25/01 10:31

Chauffeur de bus violemment agressé à Paris: Le suspect, qui avait été placé en garde à vue, ressort libre et sera convoqué prochainement devant la justice - Mais que risque-t-il ? - VIDEO

Le 22 janvier dernier, un conducteur de bus de la RATP a été violemment agressé par un homme, avec qui il venait d'avoir un accrochage place de la Bastille, à Paris. Témoin de la scène, Mehdi est revenu pour CNEWS sur l'agression à laquelle il a assisté. «Nous avons vu la personne sortir de sa voiture et commencer à s'énerver contre le chauffeur de bus», raconte-t-il. 

«A ce moment, il a commencé à mettre des coups de poing dans la vitre», jusqu'à la casser. 

L'agresseur, qui ne semblait plus se contrôler, comme le démontre plusieurs vidéos partagées sur les réseaux sociaux, a décidé de rentrer dans le véhicule de la RATP. 

«Il a mis des coups dans les portes pour accéder au véhicule et au final mettre des coups dans le visage du chauffeur», a relaté Mehdi. 

Ce dernier a également ressenti l'énervement de l'agresseur qui, «sur toute la durée de l'action, insultait et menaçait de mort le conducteur». 

Alors que personne ne pouvait intervenir lors de ce passage à tabac, Mehdi a cru un instant que le chauffeur «allait se faire tuer». 

Après avoir dénoncé cette agression, la RATP avait annoncé son intention de porter plainte. 

Arrêté immédiatement, l'homme a reconnu être l'auteur de l'agression. Au vu de son profil, le Parquet de Paris a décidé de le convoquer pour une comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité (CRPC). Dans ce cadre précis, la détention n'est pas possible. 

Il sera convoqué à une date ultérieure devant un magistrat, qui lui proposera une peine. Si ce dernier l'accepte, cette peine devra être homologuée par un juge. 

L'agresseur présumé n'a aucun antécédents judiciaires de violences. Il est cependant connu de la justice pour des faits d'usage et acquisition de stupéfiants et transport d'arme blanche, en 2017. 

Il pourrait ainsi être condamné pour «dégradation de biens publics», mais aussi «violences ayant entrainées moins de 8 jours d'ITT». Il risquerait jusqu'à 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende. 

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Ocarina
25/janvier/2022 - 22h25
bergil a écrit :

" usage et acquisition de stupéfiants " et vue sa luxueuse voiture : revendeur !

Mais comme il est sans doute nourri au lait du RSA et d'autres aides sociales, le juge va certainement en tenir compte pour minimiser sa peine ; peu importe pour le juge son train de vie, sa voiture, etc.

 

Portrait de Amandecroquante
25/janvier/2022 - 19h26

Est-ce que c’est vraiment utile de savoir de combien il risque d’écoper ?

il faudrait plutôt suivre l’histoire et nous dire de combien il ecope. Que l’on puisse savoir ce qu’autorise la justice 

Portrait de bergil
25/janvier/2022 - 16h21

" usage et acquisition de stupéfiants " et vue sa luxueuse voiture : revendeur !

Portrait de Greenday2013
25/janvier/2022 - 14h03

Il n'avait pas d'antécédent de violences, il avait juste été attrapé avec une arme blanche sur lui.

Sûrement pour faire la cuisine.

Portrait de soly
25/janvier/2022 - 12h39

En France il vaut mieux être délinquant que honnête. Un délinquant a tous les droits, un honnête n'en a aucun...

Portrait de seb2746
25/janvier/2022 - 12h38
Ste'ph a écrit :

non pas "donc", faut lire en entier

 

"Il sera convoqué à une date ultérieure devant un magistrat" = pas juste rappel à la loi, pas de au revoir, mais plutôt à bientôt

"Il pourrait ainsi être condamné pour «dégradation de biens publics», mais aussi «violences ayant entrainées moins de 8 jours d'ITT». Il risquerait jusqu'à 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende. " = c'est pas juste un rappel à la loi ça...

 

Pour un homicide, on arrive à 3 mois ferme au grand maximum, les prisons sont pleines à + 3x les places.

 

Entre ce qu'il "risque" et la réalité il y a un fossé depuis + d'une décennie, là juste pour une agression il ne risque donc rien au final.

Portrait de Ste'ph
25/janvier/2022 - 11h37
seb2746 a écrit :

rappel à la loi donc, merci au revoir.

 

non pas "donc", faut lire en entier

 

"Il sera convoqué à une date ultérieure devant un magistrat" = pas juste rappel à la loi, pas de au revoir, mais plutôt à bientôt

"Il pourrait ainsi être condamné pour «dégradation de biens publics», mais aussi «violences ayant entrainées moins de 8 jours d'ITT». Il risquerait jusqu'à 3 ans de prison et 45.000 euros d'amende. " = c'est pas juste un rappel à la loi ça...

 

Portrait de seb2746
25/janvier/2022 - 11h12

rappel à la loi donc, merci au revoir.