03/05 16:52

Bernard Cazeneuve annonce qu’il quittera le PS en cas d'accord avec la France insoumise: Parce que je suis fidèle au socialisme républicain et que je le resterai"

C'est dans un message posté sur Facebook que Bernard Cazeneuve annonce qu’il quittera le PS en cas d'accord avec la France insoumise. "Parce que je suis fidèle au socialisme républicain et que je le resterai, je ne pourrai, en conscience et en responsabilité, demeurer dans le parti dont les dirigeants auront oublié ce qui le fonde et perdu leur boussole.", a-t-il écrit. Et l'ancien Premier ministre de François Hollande d'ajouter: "Je forme le vœu que la famille politique à laquelle je suis attaché se ressaisisse, et qu'elle renaisse".

Voici l'intégralité du message que Bernard Cazeneuve a posté sur Facebook:

"Retrouver la boussole et déposer l’anémomètre

Si la politique vit au rythme des élections, elle ne s’ennoblit que dans la fidélité à des convictions. Les premières se succèdent et les autres demeurent. Les unes se gagnent ou se perdent et les autres constituent ce socle qui, dans la victoire comme dans la défaite, permet de demeurer toujours digne.

Comme des générations de femmes et d’hommes épris de démocratie et de justice, j’ai rejoint il y a plus de trente-cinq ans les rangs du Parti socialiste. Je l’ai fait, pénétré d’une histoire dont nous étions, avec des milliers de militants, les modestes dépositaires. C’est en effet dans la grande et vieille maison que tant d’épreuves avaient contribué à faire grandir que depuis Jaurès, il y a près de cent-vingt ans, on menait les luttes, on concevait des lois pour servir des valeurs humanistes et les concrétiser. Ensemble, nous voulions que la vie fût meilleure pour tous, et d’abord pour la jeunesse et le monde du travail, ici comme à l’autre bout du monde.

Avec d’autres à gauche, se confrontant à l’ordre des choses pour le changer, au risque de n’être jamais sûrs d’y parvenir en tout point ni sur le champ, les socialistes ont gouverné la France, leurs convictions au cœur. Au Parlement, comme dans le débat public, une certaine conception du monde et de l’humanité les inspirait toujours, même lorsque les suffrages, lors des alternances, les avaient placés dans l’opposition. Leurs convictions, la passion de la démocratie et de la justice, un irrépressible attachement à la République, le sens des responsabilités et de l’universalisme inspiraient chaque jour, comme ils continuent de le faire dans de nombreux territoires de métropole et des outremers, les élus locaux du Parti socialiste et ceux qui y sont apparentés, ainsi que les militants mobilisés dans les associations, les syndicats, pour la défense des services publics, le soutien à la culture et à l’éducation populaire.

En politique, savoir qui l’on est et ce que l’on veut, c’est aussi avoir une idée claire de ce que l’on n’est pas et de ce que l’on n’acceptera jamais de devenir.

L’indépendance de la Nation n’a jamais signifié la rupture de ses alliances militaires ni l’accommodement avec des régimes autoritaires ou des dictatures, sur notre continent ou sur d’autres.

La République laïque ne peut frayer avec le communautarisme..

Le pacte républicain ne peut vivre dans la haine entretenue de l’Etat, de la police qui protège et de ceux qui servent la Nation au nom de l’intérêt général.

La réorientation des politiques de l’Union ne saurait se traduire par la destruction du projet européen qui permettrait à d’autres de décider, à notre place, de notre destin. Pas plus que ne serait concevable une remise en cause du lien entre notre pays et l’Allemagne, sans lequel il n’est pas d’Europe forte face aux défis du monde.

La démocratie fondée sur la représentation, le suffrage universel et le respect des corps intermédiaires ne peut que se perdre dans le populisme et une personnification d’un autre temps, qui emprunte à tous les travers de la vieille politique.

L’indépendance de la France et le respect d’objectifs ambitieux pour le climat passe par un mix énergétique crédible et souverain, par un recours accru aux énergies renouvelables, au côté du nucléaire, et non en substitution à celui-ci.

L’économie sociale et écologique de marché - seule capable de conjuguer production, bien être et travail, répartition des richesses et préservation de la planète - n’est pas soluble dans une contestation de tout, qui rend l’action impossible en la confondant avec l’outrance, la rage et la colère surjouées, en permanence suscitées et entretenues.

En Europe, la gauche qui gagne est une gauche de gouvernement qui se confronte au réel. Elle peut le faire dans le contexte d’alliances larges, mais jamais sur le fondement d’un programme conçu et imposé à ses marges extrêmes.

En politique, la défaite n’explique pas tout ni ne peut tout justifier. Les actuels dirigeants du Parti socialiste ont engagé, sans consultation des adhérents, une négociation avec la France insoumise en vue des élections législatives. Alors que le parti de Jean-Luc Mélenchon a combattu sans répit le Parti socialiste, lorsqu’il gouvernait comme lorsqu’il ne gouvernait plus, qu’entre les deux formations ni les valeurs ni les moyens d’action ne sont communs, les négociateurs socialistes ne verraient désormais entre elles « aucun point insurmontable ». Quelques heures auraient ainsi suffi à oublier les divergences les plus fondamentales, ou plutôt à les taire.

Se présenter devant les électeurs fiers de nos valeurs et sous nos couleurs au premier tour, en vue de nous rassembler avec les autres formations de la gauche républicaine et les écologistes au second, c’est le choix de la dignité. Toute autre option signerait le reniement de nos convictions et l’oubli de nos réalisations, un manquement à notre histoire, un renoncement à l’avenir. Parce que je suis fidèle au socialisme républicain et que je le resterai, je ne pourrai, en conscience et en responsabilité, demeurer dans le parti dont les dirigeants auront oublié ce qui le fonde et perdu leur boussole. Je forme le vœu que la famille politique à laquelle je suis attaché se ressaisisse, et qu'elle renaisse. Chacun doit apporter son concours à cette cause : il faut désormais tout reconstruire et tout réinventer, alors que le pouvoir actuel, à l’aube d’un second quinquennat marqué à droite, fait fi du danger dans lequel son grand-œuvre d’élimination des clivages démocratiques plonge notre pays. Il y aura, j’en suis convaincu, assez de cœurs vaillants pour s’atteler à cette tâche immense. La France et l’Europe, dans les circonstances actuelles, face aux défis qu’il leur faut relever, ont besoin d'authentiques convictions et de solutions responsables et crédibles qui donnent espoir à nos concitoyens.

Pour atteindre l’objectif, il nous faut regarder lucidement ce que nous avons réussi et les raisons de nos échecs. Il faut donner un débouché politique, comme François Mitterrand a toujours su le faire, aux aspirations populaires. Il faut conjuguer, selon les mots de Jaurès, l’idéal et le réel. Refonder n’est pas se renier. C’est garder le cap, celui d’une gauche politique, sociale et écologique et sincère. Il appartient aux socialistes, encore et toujours, de reconstruire cette force qui doit redevenir le pilier de l’alternance à laquelle nos électeurs aspirent et que mérite notre pays.

Bernard Cazeneuve"

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de djibou
4/mai/2022 - 05h26
bergil a écrit :

Et être ministre d'un président de droite ami des banquiers , c'est aussi ses convictions de gauche ?

tu parles du fossoyeur de la république ? Celui qui allait rassurer les ouvriers avant que les usines ne ferment? j'ai nommé le grand Bruno Lemaire!!!

les banquiers, crocs morts, huissiers etc ne sont pas des professions qui ont la côte c'est sur mais il faut faire avec ils ont aussi leurs utilités

Portrait de ayayay
3/mai/2022 - 21h31
djibou a écrit :

C'est rare un socialiste avec des convictions.

C'est peut-être que c'est un socialiste en carton

Portrait de ayayay
3/mai/2022 - 21h30

Ne le retenez pas, laissez-le faire un malheur...

Bon vent Papy

 

(je ne me rappelais même plus que ce "socialiste" avait été premier ministre - 5 mois)

Portrait de bergil
3/mai/2022 - 20h24
djibou a écrit :

C'est rare un socialiste avec des convictions.

Et être ministre d'un président de droite ami des banquiers , c'est aussi ses convictions de gauche ?

Portrait de elis34
3/mai/2022 - 19h55

enfin un socialiste qui se leve devant cette supercherie melenchoniste

la gauche qui s'allie avec l'islamo gauchisme, on est tombé sur la tete!!

Portrait de MICMAH458
3/mai/2022 - 19h52

Wouuuu, ça fait peur.  Nul doute que ce chantage, que dis-je cet ultimatum; va faire réfléchir le PS (ce qu'il en reste) et les insoumis, et qu'ils n'oseront pas s'allier.

Portrait de djibou
3/mai/2022 - 19h30

C'est rare un socialiste avec des convictions.

Portrait de Youpiland
3/mai/2022 - 19h09

Le PS ? C'est quoi ?

Portrait de Clic12
3/mai/2022 - 18h50
COLIN33 a écrit :

Qu'il dise tout de suite qu'il veut se rallier à Macron plutôt que de trouver des prétextes fallacieux.....

Fallacieux ?

Voir son parti embrasser la France insoumise, la nouvelle union populaire pardon, est une raison plus que valable. Ces révolutionnaires, islamistes et autres rêveurs sont dangereux et le PS se tape la honte INTERNATIONALE à s’allier avec ça.

Portrait de Le chon 24
3/mai/2022 - 18h44

Déclaration choquante, les gens de gauche qui ont été sommés par les médias et se sont déplacés (encore pour cette fois) pour faire barrage "républicain" à MLP ont permis à Macron de faire ses 58.5%, et là maintenant on ne les considère plus suffisamment républicains pour favoriser une majorité macroniste, que ces gens qui ont tout raté ou presque (comme Cazeneuve ou Hollande) rejoignent la droite libérale et s'assument, et qu'ils arrêtent de donner des leçons, totalement insupportables...

  
Portrait de Blondissime
3/mai/2022 - 18h33

Enfin quelqu'un de fidèle ! ça devient rare

Portrait de dadaright
3/mai/2022 - 18h31

Il est resté 1 er ministre jusqu’à la fin du mandat de Hollande donc oui il n' est plus socialiste depuis bien longtemps il peut partir .

Portrait de COLIN33
3/mai/2022 - 18h16 - depuis l'application mobile

Qu'il dise tout de suite qu'il veut se rallier à Macron plutôt que de trouver des prétextes fallacieux.....

Portrait de wicket
3/mai/2022 - 17h59

Je n'ai jamais été socialiste, mais bravo, monsieur ! au moins vous avez des convictions et vous vous y tenez... pas comme Faure qui est prêt à se vendre à Mélenchon !!!

Portrait de Pirate 92
3/mai/2022 - 17h18

Et allez, EN MARCHE