28/05 16:02

La livraison de plats à domicile est bien ancrée dans les habitudes de consommation des Français, en forte hausse depuis le début du Covid-19, selon une étude

La livraison de plats à domicile est bien ancrée dans les habitudes de consommation des Français puisqu'elle a encore bondi de 35% sur un an au premier trimestre, après avoir progressé de 85% en 2021 comparé à l'avant-Covid, selon une étude de NPD Group.

Avec la fermeture des restaurants pendant les périodes de confinements due à la gestion de la crise sanitaire, la livraison de repas "s'est tout naturellement invitée dans le quotidien des Français pour y rester", puisque "la tendance reste dynamique" sur les trois premiers mois de l'année, constate le spécialiste des études de marché.

"Véritable phénomène de société, la livraison représente 318 millions de visites en restauration commerciale-hors cantines- en 2021, soit 8% du marché total", détaille NPD Group.

Le ticket moyen a augmenté en moyenne l'an dernier de 5% à 10% à 7,80 euros comparé à 2019, du fait de l'inflation, mais aussi parce que l'offre s'est élargie à des produits moins bon marché que la pizza: burgers et plats exotiques (poke bowls, tacos...).

Ainsi la pizza, qui figurait dans une commande sur quatre en 2019, n'est plus commandée qu'une fois sur dix, deux ans plus tard, alors que le burger "s'invite dans une commande sur trois en 2021".

Et le "développement des dark kitchens (des cuisines dédiées à la préparation de plats à livrer), plus nombreuses et plus proches, réduit le délai de préparation, car les commandes s'effectuent exclusivement en ligne", observe NPD Group, notant que "la restauration rapide reste majoritaire" et concentre encore "les deux tiers des commandes".

"Le temps reste un élément déterminant pour les opérateurs de livraison. Désormais, l’intelligence artificielle y joue un rôle essentiel, en optimisant les flux de commandes et en intégrant des données comme le trafic routier, le profil et les attentes des utilisateurs", commente l'experte de NPD, Maria Bertoch.

La restauration commerciale "hors domicile" englobe la restauration avec service à table (cafés, bars, brasseries, cafétérias), la restauration rapide (fastfoods, ventes à emporter/livrées, sandwicheries, boulangeries, traiteurs), la restauration dans les transports et lieux de loisirs (musées, gares...) mais aussi les entreprises, et les distributeurs automatiques.

En 2019, le secteur représentait 57 milliards d'euros de chiffre d'affaires en France, mais l'an dernier les dépenses étaient encore en repli de 35% par rapport à l'avant-crise sanitaire.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Pirate 92
29/mai/2022 - 12h59
L ' ECUME DES CH0SES a écrit :

vous copyez que le consommateur se pose ce genre de question?

Le consommateur, plus con qu'autre chose, non ? C'est bien de ne pas se questionner qui me sidère. Le questionnement est une activité qui élève l'humanité, la consommation ou plutôt la surconsommation, voilà qui bien souvent ravive les bas instincts...... Mesurez vous la différence ? 

Portrait de Leon48Leon
29/mai/2022 - 09h00 - depuis l'application mobile

Je croyais que le confinement avait été difficilement supportable psychologiquement et physiquement. En fait, les français ont adoré rester enfermés entre leurs quatre murs et l’’isolement social

Portrait de Pirate 92
28/mai/2022 - 19h32

Livraison qui demande de plus en plus d'esclaves sous-payés, souvent sans papiers pour apporter pitance à des bobos urbains mondialistes et bienpensants.