19/10 11:16

Le gouvernement annoncera "d'ici la fin de la semaine" un dispositif "simple, juste et efficace" pour aider les Français face à la hausse des prix des carburants, indique Gabriel Attal.

Baisse de taxes ou chèque carburants ? Le gouvernement annoncera "d'ici la fin de la semaine" un dispositif "simple, juste et efficace" pour aider les Français face à la hausse des prix des carburants, a indiqué mardi son porte-parole Gabriel Attal. "Les derniers arbitrages sont en cours. Ce qui compte pour nous, c'est de prendre une décision et d'avoir une mesure qui est simple, qui est juste, et qui est efficace", a-t-il souligné sur RTL à propos de ces "mesures de protection" des consommateurs face à la hausse des prix à la pompe.

"C'est une question de jours", a-t-il ajouté, en évoquant une décision "d'ici à la fin de la semaine".

"On est en train d'y travailler, toutes les pistes sont sur la table. Il y a la question des taxes, et la question d'un chèque, d'une aide spécifique pour les personnes qui utilisent leur voiture et qui subissent cette augmentation", a-t-il rappelé. Interrogé sur une possible baisse des taxes, il a répété qu'il n'y avait "pas de piste exclue". Quant à un chèque carburants, "c'est aussi une possibilité". "L'idéal c'est d'avoir une aide directe ciblée sur les personnes qui ont besoin", a-t-il souligné. Mais il a dit "entendre aussi" les Français qui disent être "toujours au-dessus des seuils" et au final ne pas pouvoir bénéficier d'aides directes.

"On veut que les Français les plus impactés puissent être accompagnés et aidés dans ce moment de hausse des prix qui risque de durer plusieurs mois", a-t-il insisté. Pour tenter d'apaiser un début de fronde face à la flambée des prix des carburants dans le sillage d'une hausse des cours mondiaux, le ministre de l'Economie Bruno Le Maire et la ministre de la Transition énergétique Barbara Pompili ont tous deux évoqué lundi la piste d'un chèque carburants, mais aussi les obstacles à lever pour mettre en place un tel dispositif.

Dans le cas d'un chèque, la question est surtout qu'il "puisse arriver le plus rapidement possible vers les Français" qui en ont besoin, a en particulier souligné M. Le Maire. "On n'a pas une base de données des gens qui ont besoin de leur voiture pour aller travailler par exemple", a expliqué Mme Pompili.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de Cortex
19/octobre/2021 - 14h36
avalonze22 a écrit :

ils vont mettre sur le marché des carottes à bas prix  , pour se les mettre dans le cul 

Moyennement d'accord mais s'il le faut, je veux des carottes BIO au moins !

Portrait de Karim el_Karim
19/octobre/2021 - 13h01

y en a marre de ne plus pouvoir vivre de son salaire, être obligé d'être assisté pour vivre est humiliant, dégradant tout ca parce que les salaires sont trop bas

Portrait de Cortex
19/octobre/2021 - 12h27
medo2511 a écrit :

C'est simple, regardez les déclarations d'impôts !!! Et visez uniquement ceux qui bossent, pas les RSA !!!

A mon humble avis, Il y a assez peu de personnes bénéficiaires du RSA qui ont une voiture ^^

Portrait de medo2511
19/octobre/2021 - 12h19

C'est simple, regardez les déclarations d'impôts !!! Et visez uniquement ceux qui bossent, pas les RSA !!!

Portrait de djbaxter
19/octobre/2021 - 11h53

Je propose d'expulser les 400 000 clandestins qui bénéficient de l'AME. Chacun nous coûtant en moyenne 40 000 euros par an et l'AME seule coûte 1 milliard par an, l'économie sur les migrants pourrait rapporter 1000 Euros par an à un foyer Français de 4 personnes, père mère et leurs 2 enfants.

C'est 250 euros d'économie par an à reverser à chaque Français.

Portrait de Lexpertdelamaisonmere
19/octobre/2021 - 11h46

Préparons les Popcorn pour découvrir la simplicité selon les politiciens.

Portrait de muzo 28
19/octobre/2021 - 11h43

smiley Ça va encore être une usine à gaz.