04/04 11:02

Brest: Soupçonnée d'avoir tué par balles son compagnon avec une carabine, une femme a été mise en examen et placée en détention provisoire

Soupçonnée d'avoir tué par balles son compagnon avec une carabine, une femme a été mise en examen et placée en détention provisoire. Une information judiciaire a été ouverte sous le chef de «meurtre par conjoint», après des faits qui se sont produits au domicile d'un couple à Brest (Bretagne).

Âgée de 34 ans, la compagne de la victime a reconnu être «l’unique auteure» de «deux coups de feu tirés à l’aide d’une carabine».

Grièvement blessée, avec «des plaies saignantes au niveau de la tête», la victime âgée de presque 30 ans avait été prise en charge par les secours dans un état critique avant de décéder quelques heures plus tard.

Le parquet évoque de «premières explications très sommaires et confuses» de la compagne qui «pouvaient laisser entendre qu’il y avait eu une dispute conjugale ayant débouché sur deux coups de feu tirés par le blessé lui-même et par la conjointe». Cependant, «les éléments fournis par la conjointe justifiaient que celle-ci soit placée en garde à vue pour des faits de tentative de meurtre par conjoint».

Une «enquête de flagrance» a été confiée à la sûreté départementale de la police de Brest. Présentée à un juge d’instruction samedi soir, la mise en cause a été mise en examen du chef de qualification visé et placée en détention provisoire, précise le parquet.

Des investigations en cours doivent permettre d’apporter des éclaircissements, d'après le parquet, qui indique que les deux partenaires pratiquaient le tir sportif. Une dizaine d’armes à feu, carabines et armes de poing, et «un nombre très important de munitions» ont été saisis lors d'une perquisition au domicile ainsi que du matériel multimédia.

Selon le parquet, la mise en cause encourt la réclusion criminelle à perpétuité. Une autopsie du corps de la victime sera réalisée en début de semaine.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Pirate 92
4/avril/2022 - 14h20

Il faut créer un collectif de lutte contre les "hominicides" et non les "homicides" là cela regrouperait bien trop de cas.