Rechercher

01/07 16:30

Les riverains de Roissy-Charles-de-Gaulle et des associations de défense de l'environnement réclament un plafonnement du nombre de vols annuels dans cet aéroport

Les riverains de Roissy-Charles-de-Gaulle (CDG) et des associations de défense de l'environnement ont réclamé un plafonnement du nombre de vols annuels dans cet aéroport, après l'annonce d'une telle mesure à Amsterdam-Schiphol aux Pays-Bas.

Le 24 juin, le gouvernement néerlandais a fixé à 440.000 le nombre maximum de vols par an à Schiphol, contre 500.000 avant la pandémie de Covid-19, voulant s'attaquer "en priorité à la pollution sonore", tout en reconnaissant "un message difficile pour le secteur de l'aviation".

Les habitants de la région autour de Schiphol, une zone densément peuplée, se sont régulièrement plaints des nuisances sonores de l'aéroport, et exprimé des inquiétudes relatives aux effets de l'aviation sur leur santé, la nature et le climat.

Une thématique qui trouve un écho autour de Roissy, dans le nord-est de l'Ile-de-France: des associations de défense de l'environnement et de riverains de l'équipement "se réjouissent de cette décision responsable, bénéfique pour les populations survolées de la région d'Amsterdam ainsi que pour le climat", indiquent-elles dans un communiqué. "Ce qui est possible à Amsterdam-Schiphol est aussi possible à Roissy-Charles-de-Gaulle!", assurent-elles.

L'aéroport français, selon elles, a "accueilli en 2019 environ 500.000 mouvements d'avions, l'équivalent de Schiphol. Nous demandons qu'une décision politique soit prise pour que le trafic y soit limité à 440.000 vols par an à court terme, puis que soit amorcée une diminution du nombre de mouvements afin de protéger la santé des Franciliens".

En outre, ont plaidé les associations, cette limitation constituerait "également une des mesures vraiment efficaces et incontournables pour permettre au secteur aérien de faire décroître ses émissions de CO2 afin de respecter la courbe de réduction des émissions fixée dans le cadre de la Stratégie nationale bas carbone de la France".

Parmi les signataires du communiqué figurent l'Association de défense contre les nuisances aériennes (Advocnar), et les branches locales de France Nature Environnement et Greenpeace.

Si Orly, au sud de Paris, est soumis à une limitation des créneaux aéroportuaires (250.000 mouvements par an), ce n'est pas le cas de Roissy.

Dans son rapport annuel début juin, l'Autorité indépendante chargée de contrôle des nuisances aéroportuaires (Acnusa) avait constaté un meilleur respect des règles environnementales (bruit et pollution atmosphérique) par les grandes compagnies aériennes en 2021.

Mais concernant Roissy, elle avait aussi appelé à une "très grande vigilance" vis-à-vis de la remontée prévisible du trafic, en particulier nocturne, après la crise sanitaire du Covid.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de piedsdansleplat
2/juillet/2022 - 09h04

patientez quelques mois, avec la NUPES au pouvoir à laquelle adhère EELV l'aviation vit ses derniers mois, peut-être années d'existence dans ce format. Ils sont contre les avions à cause de la pollution. Plus d'aviation de loisirs. Plus de liaison aérienne au profit du train et de la voiture électrique. Et du vélo. 

Quelle débilité !  Je crains que bientôt on n'ai plus rien tout court.

Portrait de GuyHawke
2/juillet/2022 - 07h54

Bonjour,Malgré un double vitrage, on entend très bien les avions, en quoi diminuer les vols, la nuit est, un problème ?Mes grands-parents se sont installés en région parisienne durant la Seconde Guerre mondiale, toute ma famille est installée dans les environs, ma vie est ici par ailleurs.Jamais mes grands-parents n'ont pu acheter de terrain, de maison, ils ont toujours loué un appartement.La tolérance fonctionne dans les deux sens, oui les avions rendent bien service, cela a proposé des emplois, mais cela amène des désagréments.

Portrait de Vosegus
1/juillet/2022 - 18h30
FRGD a écrit :

Les billets d'avion sont déjà composés, souvent, à plus de 50% de taxes : taxe d'aéroports, taxe d'aviation civile, surcharges carburant,  taxe sûreté sécurité environnement, redevance passager, taxe de solidarité Chirac... Taxer pour l'écologie c'est ridicule, inefficace, suicidaire.

Très juste. Et demain, quand tous les pékins seront entièrement dépendant à l'électrique, les taxes vont exploser.  Si les taxes écologiques avaient le pouvoir de sauver la planète, nous serions déjà de retour à l'époque glacière à chasser le mammouth pour se réchauffer avec leur peau. 

Portrait de Vosegus
1/juillet/2022 - 18h04
Take 5 a écrit :

Quand on n'aime pas le bruit des avions, on n’achète pas ou on ne fait pas construire une maison qui se trouve dans l'axe des pistes d'un aéroport, pour venir chouiner ensuite.

Très juste.  C'est comme par chez moi, les gens qui ont acheté des terrains de construction le long de l'autoroute pour une bouchée de pain et qui par après ont demandé la construction d'un mur antibruit et la baisse de la vitesse. 

Portrait de ayayay
1/juillet/2022 - 17h54

Les constructions d’habitations étaient interdites dans un rayon de 10 km autour des pistes quand l’aéroport s'est installé au milieu des champs (de tulipes)

Les villages du coin ont été rachetés et ou rasés, la ville la plus proche, qui a souffert et souffre encore est Gonesse. L'immense majorité des habitations qui sont dans ce périmètre on été construites depuis 50 ans suite aux pressions continues des maires et promoteurs, qui trouvaient tout ce terrain "gâché". Les populations actuelles ont acheté en toute connaissance de cause, l'aéroport était déjà là, et surtout pour pas cher

Maintenant, ils trouvent que ça fait du bruit...

Portrait de sideng
1/juillet/2022 - 17h52
Take 5 a écrit :

Quand on n'aime pas le bruit des avions, on n’achète pas ou on ne fait pas construire une maison qui se trouve dans l'axe des pistes d'un aéroport, pour venir chouiner ensuite.

Tout est dit