22/07 07:46

Les États-Unis ont enregistré hier leur premier cas de polio depuis près d'une décennie, selon les autorités sanitaires de l'État de New York

Les États-Unis ont enregistré hier leur premier cas de polio depuis près d'une décennie, selon les autorités sanitaires de l'État de New York. Une personne résidant dans le comté de Rockland, à 48 km au nord de Manhattan, a été testée positive pour la maladie, son cas indiquant «une chaîne de transmission venant d'un individu ayant reçu le vaccin antipoliomyélitique oral (VPO)», d'après un communiqué.

Ce vaccin n'est plus utilisé aux États-Unis depuis 2000, ce qui suggère que l'origine du virus pourrait venir «d'un lieu en dehors des États-Unis où le VPO est administré», ont détaillé les responsables sanitaires new-yorkais. Ils ont demandé aux médecins de surveiller d'éventuels nouveaux cas et exhorté les habitants du comté n'étant pas vaccinés à le faire. Le dernier cas connu de polio aux États-Unis date de 2013, selon les Centres de prévention et de lutte contre les maladies (CDC).

La polio, maladie virale extrêmement infectieuse qui touche en grande partie les enfants âgés de moins de 5 ans, a pratiquement été éradiquée dans le monde. Les cas ont diminué de 99% depuis 1988, lorsque la polio était encore endémique dans 125 pays et que 350.000 cas avait été recensés. Les contaminations ont décliné fortement à la fin des années 1950 et au début des années 1960 aux États-Unis, avec le développement d'un vaccin.

La dernière infection naturelle ayant eu lieu sur le territoire date de 1979.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de DictionnairErroné
22/juillet/2022 - 10h27
muzo 28 a écrit :

Je n'ai pas dit qu'on s'en fout, juste une distinction entre les maladies évoquées.

Oui, tout à fait, mais c'est MS54840 qui disait que tout le monde s'en fout, je répondais ça surtout pour lui et son affirmation (fausse). Il y a des recherches sur cette maladie extrêmement complexe. Et surtout il existe des centaines de maladies, et il n'est pas humainement possible d'y accorder le temps nécessaire pour chacune d'entre elle. Mais ça progresse, la médecine et la science font de grands bonds en avant année après année. 

 

Portrait de muzo 28
22/juillet/2022 - 10h23
DictionnairErroné a écrit :

Pour la SLA particulièrement :

Dans la quête de nouveaux traitements, deux études encourageantes ont été publiées en 2020. L’une concerne l’ezogabine, un antiépileptique qui réduit l’excitabilité des motoneurones. La SLA pourrait en effet être caractérisée par une hyperexcitabilité des motoneurones centraux et périphériques. Une étude de phase II montre que ce médicament réduit cette hyperexcitabilité au niveau cortical et spinal chez des patients atteints de SLA, mais l’efficacité sur les symptômes et la progression de la maladie n’a pas encore été évaluée. 

La seconde étude porte sur l’association de deux composés, le phenylbutyrate de sodium et le taurursodiol. Le premier réduit le stress du réticulum endoplasmique, un compartiment cellulaire impliqué dans des fonctions majeures de la cellule, et le second améliore le fonctionnement des mitochondries, les petites centrales énergétiques de la cellule. Une étude clinique menée chez 137 patients a montré que cette association réduit la vitesse de leur déclin fonctionnel sur une période de 24 semaines. 

Une nouvelle vague d’innovations est par ailleurs portée par l’identification de gènes impliqués dans la SLA et par la compréhension des cascades biologiques qui interviennent dans la survenue de la maladie : chacun des mécanismes pathogènes décrits constitue une cible thérapeutique potentielle. Ainsi, plusieurs agents thérapeutiques sont étudiés pour contrer la toxicité de la version mutante de la protéine SOD1. Des essais cliniques sont en cours, dont un en phase III, pour évaluer la sécurité et l’efficacité du Tofersen. Il s’agit d’une thérapie antisens : le tofersen est un oligonucléide pouvant se fixer spécifiquement à l’ARN messager de SOD1, afin d’en inhiber la traduction et de réduire la production de la protéine correspondante. La diminution du taux de protéine SOD1 mutée dans les cellules ainsi obtenues pourrait permettre de ralentir la progression de la maladie. Les oligonucléotides sont injectés directement par voie intrathécale. Un autre traitement fondé sur la même approche est en développement. Il fait appel à un vecteur viral pour délivrer la molécule thérapeutique dans les cellules et conduire à leur expression. Les essais cliniques diront quelle stratégie est la meilleure, en termes de tolérance et d’efficacité à long terme. 

Donc on ne s'en fout toujours pas...

 

Je n'ai pas dit qu'on s'en fout, juste une distinction entre les maladies évoquées.

Portrait de DictionnairErroné
22/juillet/2022 - 09h56
muzo 28 a écrit :

Je pense que MS54840 parle de SLA.

Pour la SLA particulièrement :

Dans la quête de nouveaux traitements, deux études encourageantes ont été publiées en 2020. L’une concerne l’ezogabine, un antiépileptique qui réduit l’excitabilité des motoneurones. La SLA pourrait en effet être caractérisée par une hyperexcitabilité des motoneurones centraux et périphériques. Une étude de phase II montre que ce médicament réduit cette hyperexcitabilité au niveau cortical et spinal chez des patients atteints de SLA, mais l’efficacité sur les symptômes et la progression de la maladie n’a pas encore été évaluée. 

La seconde étude porte sur l’association de deux composés, le phenylbutyrate de sodium et le taurursodiol. Le premier réduit le stress du réticulum endoplasmique, un compartiment cellulaire impliqué dans des fonctions majeures de la cellule, et le second améliore le fonctionnement des mitochondries, les petites centrales énergétiques de la cellule. Une étude clinique menée chez 137 patients a montré que cette association réduit la vitesse de leur déclin fonctionnel sur une période de 24 semaines. 

Une nouvelle vague d’innovations est par ailleurs portée par l’identification de gènes impliqués dans la SLA et par la compréhension des cascades biologiques qui interviennent dans la survenue de la maladie : chacun des mécanismes pathogènes décrits constitue une cible thérapeutique potentielle. Ainsi, plusieurs agents thérapeutiques sont étudiés pour contrer la toxicité de la version mutante de la protéine SOD1. Des essais cliniques sont en cours, dont un en phase III, pour évaluer la sécurité et l’efficacité du Tofersen. Il s’agit d’une thérapie antisens : le tofersen est un oligonucléide pouvant se fixer spécifiquement à l’ARN messager de SOD1, afin d’en inhiber la traduction et de réduire la production de la protéine correspondante. La diminution du taux de protéine SOD1 mutée dans les cellules ainsi obtenues pourrait permettre de ralentir la progression de la maladie. Les oligonucléotides sont injectés directement par voie intrathécale. Un autre traitement fondé sur la même approche est en développement. Il fait appel à un vecteur viral pour délivrer la molécule thérapeutique dans les cellules et conduire à leur expression. Les essais cliniques diront quelle stratégie est la meilleure, en termes de tolérance et d’efficacité à long terme. 

Donc on ne s'en fout toujours pas...

 

Portrait de muzo 28
22/juillet/2022 - 09h39
DictionnairErroné a écrit :

Ah bon ?

Vous êtes sûr ?

Pourtant la France est très impliquée dans la recherche clinique sur la CMT, avec la mise en place dès 2005 d’un essai clinique de grande ampleur dans la CMT 1A, financé par l’AFM-Téléthon. Depuis cet essai, évaluant l’efficacité de l’acide ascorbique, d’autres essais ont eu lieu, sont en cours ou en préparation en France.

En France, aux États-Unis, au Japon, de nombreuses équipes travaillent sur l’identification des causes génétiques et la compréhension des mécanismes de chacun des sous-types de CMT, ainsi que sur la découverte et l'évaluation de nouvelles pistes thérapeutiques.

Le PXT3003, développé par la société Pharnext, est évalué par un essai international en cours en France : l'essai PREMIER vise à déterminer le degré d’efficacité et la sécurité d'utilisation du PXT3003 pendant 15 mois, chez 350 personnes atteintes de maladie de Charcot-Marie-Tooth 1A. Précédemment, l'essai PLEO CMT a montré que le produit est bien toléré et préserve les capacités motrices.

L’IFB-088 (ou sephine 1) est une molécule développée par la société Inflectis Bioscience, avec le soutien de l’AFM-Téléthon, évaluée avec succès sur des animaux modèles de CMT 1A et CMT 1B. Un essai français sur des volontaires sains a montré que le candidat-médicament est sans danger. Un nouvel essai chez des patients atteints de CMT est prévu.

Mais il parait que tout le monde s'en fout...

 

Je pense que MS54840 parle de SLA.

Portrait de DictionnairErroné
22/juillet/2022 - 09h10
MS54840 a écrit :

Pour vendre encore plus de vaccin, il vont nous ressortir la seule personne sur des millions qui a attraper ce virus ! mais pendant de temps, les AVC, cancer... tue beaucoup plus de monde, mais là pas de vaccin ? la maladie de charcot la pire ! aucun traitement ni de vaccin et tous le monde s'en fou ! ce n'est pas rentable, voilà l'explication !

Ah bon ?

Vous êtes sûr ?

Pourtant la France est très impliquée dans la recherche clinique sur la CMT, avec la mise en place dès 2005 d’un essai clinique de grande ampleur dans la CMT 1A, financé par l’AFM-Téléthon. Depuis cet essai, évaluant l’efficacité de l’acide ascorbique, d’autres essais ont eu lieu, sont en cours ou en préparation en France.

En France, aux États-Unis, au Japon, de nombreuses équipes travaillent sur l’identification des causes génétiques et la compréhension des mécanismes de chacun des sous-types de CMT, ainsi que sur la découverte et l'évaluation de nouvelles pistes thérapeutiques.

Le PXT3003, développé par la société Pharnext, est évalué par un essai international en cours en France : l'essai PREMIER vise à déterminer le degré d’efficacité et la sécurité d'utilisation du PXT3003 pendant 15 mois, chez 350 personnes atteintes de maladie de Charcot-Marie-Tooth 1A. Précédemment, l'essai PLEO CMT a montré que le produit est bien toléré et préserve les capacités motrices.

L’IFB-088 (ou sephine 1) est une molécule développée par la société Inflectis Bioscience, avec le soutien de l’AFM-Téléthon, évaluée avec succès sur des animaux modèles de CMT 1A et CMT 1B. Un essai français sur des volontaires sains a montré que le candidat-médicament est sans danger. Un nouvel essai chez des patients atteints de CMT est prévu.

Mais il parait que tout le monde s'en fout...

 

Portrait de MS54840
22/juillet/2022 - 08h46

Pour vendre encore plus de vaccin, il vont nous ressortir la seule personne sur des millions qui a attraper ce virus ! mais pendant de temps, les AVC, cancer... tue beaucoup plus de monde, mais là pas de vaccin ? la maladie de charcot la pire ! aucun traitement ni de vaccin et tous le monde s'en fou ! ce n'est pas rentable, voilà l'explication !

Portrait de Suricate68
22/juillet/2022 - 08h32
VégétarIen a écrit :

PhilRai pense que c'est un effet secondaire du vaccin Covid... shutttttt smiley

Tiens, c'est vrai, qu'est ce qu'il devient celui-là ? ça fait longtemps qu'il ne nous a pas pris la tête avec ses arguments (si on peux appeler ça comme ça)

bon, on a bien DRAX qui a pris la relève, mais je trouve que c'est moins bien. Désolé DRAX, mais j'aimais bien énerver PHILRAI, avec toi j'ai moins envie (sans doute une question de style - tu es trop pompeux sans doute)