05/06 07:16

Un meurtrier en fuite, soupçonné d'avoir tué une famille de cinq personnes pendant sa cavale, abattu par la police au Texas, mettant fin à une chasse à l'homme de trois semaines

Un meurtrier en fuite, soupçonné d'avoir tué une famille de cinq personnes pendant sa cavale, a été abattu par la police au Texas, mettant fin à une chasse à l'homme de trois semaines après son évasion spectaculaire.

Gonzalo Lopez, condamné en 2006 à la réclusion à perpétuité pour un meurtre barbare commis avec une pioche et un enlèvement, s'était évadé d'un bus pénitentiaire le 12 mai. L'homme est soupçonné d'avoir assassiné pendant sa fuite cinq personnes d'une même famille au Texas.

Lors d'une conférence de presse après la mort tard jeudi soir de Gonzalo Lopez, Jason Clark, un responsable de l'administration pénitentiaire de ce grand Etat du Sud des Etats-Unis, a qualifié de «tragédie absolue» la mort de quatre garçons adolescents et leur grand-père, que le criminel aurait tués lors de sa cavale. «Mais nous poussons un soupir de soulagement, car Lopez ne fera pas de nouvelles victimes», a-t-il ajouté.

Le fugitif âgé de 46 ans était introuvable depuis trois semaines et les U.S. Marshals, les agents spécialisés dans la recherche des évadés, commençaient à douter, malgré l'ampleur donnée à la chasse à l'homme, la plus importante de l'histoire récente du Texas. Le crâne rasé, un visage carré de boxeur, des pectoraux saillants, tatoués comme ses biceps et son large dos, Lopez avait des affiliations connues avec la mafia mexicaine et ses gangs actifs en prison.

Les conditions de son évasion illustrent sa détermination. Ce jour-là, Gonzalo Lopez devait être transféré de sa prison de Gatesville à une autre prison texane, à Huntsville, pour une consultation médicale.

Un trajet d'environ 260 kilomètres, dans un autobus pénitentiaire bien gardé par des agents armés. Le condamné multirécidiviste faisait partie des détenus particulièrement surveillés, il avait donc droit à un traitement spécial.

Dans le véhicule, où se trouvaient 15 autres prisonniers également transférés, il avait été placé dans une cage en métal, pieds et mains enchaînés. Les autorités n'ont pas expliqué comment il avait réussi à embarquer une arme blanche artisanale, dissimulée sur lui, puis à se défaire de ses entraves.

Elles ont en revanche relaté que Gonzalo Lopez avait découpé la cloison métallique de sa cage, parvenant à passer jusqu'à la cabine du conducteur, obligé de stopper l'autobus. Le détenu a alors poignardé le fonctionnaire qui conduisait le véhicule à la main et au thorax.

Un autre agent armé, posté à l'arrière de l'autobus, est descendu à son tour pour tenter de neutraliser le détenu, mais le criminel est parvenu à prendre le volant, laissant sur place les deux gardiens. Victime d'une sortie de route, le détenu a été contraint d'abandonner l'autobus et ses détenus

Ailleurs sur le web

Vos réactions