05/04 16:58

Guerre en Ukraine: Le président ukrainien demande que la Russie soit "tenue responsable" pour "crimes de guerre" et soit exclue du Conseil de sécurité de l'ONU

16h40: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a exhorté mardi l’ONU à agir « immédiatement » face aux « crimes de guerre » commis selon lui par la Russie dans son pays, sans quoi les Nations unies n’auraient qu’à « simplement fermer ». Dans un discours solennel par vidéo retransmis en direct dans la salle du Conseil de sécurité, Volodymyr Zelensky a en outre appelé à ce que la Russie soit exclue de ce Conseil, dont elle est un des cinq membres permanents, et à une réforme du système des Nations unies, afin que « le droit de veto ne signifie pas le droit de mourir ».

« Maintenant nous avons besoin de décisions du Conseil de sécurité pour la paix en Ukraine. Si vous ne savez pas comment prendre cette décision, vous pouvez faire deux choses », a déclaré le président ukrainien. « Soit exclure la Russie en tant qu’agresseur et à l’origine de la guerre afin qu’elle ne bloque pas les décisions relatives à sa propre agression. Puis faire tout ce que nous pouvons pour mettre en place la paix », a exhorté M. Zelensky en présence du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres. « Ou l’autre option est de montrer, s’il vous plaît, que nous pouvons nous réformer ou changer (...) S’il n’y a pas d’alternative et d’option, la prochaine option serait de vous dissoudre tous ensemble », a encore réclamé le président ukrainien.

16h17: Marioupol a « dépassé le stade de la catastrophe humanitaire », a affirmé mardi à l’AFP le maire de cette ville du sud-est de l’Ukraine assiégée par l’armée russe, qualifiant d’« invivable » la situation des quelque 120.000 habitants toujours sur place. « Nous avons dépassé le stade de la catastrophe humanitaire parce que depuis plus de 30 jours, les gens n’ont plus ni chauffage, ni eau, ni rien », a déclaré Vadim Boïtchenko à l’AFP à Zaporojie (centre), par visioconférence pour raison de sécurité bien qu’il se trouve dans cette ville située à plus de 200 km au nord-ouest de Marioupol.

« Nous estimons à environ 120.000 le nombre d’habitants encore à Marioupol », a-t-il indiqué. « Il est donc très important de tous les évacuer, leur situation n’est pas dangereuse, elle est invivable. Nous essayons de nous coordonner avec différents partenaires pour faire sortir toute la population de Marioupol », a précisé le maire. « Il est très difficile pour nous de combattre la propagande du gouvernement et l’armée russes », a-t-il dit par ailleurs, dénonçant une tentative de « discréditer » les autorités ukrainiennes auprès de ses concitoyens.

14h36: La Russie se renforce pour « prendre le contrôle de l’ensemble du Donbass », dans l’est de l’Ukraine, et réaliser « un pont terrestre avec la Crimée », annexée par Moscou en 2014, a affirmé mardi le secrétaire général de l’Otan, Jens Stoltenberg. « Nous sommes dans une phase cruciale de la guerre », a-t-il averti au cours d’une conférence de presse à la veille d’une réunion des ministres des Affaires étrangères de l’Alliance.

« Les troupes russes ont quitté la région de Kiev et le nord de l’Ukraine. Vladimir Poutine déplace un grand nombre de troupes vers l’Est en Russie. Elles vont se réarmer, recevoir des renforts en effectifs, car elles ont subi beaucoup de pertes, et se réapprovisionner pour lancer une nouvelle offensive très concentrée dans la région du Donbass », a-t-il expliqué.

« C’est dans cette région que la plupart des forces ukrainiennes sont concentrées », a-t-il souligné. « Le repositionnement des forces russes va prendre un certain temps, quelques semaines, avant le lancement d’une offensive majeure. Il est essentiel que les alliés soutiennent les Ukrainiens, les aident à se réarmer, pour leur permettre de se défendre », a-t-il insisté.

14h22: L’Espagne a à son tour décidé d’expulser « de manière immédiate » environ 25 diplomates russes qui représentaient une « menace pour les intérêts » du pays, a annoncé mardi le ministre des Affaires étrangères lors d’une conférence de presse. « Nous avons décidé ce matin de procéder à l’expulsion de diplomates russes et de membres du personnel de l’ambassade de la Fédération russe, qui représentaient une menace pour les intérêts du pays, a déclaré José Manuel Albares, à l’issue du Conseil des ministres.

Selon le ministre, cette décision est due aux  »terribles évènements des derniers jours en Ukraine, à Boutcha et à Marioupol« .

Les personnes expulsées constituent  »un groupe d’environ 25 personnes, avec peut-être une personne en plus« , a-t-il indiqué, précisant que cette décision prenait effet  »de manière immédiate« . Madrid imite ainsi la France, l’Allemagne, l’Italie, le Danemark ou encore la Suède qui ont également procédé à des expulsions de diplomates russes dans un contexte d’indignation européenne autour de l’offensive menée par Moscou en Ukraine, et en particulier après la récente découverte de cadavres dans la ville de Boutcha.

13h32: Les 27 pays de l’UE discutent de sanctions sur les importations de charbon et pétrole russes, après la découverte d’un grand nombre de corps dans la région de Kiev, a indiqué mardi un responsable européen à Luxembourg. « Il y a des discussions sur ce qui peut être fait dans le secteur de l’énergie, comme le charbon et le pétrole », a déclaré le commissaire européen au Commerce, Valdis Dombrovskis, avant une réunion des ministres des Finances de l’UE à Luxembourg pour débattre du contenu d’un cinquième paquet de sanctions européennes.

« Pour la Commission européenne, c’est définitivement une option. Mais nous avons besoin de trouver un consensus parmi les Etats membres », a-t-il reconnu. Les Vingt-Sept sont divisés sur la question des sanctions qui nécessitent l’unanimité. La Pologne et les pays baltes poussent pour des mesures sévères visant le secteur de l’énergie qui est une des principales ressources de la Russie pour financer la guerre en Ukraine. Mais d’autres pays, essentiellement l’Allemagne, mais aussi l’Autriche, sont très réservés, en raison du coût infligé à leur activité économique très dépendante des énergies fossiles russes.

12h59: Le parquet national antiterroriste (Pnat) français a annoncé mardi avoir ouvert trois nouvelles enquêtes pour « crimes de guerre », pour des faits commis au préjudice de ressortissants français en Ukraine depuis l’invasion de la Russie. Les faits visés auraient été commis à Marioupol (sud de l’Ukraine) entre le 25 février et le 16 mars, à Gostomel (région de Kiev) entre le 1er et le 12 mars et Tcherniguiv (nord) depuis le 24 février, date à laquelle les troupes russes ont envahi l’Ukraine, a précisé le Pnat, compétent pour ce type d’infraction, dans un communiqué.

« Ils sont susceptibles d’être qualifiés de crimes de guerre matérialisés par des atteintes volontaires à l’intégrité psychique, des attaques délibérées contre des personnes civiles ne prenant pas part aux hostilités, des privations délibérées de biens indispensables à la survie de personnes civiles et/ou des attaques délibérées contre des biens à caractère civil, des vols, destructions et détériorations de biens », a expliqué le parquet antiterroriste. Les investigations ont été confiées à l’Office central de lutte contre les crimes contre l’humanité, les génocides et les crimes de guerre (OCLCH).

Le Pnat avait déjà ouvert une enquête après le décès de Pierre Zakrzewski, un journaliste franco-irlandais, le 14 mars près de la capitale ukrainienne. La justice française ne peut ouvrir des enquêtes pour des faits commis en dehors du territoire français que si une victime est française, si l’auteur du crime de guerre allégué est français ou si l’auteur de l’infraction a sa résidence habituelle sur le sol français.

 

 

12h35: Pékin a réitéré son appel à des pourparlers de paix pour résoudre le conflit en Ukraine lors d'un entretien entre les ministres chinois et ukrainien des Affaires étrangères, alors que les forces russes sont accusées d'avoir commis des massacres. La communauté internationale a intensifié ces derniers jours ses condamnations à l'encontre de Moscou après la découverte de cadavres dans la région de Kiev imputés à l'armée russe, qui nie toute implication.

La Chine a refusé à plusieurs reprises de condamner son allié russe pour l'invasion de l'Ukraine, s'alignant sur l'argument de Moscou qui fait porter la responsabilité du conflit sur une ingérence américaine et l'expansion de l'Otan. L'entretien téléphonique, lundi, entre Wang Yi et Dmytro Kouleba était le premier échange à haut niveau entre les deux pays depuis le 1er mars, alors que le ministre russe des Affaires étrangères Sergeï Lavrov s'est rendu à Pékin la semaine dernière pour une série de rencontres.

11h56: L’Italie a décidé d’expulser 30 diplomates russes pour des raisons de « sécurité nationale », a déclaré mardi le ministre italien des Affaires étrangères Luigi Di Maio, qui s’exprimait à Berlin sur la chaîne d’information italienne RaiNews24. Cette décision de l’Italie fait suite à des mesures similaires prises lundi par l’Allemagne et la France, et mardi matin par le Danemark.

« Cette mesure, prise d’un commun accord avec nos partenaires européens et atlantiques, a été rendue nécessaire pour des raisons liées à notre sécurité nationale et dans le contexte de la situation actuelle de crise liée à l’agression injustifiée de l’Ukraine par la Fédération de Russie », a déclaré le chef de la diplomatie italienne, dont les propos ont été confirmés à l’AFP par le service de presse du ministère. Cette mesure a été notifiée à l’ambassadeur russe à Rome par le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères, selon la même source.

Plus tôt dans la journée, le Danemark avait annoncé l’expulsion de 15 diplomates russes accusés « d’espionnage ». Les Occidentaux ont manifesté ce week-end leur indignation après la découverte de dizaines de corps portant des vêtements civils à Boutcha, au Nord-Ouest de Kiev, à la suite du retrait des Russes qui desserrent l’étau sur la capitale.

11h29: La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen se rendra "cette semaine" à Kiev accompagnée du chef de la diplomatie de l'UE Josep Borrell, a annoncé mardi son porte-parole. "La présidente @vonderleyen et le Haut Représentant @JosepBorrellF se rendront cette semaine à Kiev pour rencontrer le président @ZelenskyyUa avant l'événement #StandUpForUkraine qui aura lieu samedi à Varsovie", a précisé le porte-parole Eric Mamer sur son compte Twitter.

10h32: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky va s'exprimer mardi devant le Conseil de sécurité de l'ONU, après la découverte de massacres imputés aux forces russes près de Kiev, et notamment à Boutcha où il s'est rendu lundi. Le dirigeant, qui a dénoncé des "crimes de guerre" et un "génocide" après la mise à jour de dizaines de cadavres portant des vêtements civils à Boutcha et dans d'autres localités près de la capitale ukrainienne, interviendra devant le Conseil de sécurité pour la première fois depuis l'invasion de son pays par la Russie, a indiqué le Royaume-Uni qui préside actuellement cette instance des Nations unies.

La Russie a protesté de son côté contre le refus de la Grande-Bretagne, selon elle, de réunir à sa demande le Conseil de sécurité, sur la situation à Boutcha, a indiqué l'agence Tass. Dans une vidéo diffusée dans la nuit de lundi à mardi, M. Zelensky a confirmé son intervention par vidéo devant l'ONU, dont on ne sait pas si elle aura lieu en direct ou en différé.

"Le temps viendra quand chaque Russe apprendra toute la vérité sur qui d'entre leurs compatriotes a tué. Qui a donné les ordres", a-t-il déclaré dans cette vidéo, appelant à renforcer les sanctions contre Moscou et à livrer davantage d'armements à son pays. Plus tôt lundi, portant un gilet pare-balles, il s'était rendu à Boutcha où des dizaines de cadavres ont été retrouvés dans cette petite localité située à une trentaine de kilomètres au nord-ouest de Kiev, après le retrait des forces russes.

10h22: La découverte de ces "crimes de guerre" a provoqué l'indignation des alliés occidentaux de l'Ukraine qui ont promis de nouvelles sanctions "cette semaine" contre la Russie. "Il faut qu'il rende des comptes", a affirmé lundi le président américain Joe Biden, à propos de son homologue russe Vladimir Poutine, en répétant qu'il le considérait comme un "criminel de guerre".

10h01: Le conseiller à la Sécurité nationale de la Maison Blanche, Jake Sullivan, a dit de son côté que les discussions entre alliés sur de nouvelles sanctions portaient notamment sur de possibles mesures "en lien avec l'énergie", sujet très sensible pour les Européens, très dépendants du gaz russe. L'Allemagne a ainsi précisé lundi qu'elle ne pouvait pas se passer des livraisons de gaz russe "à court terme", par la voix de son ministre des Finances, Christian Lindner.

09h34: La France et l'Allemagne ont annoncé lundi l'expulsion massive de diplomates russes de leurs pays après la découverte ce week-end de massacres imputés aux soldats Russes au nord-ouest de Kiev, alors que les Occidentaux veulent annoncer "cette semaine" de nouvelles sanctions économiques contre la Russie. L'Allemagne a annoncé l'expulsion d'"un nombre élevé" de diplomates russes - 40 selon des informations de l'AFP - en poste à Berlin, en lien avec la guerre en Ukraine.

La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Baerbock, a souligné que ces employés de l'ambassade de Russie constituaient "une menace pour ceux et celles qui cherchent une protection chez nous". "Nous ne le tolèrerons plus", a-t-elle ajouté dans une déclaration écrite

. Cette expulsion "inamicale" va "détériorer" les relations avec Moscou, a réagi la Russie. La France va expulser, elle, 35 diplomates russes "dont les activités sont contraires à (ses) intérêts", a-t-on appris lundi de source proche du ministère français des Affaires étrangères. "Cette action s'inscrit dans une démarche européenne", selon un communiqué du ministère français.

 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Rocca
6/avril/2022 - 09h21

Il a cent fois raison ,l'ONU ne sert a rien juste a nourrir quelques grabataires ,j'ai honte d'être Français ,honte d'être Européens ,qui ne savent que prendre des décisions dont Poutine se fout éperdument ,ils attendent qu'il y ai plus de massacre pour intervenir , quel serait le comportement des Européens si ç'avait été la France à la place de l'Ukraine , ce ne sont que des poules mouillées ,le pire voyant la réaction de certains pays bientôt Poutine aura des émules ,et là on l'aura bien cherché !

Portrait de tomy
6/avril/2022 - 08h17

Il est clair que la Russie n'a plus rien à faire dans le conseil de sécurité, mais par contre elle peut rentrer dans le conseil des assassins  

Portrait de COLIN33
5/avril/2022 - 18h42 - depuis l'application mobile

les pays qui soutiennent l'Ukraine doivent intervenir au plus vite, la menace nucléaire de Poutine qui tient l'Europe et les USA par les co.i.les va durer longtemps, il ne faut pas attendre sinon il va avancer et perpétrer ses crimes, les sanctions produisent peu d'effets..... malheureusement ce sont les bombes qui doivent parler, ça viendra tôt ou tard qu'on le veuille ou non .......

Portrait de COLIN33
5/avril/2022 - 13h32 - depuis l'application mobile

Ursula Bon Der Leyen se rend à Kiev, très bien, mais devrait se rendre avec elle le pape François, malgré son âge, Macron président de l'Europe, Biden et tous les autres chefs d'état, on pourrait voir ainsi la réaction de Poutine et les politiques confirmer leur position pour laquelle ils ont été choisis....

Portrait de Vantouse
5/avril/2022 - 11h54

C'est le sosie de "Gérard Loussine"lui vrai artiste

Portrait de Mr Mo Ix
5/avril/2022 - 11h33
Brigitte Momie a écrit :

Ce monsieur Quéquette n'est pas sérieux, c'est ses commandos nazis qui font ces massacres,en plus il font des mises en scène avec acteurs qui jouent aux cadavres smiley

vous avez raison, ce clown devrai relever son pantalon !

Portrait de Phantôme_
5/avril/2022 - 11h15
Brigitte Momie a écrit :

Ce monsieur Quéquette n'est pas sérieux, c'est ses commandos nazis qui font ces massacres,en plus il font des mises en scène avec acteurs qui jouent aux cadavres smiley

T'es un bon collabo.... continue comme ça petit troll aux ordres de la propagande russe.