11/02 10:46

Placé en détention provisoire après révocation de son contrôle judiciaire, le maire de Barcarès (Pyrénées-orientales), Alain Ferrand, va sortir de prison, au bénéfice d'une erreur de procédure

Placé en détention provisoire après révocation de son contrôle judiciaire, le maire de Barcarès (Pyrénées-orientales) et vice-président de l'agglomération de Perpignan, Alain Ferrand, va sortir de prison, au bénéfice d'une erreur de procédure, a-t-on appris de source judiciaire. Cette remise en liberté a été décidée jeudi par la chambre de l'instruction de la cour d'appel d'Aix-en-Provence (Bouches-du-Rhône), "pour nullité de l'ordonnance de révocation de son contrôle judiciaire", a indiqué à l'AFP cette source, confirmant l'information initiale du quotidien régional L'Indépendant.

Il n'a pas été précisé si M. Ferrand allait sortir de prison dès jeudi.

L'élu divers droite de 62 ans avait été interpellé le 25 janvier à Barcarès, "pour violations multiples et répétées de son contrôle judiciaire", et incarcéré à la prison de Perpignan.

Transféré ensuite à Marseille, il avait été présenté au juge d'instruction de la Juridiction interrégionale spécialisée (JIRS)chargé de son dossier, qui avait révoqué son contrôle judiciaire. Puis, il avait comparu devant un juge des libertés et de la détention, qui l'avait placé sous mandat de dépôt et écroué.

Figure de la droite dans les Pyrénées-Orientales, M. Ferrand a été mis en examen en mai 2021 pour extorsion en bande organisée, concussion et complicité de destruction de preuves, commis sur une période comprise entre 2015 et 2020.

Il avait alors été placé sous contrôle judiciaire, assorti du paiement d'une caution et d'une interdiction de se rendre dans le département des Pyrénées-Orientales. Cette dernière mesure avait ensuite été assouplie, lui permettant de se rendre certains jours dans son département, dans sa commune et à Perpignan.

Après la première élection d'Alain Ferrand à l'hôtel de ville en 1995, le maire et sa femme Joëlle s'étaient ensuite succédé à la tête de la commune du Barcarès, au gré des inéligibilités de l'un et de l'autre.

En 1999, M. Ferrand avait été condamné à trois ans d'inéligibilité pour abus de biens sociaux. Il avait également été condamné par la suite pour prise illégale d'intérêts et fraude fiscale.

Lors des municipales de 2020, Alain Ferrand a été réélu haut la main, dès le premier tour, comme maire du Barcarès, une commune de 6.000 habitants à l'année mais dont la population peut décupler l'été. En 2021, il avait cependant échoué aux élections départementales.

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Orwell2022
11/février/2022 - 13h45
Maximo123 a écrit :

Il est de la famille de l'autre escroc au perchoir ?

Allez voir son C.V. sur Wikipédia ,ça vaut le coup d'œil ,le chemin de la prison ,il connait !

Portrait de Orwell2022
11/février/2022 - 13h45
Maximo123 a écrit :

Il est de la famille de l'autre escroc au perchoir ?

Allez voir son C.V. sur Wikipédia ,ça vaut le coup d'œil ,le chemin de la prison ,il connait !

Portrait de KERCLAUDE
11/février/2022 - 11h51

Encore des erreurs de procédures au bénéfice d'un détenu c'est anormal.