24/03/2022 12:02

Le principal syndicat des Ehpad privés attend du futur président élu en avril une "loi grand âge" ambitieuse dès le début de son quinquennat

Le futur président élu en avril doit mettre en chantier dès le début de son quinquennat une loi "grand âge" pour "revoir de fond en comble" le secteur des maisons de retraite et de l'aide à domicile, a plaidé mercredi le Synerpa, principal syndicat des Ehpad privés. Cette loi, promise par Emmanuel Macron en 2018 puis sans cesse repoussée, est "désormais indispensable" pour mobiliser les crédits nécessaires "sur le moyen et le long terme" et "inventer l'Ehpad du futur", a expliqué l'organisation professionnelle dans une plateforme de propositions rendue publique à 18 jours de l'élection présidentielle.

"Sans loi dédiée, il n'y aura pas de réforme, il n'y aura que des réformettes", a ajouté le Synerpa, pour qui la France doit impérativement se préparer au "papy boom" attendu à l'horizon 2030. Le nombre de personnes de plus de 85 ans doit en effet augmenter de 58% entre 2030 et 2040, selon les projections démographiques

. "Seule une loi peut transformer le système actuel", en créant une filière des "métiers du grand âge" pour pallier en partie les difficultés de recrutement, en simplifiant la gouvernance du secteur et en assurant la "viabilité économique" de l'aide à domicile, a plaidé lors d'une conférence de presse Florence Arnaiz-Maumé, déléguée générale du Synerpa. Le président élu devra par ailleurs lancer un "plan d'urgence" pour renforcer les effectifs, selon le Synerpa, qui note que le "temps de présence des personnels d'accompagnement et de soin" auprès des personnes âgées est "notoirement insuffisant".

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions