24/04 14:31

Dans le vert pour la troisième année consécutive, l'Agence France-Presse a augmenté ses recettes commerciales en 2021 et dégagé un bénéfice "historique"

Dans le vert pour la troisième année consécutive, l'Agence France-Presse (AFP) a augmenté ses recettes commerciales en 2021, année marquée par la signature d'un accord avec Google sur les droits voisins, et dégagé un bénéfice "historique", a-t-elle annoncé dans un communiqué. D'après les comptes approuvés par le conseil d'administration de l'AFP, les recettes commerciales de l'agence de presse ont progressé de +4,1% par rapport à 2020. Une croissance "très encourageante par les temps qui courent", s'est félicité le PDG de l'AFP Fabrice Fries.

Le résultat net a lui atteint un niveau "historique" de 10,6 millions, contre 5,3 millions d'euros en 2020, et 0,4 million en 2019, année où l'AFP renouait avec les bénéfices pour la première fois depuis 2013. Cela s'explique notamment par l'accord passé cet automne avec Google sur les droits voisins, au montant confidentiel, accompagné d'une "transaction couvrant notamment les frais d'avocat" entraînés par deux ans de négociation, a expliqué Fabrice Fries. De quoi contribuer au remboursement de la dette de l'AFP, prévu dans son intégralité d'ici à 2028, son niveau atteignant 39,6 millions d'euros en 2021, contre 49,2 millions début 2018.

Outre la vidéo et l'investigation numérique, objet d'un partenariat avec le groupe Meta (Facebook...), "l'activité pour les entreprises et institutions" a encore permis à l'AFP de diversifier ses revenus notamment via Factstory (ex-AFP Services, filiale de création de contenus pour la communication des marques). La compensation par l'Etat des coûts liés aux missions d'intérêt général s'est par ailleurs élevée à 117,2 millions d'euros, en hausse de 1,4%.

Le plan d'économies lancé il y a trois ans, qui inclut des départs volontaires, a lui généré 11 millions d'euros en 2021, l'objectif total fixé d'ici à 2023 ayant été atteint à 80%, selon Fabrice Fries. Pour 2022, "les coûts sont attendus en hausse significative en raison de l'intensité de l'actualité éditoriale et du contexte inflationniste", précise le communiqué.

Ailleurs sur le web

Vos réactions