29/07 11:01

Mort de Charlotte Valandrey - Yann Moix affirme qu'il "ne s'excusera pas" après les vives critiques de la famille de l'actrice: "Je ne retirerai pas une virgule de cet hommage"

Dans Paris Match le 21 juillet dernier, Yann Moix avait rendu un hommage à Charlotte Valandrey, qui n'avait pas du tout plu aux proches de la comédienne,  le qualifiant même d'"affabulation sans vergogne", ou encore d'"imposteur".

Dans le magazine, le chroniqueur décide de répondre, et affirme: "Je ne retirai pas un mot, une ligne, un point-virgule, une virgule de cet hommage". "J’ai fait pour Charlotte des choses que mes amis les plus proches ne savent pas, n’ont pas à savoir et ne sauront jamais", indique-t-il.

Rappelons que la famille de Charlotte Valandrey avait indiqué "Personne parmi les plus proches n'a connaissance de cette complicité (...) Ce que nous connaissons, c'est un bref rapprochement sans histoire d'amour quand ils étaient jeunes mais surtout pas grand-chose depuis".

Et d'affirmer qu'il "n'a jamais répondu aux appels de Charlotte qui avait besoin de lui", lorsqu’il travaillait avec Laurent Ruquier dans "On n’est pas couché" sur France 2.

L'écrivain, très agacé, réaffirme ainsi: "La complicité que j'ai eue avec elle était d'autant plus profonde, inestimable et précieuse qu'elle a toujours été clandestine", avant d'assurer qu'ils avaient "un rapport que personne ne peut comprendre et que personne ne peut enlever".  

"Ce que j’ai à dire est très simple : il faudrait être naïf pour croire qu’un être se distribue de la même manière auprès de tous les interlocuteurs, des êtres humains qu’il croise sur son chemin au cours de son existence", a-t-il ajouté

S'il confie comprendre "la douleur infiniment respectable des parents", Yann Moix assure qu'il ne présentera pas d'excuse, préférant se souvenir que la comédienne lui "a appris à devenir un homme". 

Et de conclure: "Je leur demande aussi de respecter la mienne.". 

A noter que le communiqué qui avait été posté sur les réseaux sociaux par la famille de la comédienne a été retiré.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de abalone
30/juillet/2022 - 00h03

je n'aime pas ce type pour divers raisons, mais je lui reconnais du talent et de la culture , mais pour le coup ,il aurait du fermer sa g...

Portrait de blagounette
29/juillet/2022 - 16h22

Ce type est très instruit avec une certaine forme d'intelligence mais il a malheureusement aussi un très gros problème comportemental qui est évident quand on l'entend s'exprimer sur différents sujets personnels. Il vit dans son monde et  croit à tout ce qu'il raconte. 

Portrait de Talya
29/juillet/2022 - 15h43

J'ai lu l'hommage rendu par Yann Moix à Charlotte Valandrey. On reconnaît la patte d'un écrivain, car l'article est très bien écrit. L'auteur raconte que Charlotte était un de ses premiers amours de jeunesse et qu'il était amoureux de l'actrice avant de connaître la jeune femme et de lui proposer un éventuel rôle dans une adaptation d'un de ses livres. La suite de leur histoire naissante a été stoppée par l 'annonce de la séropositivité de l'actrice et par la peur de l'écrivain face à la maladie. Yann Moix l'avoue et n'en est pas fier. Je le pense sincère, même si je ne connais pas la suite de leur histoire. Ils ont très bien pu rester en contact régulier (amical) pendant des années sans s'afficher de trop près dans les médias et sans le crier sur tous les toits. La discrétion et le pudeur des sentiments, cela existe encore (même si ce n'est plus à la mode dans la société voyeuriste des réseaux sociaux où il faut se montrer en permanence). 

Portrait de serguei
29/juillet/2022 - 14h38
Vous l'avez élu a écrit :

Encore un salopard idole du showbiz 

Il y a vraiment des pov'kons sur ce forum ...  et vous faîtes partie de l'état major !...

Portrait de Çabaigne
29/juillet/2022 - 12h59

Un hommage de Yann Moix rien que cette perspective fait frémir.

Portrait de Çabaigne
29/juillet/2022 - 12h45

Maintenant que Gargamel est dans la place et qu’on lui a confié plusieurs micros, il va se permettre plein de choses comme il s’en est déjà permis par le passé.