11/05/2022 13:41

La France insoumise annonce ouvrir une enquête contre Taha Bouhafs après les plaintes de trois personnes en interne l'accusant de harcèlement sexuel et de violences sexuelles (BFMTV)

Selon BFMTV, La France insoumise a ouvert une enquête interne au sujet de Taha Bouhafs. Au moins trois personnes ont témoigné contre le jeune homme. Il est accusé de harcèlement sexuel et de violences sexuelles.

"Pour le moment, ce sont uniquement des témoignages en interne", indiquent nos confrères qui précisent que les trois personnes "n’ont pas formellement déposé plainte". D’après BFMTV, dimanche soir, le leader de La France insoumise, Jean-Luc Mélenchon, aurait décidé de "débrancher" Taha Bouhafs, candidat pour la Nouvelle Union populaire écologique et sociale (Nupes) aux législatives.

Le comité de suivi de LFI contre les violences sexuelles et sexistes confirme cet après-midi avoir été saisi après un témoignage accusant le journaliste militant Taha Bouhafs, qui a retiré mardi sa candidature aux législatives à Venissieux. « Le comité de suivi contre les violences sexistes et sexuelles, mis en place au sein de la France insoumise, a bien été saisi » samedi « d’un témoignage relatant des faits supposés de violences sexuelles reprochées à Taha Bouhafs », écrit le comité dans un communiqué, confirmant pour partie des informations révélées par BFMTV.

« Une procédure a été enclenchée immédiatement au sein de la France insoumise », et Taha Bouhafs « a été confronté » lundi « aux accusations dont il faisait l’objet », précise le comité. L’intéressé « a fait le choix de renoncer de lui-même à l’investiture », « avant même la fin de procédure interne », après s’être vu signifier que La France insoumise « pouvait être amenée à ne pas l’investir », « en raison de la gravité des faits supposés, par principe de précaution ».

Taha Bouhafs, journaliste controversé de 25 ans, avait annoncé mardi matin qu’il retirait sa candidature aux législatives à Vénissieux (Rhône), dénonçant des « attaques sans précédent » contre lui. « J’ai sous-estimé la puissance de ce système quand il veut vous broyer », écrivait-il alors sur Twitter.

« J’ai été soutenu, pas assez pour tenir, mais assez pour être reconnaissant. (...) Continuez à vous battre. Pour ma part, j’ai essayé mais je n’y arrive plus », concluait celui qui disait vouloir défendre « les préoccupations d’une France qui ne se sent pas représentée ». Le leader de LFI Jean-Luc Mélenchon avait alors dénoncé « une meute (qui) s’est acharnée contre lui » avec « menaces de mort et mises en cause publiques quotidiennes ». « Je m’en veux de ne pas avoir su le réconforter autant que nécessaire », avait-il ajouté.

 

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de cocoudubreizhou
11/mai/2022 - 21h54

Il y a simplement un homme qui dit 'oui', un autre qui dit 'non'. C'est interdit, ça, dans mon beau pays ?

Portrait de djibou
11/mai/2022 - 20h11

Si je comprends bien les insoumises auraient du se soumettre a la volonté de se gentil monsieur

 

Portrait de Cest_pas_le_temps_qui_passe
11/mai/2022 - 20h06

@Vive la france, calme toi le pro lfi, toujours à répondre à côté pour détourner le sujet, tu n'as pas eu un mot sur bouhafs qui est accusé de harcèlement sexuel, ah j'oubliais dans ce sens la çà ne te pose aucun problème.

Portrait de cocoudubreizhou
11/mai/2022 - 19h59
Nerfertiti a écrit :

Ça sort le jour d’après son renoncement pour les régionales ! 

C’est curieux quand même 

En taule les pedos !

Portrait de tony355
11/mai/2022 - 19h14

chez eux ils tiennent leurs femmes au moins. pas comme ici

Portrait de Nerfertiti
11/mai/2022 - 14h50

Ça sort le jour d’après son renoncement pour les régionales ! 

C’est curieux quand même 

Portrait de Phantôme_
11/mai/2022 - 13h46

Mais non.... il n'y a jamais d'agressions sexuelles auprès des gauchos.....  la république c'est eux.