 2012.

Alors qu'il était cité comme possible successeur du numéro 1 de l'époque Bertrand Méheut, M. Belmer avait été remercié de Canal à l'été 2015. Cela avait été vu comme une reprise en main de la chaîne cryptée par le milliardaire Vincent Bolloré, son propriétaire via le groupe Vivendi. Sous l'impulsion de Rodolphe Belmer, Canal avait insisté sur les créations de séries originales et ambitieuses, dont "Les Revenants", "Braquo" ou "Engrenages".

Le dirigeant avait également mis l'accent sur l'identité historique de la chaîne, qui s'était un peu perdue les années précédentes, en installant notamment en 2004 l'émission en clair "Le grand journal" (d'abord présentée par Michel Denisot), très inspirée de l'émission culte "Nulle part ailleurs".

Après son renvoi de Canal, et avant que Gilles Pélisson ne soit nommé en février 2016, son nom était évoqué pour le poste de PDG de TF1, qui va finalement lui échoir sept ans plus tard. Ironie du sort, l'annonce survient alors que Canal+ et TF1 se livrent une guerre sur le contrat de distribution des chaînes du second par le premier. Jusqu'à juillet, M. Belmer était directeur général du groupe informatique français Atos. Un poste qu'il n'a occupé que pendant six mois et qu'il a quitté sur fond de rumeurs de désaccords avec le président du conseil d'administration Bertrand Meunier. Auparavant, il a été directeur général de l'opérateur satellitaire Eutelsat Communications de 2016 à 2021. Enfin, il est président du Festival Séries Mania depuis 2019.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de NextDay
23/septembre/2022 - 16h35

Même dans les médias les affaires de Belmer empoisonnent les familles...