21/07 16:08

Canicule et incendies - Météo France place 13 départements en alerte orange - Regardez la carte publiée à 16h

16h09: Météo France place 13 départements en alerte orange.  Regardez la carte publiée à 16h. Les prochains jours, les températures maximales restent comprises entre 36 et 38°C du piémont cévenol à la Provence, avec localement des pointes approchant les 40°C . En bord de mer, elles sont comprises entre 33 et 35 °C. Températures minimales 19 à 23°C en général pouvant atteindre 24 voire 25°C sur le littoral. Dans les Alpes-de-Haute-Provence et les Hautes-Alpes, températures maximales restent élevées entre 35 et 38°C sur l'ouest de ces départements. Les minimales restent entre 16 et 19°C en plaine pour les prochains jours Dans les Alpes Maritimes, 31-33°C sont souvent dépassés même à proximité du littoral. Températures minimales toujours très élevées sur le littoral, généralement comprises entre 23 et 25°C mais localement encore jusqu'à 27°C.

13h58: Les feux de forêt qui ont fait rage ces dernières semaines en Europe, notamment dans l'ouest du continent frappé par des vagues de chaleur, ont déjà touché plus de surface que pendant toute l'année 2021, selon le service de surveillance spécialisé européen. Dans les 27 pays de l'Union européenne, les incendies ont ravagé au total 517 881 hectares depuis le début de l'année (chiffres du 16 juillet), soit un peu plus de 5 000 km2, équivalent à la surface d'un département français comme la Mayenne, ou des îles de Trinité-et-Tobago dans les Caraïbes. Pour toute l'année 2021, pourtant marquée par de nombreux incendies en Italie et en Grèce, 470 359 hectares (4 700 km2) avaient brûlé dans les pays de l'UE, selon les données compilées par le Système européen d'information sur les feux de forêt (EFFIS).

Si la tendance se poursuit, 2022 pourrait ainsi égaler ou dépasser 2017, pire année enregistrée dans l'UE depuis la création de l'EFFIS en 2000, qui avait vu 988 087 hectares de végétation partir en fumée, soit près de 10 000 km2 ou la superficie d'un pays comme le Liban.

"La situation est encore pire que prévu, même si nous nous attendions à des anomalies de température grâce aux prévisions (météo) à long terme", explique à l'AFP Jesus San Miguel, coordinateur de l'EFFIS, qui souligne que "la vague de chaleur est déterminante (dans la situation) et clairement liée au réchauffement climatique".

Près de 40 000 hectares ont brûlé en France depuis le début de l'année, contre un peu plus de 30 000 pour toute l'année 2021, plus de 190 000 hectares en Espagne, contre presque 85 000 en 2021, et plus de 46 000 au Portugal contre plus de 25 000 en 2021.

Même des pays peu habitués aux feux de forêt, comme la Grande Bretagne où la température a pour la première fois dépassé 40°C cette semaine, voient les surfaces touchées s'envoler: un peu plus de 20 000 hectares y ont brûlé depuis le début de l'année, contre un peu plus de 6 000 en 2021, selon l'EFFIS.

"Nous savions que ce serait un été difficile et nous nous attendons à ce que ça se poursuive, nous n'en sommes même pas à la moitié de la saison des feux", souligne M. San Miguel. "Auparavant la saison se concentrait de juillet à septembre, maintenant nous avons des saisons plus longues et des feux très intenses".

09h56: Les deux feux qui ont détruit 20 800 hectares de forêt en Gironde depuis 10 jours et entraîné l'évacuation de plus de 36 000 personnes, n'ont pas progressé dans la nuit, les pompiers traitant toujours quelques reprises de feu, a indiqué la préfecture de Gironde jeudi matin. Les pompiers et les forestiers ont ainsi pu continuer leur travail de "protection des points sensibles" notamment grâce à la création et consolidation de pare-feux, - longues bandes de terre rase -, et au mouillage ou noyage de la végétation.

"Il n'y a plus de mur de flamme qui progresse sous l'effet du vent et crée des sautes de feu", a expliqué à la presse un des porte-parole des pompiers, le lieutenant-colonel Arnaud Mendousse. Cependant, il subsiste des "points chauds" qui peuvent provoquer des reprises de feu.

Malgré une légère hausse des températures, "la journée d'aujourd'hui devrait ressembler à celle d'hier", a déclaré Arnaud Mendousse. Les feux ne sont toujours pas fixés, et ne le seront "probablement pas aujourd'hui", a-t-il précisé, évoquant des "feux contenus".

Mercredi, les quelque 2 000 sapeurs-pompiers engagés avaient réussi à empêcher la progression des feux grâce à une météo plus favorable, avec une baisse des températures et un air plus humide.

La préfecture avait néanmoins prévenu dans un communiqué que les près de 36 750 personnes évacuées ne pouvaient pas encore rejoindre leur domicile. "L'ensemble des conditions de sécurité pour envisager (leur) retour n'est pas encore rempli. Le dispositif sera réévalué de manière quotidienne, et la réintégration des populations sera effectuée secteur par secteur en fonction de la situation."

En visite mercredi sur les deux sites des incendies, à La Teste-de-Buch, sur le bassin d'Arcachon, puis à Landiras, à 40 km au sud de Bordeaux, Emmanuel Macron a rendu hommage à toutes les personnes mobilisées contre les incendies.

Il a également promis un "grand chantier national" pour reconstruire la forêt. Il a aussi reconnu la nécessité de disposer de davantage de moyens aériens pour lutter contre les incendies, tout en soulignant que les 22 avions dont disposent la protection civile étaient "suffisants ces dernières années". 

08h09: Deux associations d'élus ont réclamé "des services publics forestiers forts", alors que de gigantesques incendies ravagent la Gironde, s’inquiétant des réductions d'effectifs à l'Office national des forêts (ONF).

"Les évènements aujourd’hui montrent la nécessité d’avoir des services publics forestiers forts", indiquent la Fédération nationale des Communes forestières (FNCOFOR) et l'Association des maires ruraux de France (AMRF) dans un communiqué.

"Or, ceux-ci sont de plus en plus en tension" et "près de 500 postes à l’ONF devraient être supprimés dans les années à venir", une réduction des effectifs jugée "inenvisageable" par ces élus.

Les deux associations demandent "à l’État de prendre ses responsabilités et d'assumer son rôle de garant de la préservation de nos forêts avec un investissement sur le long terme et d’accorder les moyens humains nécessaires aux élus pour faire face à tous ces enjeux".

Le contrat d'objectifs et de performances (COP) pour 2021-2025 liant l'Etat à l'ONF prévoit la suppression de 500 postes d'ici fin 2025.

L'ONF, dont la moitié des employés sont des fonctionnaires ou des contractuels de droit public, gère les 11 millions d'hectares de forêts publiques françaises. L'office, déficitaire, et est dans la tourmente depuis plusieurs années.

La FNCOFOR représente plus de 12.000 propriétaires de forêts et les milliers de communes, selon le communiqué, tandis que l'AMRF fédère près de 10.000 maires ruraux.

07h54: Le parquet de Quimper a ouvert deux enquêtes sur les incendies qui ont ravagé la lande bretonne dans les Monts d'Arrée (Finistère), et qui sont désormais quasiment fixés, dont l'une pour "destruction volontaire par incendie", a-t-il annoncé ce mercredi dans un communiqué.

Les deux incendies déclenchés lundi, et désormais fixés à environ 95% selon la préfecture du Finistère, "ont de manière certaine une origine humaine" et "le caractère criminel de l'incendie touchant le site de Brennilis" (Finistère) est "manifeste en raison du constat de deux départs de feu distants de 30 mètres", pointe la procureure de Quimper Carine Halley.

07h01: Météo France place 12 départements du Sud-Est en vigilance orange canicule. 

Situation actuelle

Les maximales d'hier mercredi ont atteint 38°C au Luc (83), 37°C à Lyon (69), Montélimar (26), et Chambéry (73), et 36°C à Grenoble-Le Versoud (38) A 5h ce jeudi matin, il faisait encore 27°C à Nice (06), 25°C à Marseille (13) et Nîmes (30), 24°C à Chambéry et Montélimar, et 22°C à Grenoble.

Evolution prévue

Jeudi en journée, les très fortes chaleurs ne concernent plus que le quart sud-est du pays. Du Lyonnais aux Alpes du nord et à la vallée du Rhône au nord de Valence, les maximales, en baisse temporaire, atteignent 31°C à 35°C. Elles sont en légère hausse, et comprises entre 36°C et 39°C (localement 40°C) sur le pourtour méditerranéen (hors littoral rafraîchi par les brises) jusqu'à la moyenne vallée du Rhône et aux basses vallées des Alpes du sud.

Cette situation perdure encore plusieurs jours sur le quart sud-est, en particulier sur les zones situées au sud d'une ligne Aubenas (07) - Montélimar (26) , où les maximales restent largement au dessus des 35°C. Plus au nord, sur les départements en vigilance canicule, les maximales sont plus fluctuantes d'un jour à l'autre, mais des pics de chaleur à 36/38°C y sont encore possibles, notamment vendredi et dimanche.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions