20/07 11:31

Policier suspendu pour radicalisation: L'ancien ministre de l'Intérieur Christophe Castaner visé par une enquête pour discrimination

La Cour de justice de la République (CJR) a ouvert le 6 juillet une information judiciaire pour discrimination à raison de la religion contre l'ancien ministre de l'Intérieur Christophe Castaner, après la plainte d'un policier suspendu pour des soupçons de radicalisation, a-t-on appris de sources proches de l'enquête.

Le capitaine de police Hervé C., 42 ans, avait porté plainte le 17 novembre pour discrimination à raison de l'appartenance à une religion et harcèlement moral auprès de la CJR, seule juridiction habilitée à poursuivre les membres du gouvernement pour des délits commis dans l'exercice de leurs fonctions.

Après analyse, la commission des requêtes de la CJR, qui a le rôle de filtre, a transmis cette plainte au procureur général et une information judiciaire a été ouverte, a confirmé la CJR à l'AFP.

"Il s'agit d'une première étape essentielle à la manifestation de la vérité", ont réagi auprès de l'AFP les avocats du policier Mes Hélène Jouny et Anass Khafif.

"Notre client a pleinement confiance dans la justice indépendante de son pays pour le rétablir dans ses droits et son honneur", ont-ils ajouté.

Hervé C., converti à l'islam, travaillait au Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions terroristes (FIJAIT) à la police judiciaire de Paris quand il a été signalé comme potentiellement radicalisé les 6 et 7 octobre 2019.

Quelques jours auparavant, Mickaël Harpon, informaticien de la préfecture de police converti à l'islam, avait tué à coups de couteau quatre de ses collègues avant d'être abattu.

Suspendu par le ministère de l'Intérieur le 28 octobre 2019, Hervé C. avait été réintégré le 28 février 2020, mais muté comme chef de groupe fraude fiscale et TVA.

Dans sa plainte, le policier estime que l'arrêté ministériel de suspension est "discriminatoire" en raison de sa religion et sa mutation a traduit "le refus du ministre de l'Intérieur de laisser une personne de confession musulmane en charge du FIJAIT", alors qu'il ne présentait "aucun signe de radicalisation" et avait reçu des "notations excellentes".

Il s'appuie notamment sur une enquête de l'Inspection générale de la police nationale (IGPN) qui n'avait conclu, le 8 juin 2020, à "aucun manquement" ni "aucun prosélytisme".

Devant le tribunal administratif en juin 2021, saisi par le policier pour contester les mesures prises, le ministère de l'Intérieur avait pourtant justifié ses décisions par "une pratique religieuse radicale, incompatible avec la vie de l'unité et au-delà même avec les exigences de laïcité de ses missions républicaines et de service public".

Le tribunal administratif a annulé en février l'ensemble des mesures, mais le ministère de l'Intérieur a fait appel de cette décision, a précisé Me Khafif.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Greg1928
20/juillet/2022 - 21h37
MICMAH458 a écrit :

Il y a quand même des choses tellement évidentes et de bon sens commun, qu'il n'est pas raisonnable de faire : ce monsieur peut être parfaitement de bonne foi et sans danger aucun (si c'était le cas, il faudrait d'abord le prouver), mais ma réflexion me fait dire qu'il n'était pas indispensable de mettre ce monsieur, converti à l'islam, au bureau du Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions terroristes (FIJAIT).  Je ne comprends même pas que tous ces responsables sûrement intelligents, n'ont pas une seule seconde été interpellés par cette situation.  C'est un peu comme si, et cette comparaison vaut ce qu'elle vaut, on confiait le dossier relatif à l'interdiction future des corridas, à un gars qui serait inconditionnellement aficionado et fervent défenseur de ce "sport/spectacle" par ailleurs assez lamentable dans un société civilisée.

Avez vous pensez qu'il ait pu se convertir après avoir eut le dit poste ? 

 

Portrait de seb2746
20/juillet/2022 - 18h50

Qu'il y ait eu enquête, c'est logique et tout à fait légal en plus.

 

Par contre ce racisme et cette discrimination face à un policier Français respectueux de nos lois et complètement clean par un ministre sioniste qui était au pouvoir et qui voulait "purger" le ministère, y'a un souci énorme.

Portrait de Sivom45000
20/juillet/2022 - 13h02 - depuis l'application mobile

Il a raison de porter plainte la France le lui permet. En attendant si le "même excès de zèle" avait été fait avec Mickaël Harpon des vies auraient été sauvées.

Portrait de MICMAH458
20/juillet/2022 - 11h42

Il y a quand même des choses tellement évidentes et de bon sens commun, qu'il n'est pas raisonnable de faire : ce monsieur peut être parfaitement de bonne foi et sans danger aucun (si c'était le cas, il faudrait d'abord le prouver), mais ma réflexion me fait dire qu'il n'était pas indispensable de mettre ce monsieur, converti à l'islam, au bureau du Fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions terroristes (FIJAIT).  Je ne comprends même pas que tous ces responsables sûrement intelligents, n'ont pas une seule seconde été interpellés par cette situation.  C'est un peu comme si, et cette comparaison vaut ce qu'elle vaut, on confiait le dossier relatif à l'interdiction future des corridas, à un gars qui serait inconditionnellement aficionado et fervent défenseur de ce "sport/spectacle" par ailleurs assez lamentable dans un société civilisée.