Rechercher

24/05/2022 10:31

Accusations contre le ministre Damien Abad : Mais qui savait vraiment ? Closer avait révélé l'affaire en 2017 et des signalements ont été envoyés en mai 2022 à Stanislas Guerini et Christophe Castaner - Vidéo

C'est le magazine Closer qui, en mars 2017, avait relaté les faits le premier : Margaux G., ancienne militante de l'UDF, déposait plainte pour la deuxième fois contre Damien Abad pour un viol qu'elle aurait subi en 2011, alors qu'elle avait 24 ans. Après la nomination au gouvernement de l'ancien président du groupe LR à l'Assemblée nationale, Mediapart a recueilli le témoignage de la plaignante, ainsi que celui d'une autre femme qui, elle, n'a pas porté plainte.

Mais alors qui savait avant la nomination de Damien Abad ?

A priori personne n'avait lu le magazine Closer en 2017 et aucune des alertes envoyées aux hommes politiques n'a été reçue.

Mais, il y  a quelques jours seulement, les directions de LREM et LR auraient été informée par l'Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. 

Un signalement par mail envoyé "à Stanislas Guerini, Christophe Castaner, Bérangère Couillard et Aurélien Pradié" le lundi 16 mai, suivi d'une relance "le 19 pour LREM et le 20 pour LR", précise l'organisme à franceinfo. Christophe Castaner, patron des députés de LaREM, affirme n'avoir "rien reçu". Stanislas Guerini,  nommé ministre de la Fonction publique depuis vendredi, assure qu'il n'avait pas relevé sa boîte mail avant que Médiapart ne le contacte. 

Aurélien Pradié, secrétaire général du parti Les Républicains, explique quant à lui qu'il n'avait pas consulté la boîte mail sur laquelle le signalement lui a été adressé. Il assure avoir néanmoins confronté Damien Abad en 2020, à la suite de témoignages "de comportements inappropriés qu’il aurait eus avec des collaboratrices"

La Première ministre Elisabeth Borne a assuré ne pas être au courant des accusations visant le ministre des Solidarités. La cheffe du gouvernement affirme avoir "découvert l'article de Mediapart hier". "Je n'ai pas plus d'éléments que le fait que l'affaire a été classée sans suite", a-t-elle poursuivi lors d'un déplacement. "Je peux vous assurer que s'il y a de nouveaux éléments, si la justice est à nouveau saisie, on tirera toutes les conséquences de cette décision", a indiqué la Première ministre.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de la bière de la famille consanguine de ce blog
24/mai/2022 - 21h23
L ' ECUME DES CH0SES a écrit :

bizarre ...il ne lisent pas leurs mails ...

Et vous un beschrelle.smiley

Portrait de YVESM
24/mai/2022 - 17h33

Pauvre France.

Portrait de COLIN33
24/mai/2022 - 11h55 - depuis l'application mobile

c'est a celui qui protège l'autre, ça fait beaucoup d'affaires à ce jour, qu'elle intégrité ce gouvernement !!