21/03 18:15

Guerre en Ukraine: L'Ukraine "ne peut accepter aucun ultimatum de la Russie", assure le président Volodymyr Zelensky

18h14: L'Ukraine "ne peut accepter aucun ultimatum de la Russie", a déclaré ce lundi le président Volodymyr Zelensky dans un entretien avec un média public régional. "L'Ukraine ne peut accepter aucun ultimatum de la Russie. Il faut d'abord tous nous détruire, alors seulement leurs ultimatums seront respectés", a-t-il dit à Suspilne, un site internet d'information, qui a publié la vidéo de cette interview.

17h44: L'armée russe affirme que le centre commercial ravagé par une puissante frappe dans la nuit à Kiev, la capitale ukrainienne, était vacant et servait de dépôt d'armements et de munitions. "Une batterie de lance-roquettes multiples ukrainiens et une base de stockage de leurs munitions ont été détruites avec des armes de précision à longue portée dans la nuit du 21 mars dans un centre commercial inopérant", a indiqué le ministère russe de la Défense

17h21: La Russie a annoncé lundi abandonner les négociations avec le Japon, les deux pays n'ayant jamais signé d'accord depuis la Seconde guerre mondiale en raison d'un différend territorial, arguant de la "position inamicale" de Tokyo face au conflit en Ukraine. "La Russie n'a pas l'intention, dans les circonstances actuelles, de poursuivre les négociations avec le Japon sur un traité de paix", a indiqué le ministère russe des Affaires étrangères dans un communiqué. 

16h30: La Russie a convoqué lundi l'ambassadeur américain à Moscou et accusé le président Joe Biden d'avoir conduit les relations russo-américaines "au bord de la rupture". Le président américain avait, la semaine dernière, qualifié M. Poutine de "criminel de guerre" pour son offensive en Ukraine.

15h53: Le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kouleba, a appelé la Chine à «jouer un rôle important» pour trouver une solution mettant fin au conflit avec la Russie. «Nous partageons la position de Pékin sur la nécessité de trouver une solution politique à la guerre contre l'Ukraine, et appelons la Chine, en tant que puissance mondiale, à jouer un rôle important dans ces efforts», a écrit le ministre sur son compte Twitter.

14h35: L'Ukraine a rejeté l'ultimatum de la Russie exigeant la capitulation de la ville assiégée de Marioupol dont la dévastation a été qualifiée de "crime de guerre majeur" par l'Union européenne, alors qu'un nouveau bombardement a fait au moins huit morts à Kiev.

"Il n'est pas question de parler de reddition (...) Nous en avons déjà informé la partie russe", a déclaré la vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk au journal Ukrayinskaya Pravda.

Le ministère de la Défense russe avait appelé dimanche l'Ukraine à "déposer ses armes" à Marioupol, grande ville portuaire du Sud, et exigé une "réponse écrite" à son ultimatum qui a expiré lundi matin. Selon Mikhail Mizintsev, directeur du Centre national russe de gestion de la défense, la Russie et l'Ukraine ont convenu d'un itinéraire permettant aux habitants de Marioupol de se rendre lundi sur le territoire contrôlé par Kiev. "A partir de 10H00, heure de Moscou (...) la Russie ouvre des corridors humanitaires depuis Marioupol vers l'Est, et en accord avec la partie ukrainienne, vers l'Ouest", a détaillé M. Mizintsev.

"Les occupants continuent à se comporter comme des terroristes", a répliqué Iryna Verechtchouk sur Telegram. "Ils disent qu'ils sont d'accord (pour instaurer un) corridor humanitaire et le matin, ils bombardent le lieu d'évacuation". Selon les autorités locales, les soldats russes ont transporté de force quelque 1.000 habitants vers la Russie, les privant de leur passeport ukrainien - un possible crime de guerre.

Mme Verechtchouk a également affirmé à Ukrainska Pravda que "350 enfants vont être emmenés de force en Russie sans nous permettre de les récupérer", demandant aux autorités russes de leur dire "dans quel orphelinat" ils seront placés, et "pourquoi".

La vice-Première ministre a demandé que la priorité soit donnée à un corridor humanitaire, permettant à environ 350.000 personnes encore bloquées à Marioupol de partir.

Marioupol est une cible centrale dans la guerre menée par le président russe Vladimir Poutine en Ukraine. Elle constitue un pont terrestre entre les forces russes en Crimée, au sud-ouest, et le territoire contrôlé par la Russie, au nord et à l'est. La ville, majoritairement russophone, subit de lourds bombardements des forces russes depuis le début de l'invasion le 24 février. Ses habitants sont privés d'électricité, d'eau et de gaz, ses rues sont jonchées de cadavres.

13h12: Le président ukrainien Volodymyr Zelensky a appelé lundi l’Union européenne, et en particulier l’Allemagne, à cesser tout « commerce » avec la Russie, et notamment à refuser ses ressources énergétiques, dans une vidéo sur la messagerie Telegram. « Pas d’euros pour les occupants, fermez-leur tous vos ports, ne leur envoyez pas vos biens, refusez les ressources énergétiques », a plaidé le président ukrainien. « Sans commerce avec vous, sans vos entreprises et vos banques, la Russie n’aura plus d’argent pour cette guerre », a-t-il ajouté.

Son intervention coïncide avec la tenue lundi d’une réunion à Bruxelles des ministres des Affaires étrangères et de la Défense de l’UE pour examiner de possibles nouvelles sanctions contre Moscou, près d’un mois après le début de l’invasion russe le 24 février. Les Européens, très dépendants des hydrocarbures russes, ont jusqu’ici exclu de sanctionner ce secteur, très important pour l’économie de la Russie.

« Ne sponsorisez pas s’il vous plaît les armes de guerre de ce pays, de la Russie », a dit M. Zelensky, avant de s’adresser directement aux Allemands: « vous avez la force, l’Europe a la force », a-t-il lancé. L’Allemagne a été critiquée pour son opposition à un embargo immédiat sur les hydrocarbures russes, dont elle dépend fortement.

10h52: Le maire de Kiev, Vitali Klitschko, a annoncé qu’un nouveau couvre-feu serait instauré dans la capitale ukrainienne à partir de lundi soir, jusqu’à mercredi matin. « Il commencera aujourd’hui à 20H00 (18H00 GMT) et durera jusqu’à 07H00 (05H00 GMT) le 23 mars », a écrit l’ancien champion du monde de boxe sur sa chaîne Telegram.

« Les commerces, pharmacies, stations-services, établissements ne seront pas ouverts demain », a-t-il précisé. « Je demande à chacun de rester chez soi ou dans des abris au moment où les sirènes retentissent ». Plusieurs couvre-feux ont déjà été observés dans la capitale, que les troupes russes cherchent toujours à encercler. Le dernier en date a duré 35 heures la semaine dernière, de mardi soir à jeudi matin.

Dans la nuit de dimanche à lundi, un bombardement a touché un centre commercial dans le nord-ouest de la capitale, faisant au moins huit morts, a confirmé Vitali Klitschko. Selon M. Klitschko, six immeubles résidentiels, deux écoles et deux crèches à proximité du centre commercial ont également été endommagés.

« A cause des incendies, après des frappes aériennes dans la capitale et la région, une pollution de l’air est observée », a-t-il par ailleurs indiqué, appelant les habitants à ne pas ouvrir les fenêtres et à porter un masque FFP2 en sortant pour se protéger les poumons. La capitale ukrainienne s’est déjà vidée d’au moins la moitié de ses 3,5 millions d’habitants depuis le début de l’invasion russe, le 24 février.

10h37: Le président américain Joe Biden se rendra vendredi à Varsovie pour y rencontrer son homologue polonais Andrzej Duda et discuter de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, a annoncé dimanche la Maison Blanche. « Le président discutera de la manière dont les Etats-Unis, aux côtés de nos alliés et partenaires, répondent à la crise humanitaire et des droits de l’homme que la guerre injustifiée et non provoquée de la Russie contre l’Ukraine a créée », a déclaré la porte-parole Jen Psaki dans un communiqué de la Maison Blanche.

Le texte ajoute que le voyage de M. Biden interviendra après sa visite en Belgique pour y rencontrer des dirigeants de l’Otan, du G7 et de l’Union européenne. « Ce voyage sera axé sur la poursuite du rassemblement du monde en soutien au peuple ukrainien et contre l’invasion de l’Ukraine par le président Poutine », est-il précisé à propos de ce séjour en Europe. « Mais il n’est pas prévu d’aller en Ukraine », a précisé Mme Psaki.

10h05: Un bombardement à Kiev a fait au moins huit morts dans la nuit de dimanche à lundi, a constaté un journaliste de l’AFP, au moment où les forces russes cherchent toujours à encercler la capitale ukrainienne. Le site a été touché par une frappe d’une très forte puissance qui a pulvérisé des véhicules et laissé sur le parking un cratère béant de plusieurs mètres de large devant un immeuble de dix étages carbonisé et encore fumant. Toute la partie sud de l’immense centre commercial a été détruite, de même qu’un club de fitness sur le parking, a constaté un reporter de l’AFP. Des débris, véhicules anéantis, ferrailles tordues, jonchaient la scène sur des centaines de mètres.

Dans la nuit, les services de secours avaient indiqué que des « tirs ennemis » avaient provoqué un incendie sur plusieurs étages du centre commercial, situé le district de Podilsky. Ils ont publié des images d’une caméra de surveillance, montrant une énorme explosion et un nuage en forme de champignon, suivi d’une série de déflagrations moins importantes. Les pompiers ont extrait des décombres du bâtiment au moins un homme, couvert de poussière, selon d’autres images vidéo publiées par les services de secours.

Des riverains habitant dans un immeuble voisin, dont les fenêtres ont été soufflées par l’explosion, ont affirmé avoir vu un lance-roquettes mobile près du centre commercial plusieurs jours auparavant. Une énorme déflagration a secoué toute la ville lors de l’attaque, selon des journalistes de l’AFP. Kiev a été frappée par une série d’attaques la semaine dernière, dont une contre un immeuble d’habitation, dimanche, qui a fait cinq blessés.

09h12: Le bombardement d'un centre commercial à Kiev cette nuit a fait au moins 8 morts selon un dernier bilan des autorités à 9h

08h46: Les forces russes qui avancent sur Kiev depuis le nord-est sont au point mort. Une grande partie des forces russes reste à plus de 25 kilomètres du centre de la ville, a indiqué lundi le renseignement militaire britannique. «De lourds combats se poursuivent au nord de Kiev», a déclaré le ministère de la Défense. «Les forces qui avancent depuis la direction d'Hostomel au nord-ouest ont été repoussées par une résistance ukrainienne féroce».

08h02: L'Ukraine a rejeté dans la nuit de dimanche à lundi l'ultimatum de la Russie exigeant la capitulation de la ville assiégée de Marioupol, au moment où Joe Biden annonçait une visite en Pologne pour vendredi. "Il n'est pas question de parler de reddition ou de déposer les armes. Nous en avons déjà informé la partie russe", a déclaré le vice-Première ministre ukrainienne Iryna Verechtchouk au journal Ukrayinskaya Pravda. "C'est une manipulation délibérée et une véritable prise d'otage", a-t-elle ajouté à propos de la demande

.06h48: Le dernier bombardement à Kiev a fait au moins six morts, a l'AFP, au moment où les forces russes cherchent toujours à encercler la capitale ukrainienne. Six corps étaient étendus lundi matin devant le centre commercial "Retroville", dans le nord-ouest de Kiev. Le site a été touché par une frappe d'une très forte puissance qui a pulvérisé des véhicules stationnés sur le parking et laissé un cratère béant de plusieurs mètres de large.

06h02: Au moins une personne a été tuée à Kiev dans une frappe de l'armée russe sur un centre commercial dimanche soir, a annoncé le maire de la capitale ukrainienne. "Un mort pour l'instant", a écrit sur Telegram le maire, Vitali Klitschko. Une énorme déflagration a secoué la ville lors de l'attaque et des feux étaient visibles dans les décombres du centre commercial Retroville, selon des journalistes de l'AFP. "Des tirs ennemis" ont provoqué un incendie sur plusieurs étages du centre commercial situé dans le district de Podilsky, dans le nord-ouest de la ville, et mis le feu à plusieurs véhicules, ont de leur côté précisé les services de secours sur Facebook.

04h51: Le ministère de la Défense russe avait appelé l'Ukraine à "déposer ses armes" et exigé une "réponse écrite" à son ultimatum avant lundi 05H00, au nom de la sauvegarde des habitants et des infrastructures de la ville de Marioupol. "Nous demandons aux autorités officielles de Kiev d'être raisonnables et d'annuler les instructions données précédemment, qui obligeaient les militants à se sacrifier et à devenir des +martyrs de Marioupol+", avait lancé Mikhail Mizintsev, directeur du Centre national russe de gestion de la défense, dans un message diffusé par le ministère de la Défense de la Russie. Selon M. Mizintsev, la Russie et l'Ukraine ont convenu d'un itinéraire permettant aux habitants de Marioupol de se rendre sur le territoire contrôlé par Kiev le 21 mars.

"A partir de 10 heures, heure de Moscou (...) la Russie ouvre des corridors humanitaires depuis Marioupol vers l'Est, et en accord avec la partie ukrainienne, vers l'Ouest", a détaillé M. Mizintsev.

"Les occupants continuent à se comporter comme des terroristes", a répliqué Iryna Verechtchouk sur Telegram. "Ils disent qu'ils sont d'accord (pour instaurer un) corridor humanitaire et le matin, ils bombardent le lieu d'évacuation. Le gouvernement fait tout ce qui est possible. La chose la plus importante pour nous est de sauver la vie et la santé de nos citoyens". La vice-Première ministre a demandé que la priorité soit donnée à un corridor humanitaire, permettant à environ 350.000 personnes encore bloquées à Marioupol de partir.

Peu après, la Maison Blanche a annoncé que le président américain Joe Biden se rendra vendredi à Varsovie pour y rencontrer son homologue polonais et discuter de l'invasion russe.

"Le président discutera de la manière dont les Etats-Unis, aux côtés de nos alliés et partenaires, répondent à la crise humanitaire et des droits de l'homme que la guerre injustifiée et non provoquée de la Russie contre l'Ukraine a créée", a déclaré la Maison Blanche dans un communiqué, ajoutant que le voyage de M. Biden interviendrait après sa visite en Belgique pour rencontrer des dirigeants de l'Otan, du G7 et de l'Union européenne.

La ville portuaire de Marioupol, dans le sud du pays, est une cible centrale dans la guerre menée par Vladimir Poutine en Ukraine. Elle constitue un pont terrestre entre les forces russes en Crimée, au sud-ouest, et le territoire contrôlé par la Russie, au nord et à l'est. La ville, majoritairement russophone, subit de lourds bombardements des forces russes depuis le début de l'invasion le 24 février.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de ajc21
22/mars/2022 - 11h29
Pancho Villa a écrit :

C'est Poutine qui attaque ? C'est Poutine qui menace ? Il va falloir réviser vos cours de géopolitique et éteindre BFMerde...

Ah bon c'est pas les chars russes qui sont en Ukraine, c'est pas des missiles russes qui sont balancés sur l'Ukraine

 

 

Portrait de Unknown-1
21/mars/2022 - 21h05
ajc21 a écrit :

c'est Poutine qui attaque, c'est Poutine qui menace, mais selon toi c'est Zelensky qui pose problème, et qui risque de provoquer la 3e guerre mondiale, et tout cela parce qu'il refuse de se laisser envahir

 

Faut pas lui répondre, c'est une buse agressive et inutile, qui n'est ici que pour troller. Moi je l'ignore et c'est pas plus mal smiley 

Portrait de ajc21
21/mars/2022 - 20h53
Alonzo77 a écrit :

C'est lui le vrai cinglé qui va déclencher une guerre nucléaire

c'est Poutine qui attaque, c'est Poutine qui menace, mais selon toi c'est Zelensky qui pose problème, et qui risque de provoquer la 3e guerre mondiale, et tout cela parce qu'il refuse de se laisser envahir

 

Portrait de ajc21
21/mars/2022 - 20h48
Betina11 a écrit :

Si tu veux pas négocier avec la Russie bah crève alors.

On va nous saouler encore combien de temps avec ça ? Si les ukrainiens sont assez cons pour suivre cet escroc dans la tombe, grand bien leur fasse. On a des choses plus importantes à gérer chez nous. 

Les ukrainiens veulent juste rester ukrainiens, ils ne veulent pas devenir russes, ils veulent continuer a avoir des droits, pas vivre dans une dictature, ou tu ne peux mm pas manifester pacifiquement

Et puis négocier quoi, la seule chose que veut le fou de Poutine c'est annexer l'Ukraine, tu parles d'une négociation

 

 

Portrait de Unknown-1
21/mars/2022 - 20h21
Betina11 a écrit :

Si tu veux pas négocier avec la Russie bah crève alors.

On va nous saouler encore combien de temps avec ça ? Si les ukrainiens sont assez cons pour suivre cet escroc dans la tombe, grand bien leur fasse. On a des choses plus importantes à gérer chez nous. 

Tiens, toi qui sais tout... Zemmour vas appeler à voter pour qui au deuxième tour ?

Portrait de Blackrock
21/mars/2022 - 19h23

Biden a dit "non"...on ne négocie pas...et le pantin répète...T'inquiète Joe, tu l'auras bientôt ta 3eme guerre mondiale pour casser les BRICS qui font de l'ombre au marché us et au pétrodollars.

 

Portrait de COLIN33
21/mars/2022 - 19h12 - depuis l'application mobile
Julien92 a écrit :

Qui "ils"?

@Julien92
les politiques de tous pays......

Portrait de Julien92
21/mars/2022 - 17h19
COLIN33 a écrit :

Qu'ils arrêtent leurs réunions, blabla en tous genre et qu'ils interviennent avec
les risques que cela comporte, après avoir massacré le peuple Ukrainien, il continuera sur d'autres pays comme on dit "reculer pour mieux sauter" ce Poutine est la hauteur de Hitler, qui le tuera?

Qui "ils"?

Portrait de IHS
21/mars/2022 - 09h13 - depuis l'application mobile

Leroy Merlin, enseigne présente dans le mall, a sauté dans le feu d’artifice.
Voilà comment sont remerciés les lèche bottes étrangers.

Portrait de COLIN33
21/mars/2022 - 08h19 - depuis l'application mobile

Qu'ils arrêtent leurs réunions, blabla en tous genre et qu'ils interviennent avec
les risques que cela comporte, après avoir massacré le peuple Ukrainien, il continuera sur d'autres pays comme on dit "reculer pour mieux sauter" ce Poutine est la hauteur de Hitler, qui le tuera?