14/09 17:31

Réforme des retraites: Emmanuel Macron "se balade avec un jerrican dans la main et avec un briquet dans l'autre main", estime le chef du Parti communiste Fabien Roussel

Emmanuel Macron "se balade avec un jerrican dans la main et avec un briquet dans l'autre main", a estimé le chef du Parti communiste Fabien Roussel, résumant l'opposition de la gauche à une réforme des retraites d'ici 2023. Le chef de l'État "s'apprête à enflammer le climat social dans notre pays", a ajouté le secrétaire national du PCF Fabien Roussel sur le plateau de franceinfo. "Les syndicats unanimement n'en veulent pas, le Medef, Geoffroy Roux de Bézieux, dit que +ce n'est pas à l'ordre du jour+", a développé l'ancien candidat à la présidentielle.

"La seule réforme qui vaille aujourd'hui, c'est celle qui garantit à nos retraités et aux futurs retraités d'avoir une bonne pension, une bonne retraite quand on a travaillé toute sa vie", a-t-il défendu, estimant qu'augmenter le montant de la retraite minimum peut se "faire facilement" par un amendement au projet de loi de finances de la sécurité sociale (PLFSS).

Il a vu comme "un aveu" l'argument de campagne d'Emmanuel Macron selon lequel une réforme des retraites permettrait également de financer d'autres politiques. "Il n'y a pas de problème de financement de la retraite puisqu'il veut chercher 9 milliards d'euros de bénéfices sur le dos des travailleurs en les faisant travailler plus longtemps", a-t-il estimé.

"Emmanuel Macron n'a pas compris une chose: il n'est pas majoritaire dans ce pays, il n'est pas majoritaire à l'Assemblée nationale", a expliqué Pierre Jouvet, porte-parole du Parti socialiste au micro de Radio J.

Son collègue socialiste, le député Jérôme Guedj, a déploré d'avance l'introduction de certaines mesures dans le PLFSS. "Ca, c'est la surprise du chef, on nous a dit : +c'est la grande réforme, elle doit être débattue, elle doit être concertée, et là on la glisserait - je mets un conditionnel - en catimini", s'est-il exclamé sur le plateau de franceinfo.

"Ca veut dire qu'il n'y a pas l'étude d'impact, la discussion préalable. C'est une très mauvaise manière", a-t-il commenté, ajoutant à propos d'un possible recours au 49.3 sur le texte budgétaire qu'il serait "le contraire de la recherche du compromis et de la discussion avec l'ensemble des parlementaires et des partenaires sociaux" promis.

"Des experts ont rendu un rapport pour dire que cette réforme est inepte puisque le système actuel sera excédentaire jusqu’en 2070. Mais non ! #Macron le Prince des grandes concertations impose une fois de plus son projet destructeur. Il nous trouvera sur son chemin", a de son côté tweeté le député de La France insoumise Bastien Lachaud.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de LISCO
15/septembre/2022 - 07h59

Macron ne pourra se représenter, il va donc essayer de faire passer toutes les réformes anti sociales, retraites, indemnités chomage, etc... dès le début de son mandat.

Portrait de KERCLAUDE
15/septembre/2022 - 07h44

Le mariage pour la NUPES est dur à digérer. 

Portrait de autunbibractepassy
14/septembre/2022 - 19h01

Mr Roussel vous avez tort, il n'a plus la jerrican, il l'a déjà déversé, mais le briquet est bien allumé.

Portrait de swatss
14/septembre/2022 - 18h51

Ils ne peuvent pas de temps en temps fermer leur bouches , les extrémistes ? 

Putinggg c'est gonflant , ils arrivent même a faire oublier Marine et se clique , qui avaient par habitude de tenir les mêmes discours ... 

Portrait de COLIN33
14/septembre/2022 - 18h14 - depuis l'application mobile

il a peut-être raison !

Portrait de fifeur
14/septembre/2022 - 18h10

Ca marche aussi pour la Russie!

Portrait de wicket
14/septembre/2022 - 17h41

Mais il est partout celui-là !!! ah ! oui, c'était France Info !!!!