15/10 15:59

Delphine Jubillar: L’interrogatoire de Cédric Jubillar, entendu depuis ce matin par deux magistrats pour la première fois, est terminé

15h58: L’interrogatoire de Cédric Jubillar, entendu depuis ce matin par deux magistrats pour la première fois, est terminé. Cédric Jubillar est arrivé au tribunal vers 08h35 dans un fourgon de l'Administration pénitentiaire aux vitres teintées, qui s'est engouffré dans un parking souterrain du bâtiment. Il s'agit du premier interrogatoire du suspect n°1 en qualité de mis en examen.

Avant cela, ce peintre-plaquiste de 34 ans avait été entendu comme partie civile par ces juges, en charge de l'enquête depuis l'ouverture d'une information judiciaire fin décembre 2020. L'interrogatoire devrait durer plusieurs heures, selon ses avocats qui ont indiqué qu'ils ne s'exprimeraient qu'à l'issue de l'interrogatoire. Les trois avocats ont pu s'entretenir avec leur client avant le début de l'audition. Un autre interrogatoire est programmé pour le 3 décembre.

12h07: Dix mois après la disparition de Delphine Jubillar, une infirmière de 33 ans, son mari Cédric était entendu vendredi au palais de justice de Toulouse par les deux magistrates qui l'ont mis en examen pour meurtre en juin. Cédric Jubillar est arrivé au tribunal vers 08h35 dans un fourgon de l'Administration pénitentiaire aux vitres teintées, qui s'est engouffré dans un parking souterrain du bâtiment. Il s'agit du premier interrogatoire du suspect n°1 en qualité de mis en examen.

Avant cela, ce peintre-plaquiste de 34 ans avait été entendu comme partie civile par ces juges, en charge de l'enquête depuis l'ouverture d'une information judiciaire fin décembre 2020. L'interrogatoire devrait durer plusieurs heures, selon ses avocats qui ont indiqué qu'ils ne s'exprimeraient qu'à l'issue de l'interrogatoire. Les trois avocats ont pu s'entretenir avec leur client avant le début de l'audition.

Un autre interrogatoire est programmé pour le 3 décembre.

Cédric Jubillar, intérimaire dans le secteur du bâtiment, dément toute implication dans la disparition de sa femme et a déposé trois recours devant la justice pour réclamer sa remise en liberté. Il est détenu depuis le 18 juin à la maison d'arrêt de Seysses, près de Toulouse, en quartier d'isolement. "C'est la première fois qu'il va être interrogé sur le fond par les magistrates. On n'attend pas grand-chose de cette audition. On attend que les questions soient posées de manière objective, dans des conditions sereines, plus convenables que pendant la garde à vue", a déclaré mardi à l'AFP son avocate Emmanuelle Franck.

Vendredi, le mari de Delphine Jubillar devait continuer de nier. "Le dossier est vide, martèle Me Franck. On ne nous a fourni aucun élément qui soit un début de preuve, la seule hypothèse qui est envisagée c'est sa culpabilité. Il n'y a aucun élément probant, personne ne vous dira que le dossier est accablant."

09h23: Les avocats de Cédric Jubillar viennent d'arriver au tribunal de Toulouse, mais ne se sont pas exprimés devant les nombreuses caméras

07h45: Pour la première fois depuis son incarcération, Cédric Jubillar est convoqué aujourd'hui à Toulouse devant les deux juges d'instruction pour être interrogé sur cette affaire qui reste sans réponse depuis la nuit du 15 au 16 décembre 2020. Ce soir-là, l'infirmière de 33 ans et mère de deux jeunes enfants a disparu de leur maison de Cagnac-les-Mines, un village près d'Albi, dans le Tarn. Sans corps, ni aveux, ni preuve irréfutable, les gendarmes de la section de recherche de Toulouse ont longtemps piétiné. C'est seulement au mois de juin que le peintre-plaquiste de 34 ans, en instance de divorce avec la disparue, a été mis en examen pour meurtre et écroué.

La justice estime avoir recueilli assez d'indices graves et concordants contre lui, tandis qu'il clame son innocence.

Prélevée le 17 décembre 2020, soit le lendemain de la disparition de Delphine Jubillar à Cagnac-les-Mines (Tarn), l'eau du lave-linge que Cédric Jubillar, le mari de la disparue, a fait tourner le jour des faits, a été analysée, rapporte La Dépêche du Midi . Cette machine à laver se trouve actuellement au cœur des investigations : lors de l'arrivée des gendarmes au domicile des Jubillar le 16 décembre, ces derniers découvrent Cédric Jubillar en train de «déclencher une machine à laver» dans laquelle se trouve «la couette du lit sur laquelle dormait Delphine Jubillar», avait indiqué lors d'une conférence le procureur de la République de Toulouse.

Selon la version de Cédric Jubillar, il était nécessaire de laver cette couette car «son chien avait uriné dessus», rapportait alors au Figaro son avocat, Me Jean-Baptiste Alary. Pourtant, selon les informations de La Dépêche, si les résultats d'analyse de l'eau de cette machine à laver ont révélé qu'il n'y avait pas de traces de sang, le rapport indique également qu'il n'y avait aucune trace d'urine.

«Cette conclusion ne contredit pas ce que dit Cédric Jubillar depuis le début, estime auprès du Figaro Me Alary, dans le rapport, les experts disent bien qu'ils ne trouvent pas de trace d'urine, mais ils ouvrent la question en disant que, quand bien même l'eau aurait contenu de l'urine, il n'est pas certain qu'ils auraient pu détecter sa trace, la machine contenant énormément d'eau».

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de lily6228
16/octobre/2021 - 09h20
Nerfertiti a écrit :

Si le gars ne craque pas, je pense que lors du procès ils vont le déclarer coupable juste sur des présomptions car à aujourd’hui, ils n’ont aucune preuve.

A un moment, quand il y a autant de mensonges, de versions différentes, d'incohérences et de coïncidences, saupoudrés de déclarations juste avant qui mettent le doute sur son innocence à sa propre mère, on est très au-delà d'un dossier avec quelques présomptions. Sans parler du fait qu'on n'a pas accès au dossier et qu'on ne sait pas tout.

Portrait de Nerfertiti
16/octobre/2021 - 08h17
Tomy Roose a écrit :

N'oubliez pas qu'avec votre logique mortifère à toujours défendre l'indéfendable, pour 1 Patrick Dils il y a 100 ou 200 Émile Louis relâchés de manière systématique parce que JUSTEMENT, votre absurde logique d'absolu impose à la justice des contorsions invraisemblables, quand ce n'est pas tout simplement un des innombrables vices de procédure qui permet aux coupables d'y échapper.

La justice des hommes sera toujours imparfaite, mais lui imposer la perfection est une déviance imbécile, rien d'autre.

Si le gars ne craque pas, je pense que lors du procès ils vont le déclarer coupable juste sur des présomptions car à aujourd’hui, ils n’ont aucune preuve.

Portrait de le_meruvien
16/octobre/2021 - 07h01
Climato a écrit :

J'espère que cet assassin croupira en taule. Le fait que ses demandes de remise en liberté aient été refusées par des juges différents est bon signe. Et ceux qui disent qu'il est innocent parce qu'il n'y a pas de corps devraient voir plus loin que le bout de leur nez.

Tu espère que "cet assassin croupira en taule"! mais qui te prouve à TOI qu'il est assassin?

Les juges n'ont même pas été capable de le prouver!

Je trouve inadmissible que 2 mecs (les juges) puissent séquestrer un homme sans aucune véritable preuve!

Qu'es qu'ils espère, qu'il va craquer et avouer une chose qu'il n'a pas commise?

C'est purement du harcèlement!!

Comment les plus haut de la justice peuvent admettre ça?

Alors M.Dupont Moretti, c'est ça la modification de la justice annoncée à votre prise de pouvoir comme ministre?

Alors, comme dans les années 80, il faudrait le mettre en taule comme Patrick Dils??

Portrait de Z Premier
15/octobre/2021 - 23h42
serguei a écrit :

Pas de corps (on ne sait même pas si elle est morte ou pas ), pas de preuves tangibles (que des suppositions), une justice à la japonaise (seul à l'isolement depuis plusieurs mois pour essayer de le faire craquer quelle que soit la réalité) 

La justice des juges me parait quelque peu pourrie !... 

Et pourquoi pas la torture comme au moyen âge ?...

Bas lisez plus bas dans les commentaires, c'est proposé.

Portrait de Climato
15/octobre/2021 - 22h53

J'espère que cet assassin croupira en taule. Le fait que ses demandes de remise en liberté aient été refusées par des juges différents est bon signe. Et ceux qui disent qu'il est innocent parce qu'il n'y a pas de corps devraient voir plus loin que le bout de leur nez.

Portrait de lily6228
15/octobre/2021 - 21h42
serguei a écrit :

Pas de corps (on ne sait même pas si elle est morte ou pas ), pas de preuves tangibles (que des suppositions), une justice à la japonaise (seul à l'isolement depuis plusieurs mois pour essayer de le faire craquer quelle que soit la réalité) 

La justice des juges me parait quelque peu pourrie !... 

Et pourquoi pas la torture comme au moyen âge ?...

Vous avez sans doute accès au dossier pour faire ce genre de réflexions.

Portrait de serguei
15/octobre/2021 - 19h33
vraimentcompliqué2 a écrit :

Certes mais... Toujours pas de corps et aucun début de preuve. Soit il a commis le crime parfait  soit... il est totalement étranger à cette disparition. Cela va être compliqué, en l'état actuel de l'enquête, de ne pas accéder à sa troisième demande de mise en liberté.

Pas de corps (on ne sait même pas si elle est morte ou pas ), pas de preuves tangibles (que des suppositions), une justice à la japonaise (seul à l'isolement depuis plusieurs mois pour essayer de le faire craquer quelle que soit la réalité) 

La justice des juges me parait quelque peu pourrie !... 

Et pourquoi pas la torture comme au moyen âge ?...

Portrait de ΙΧΘΥΣ
15/octobre/2021 - 17h55
alekine agnostique a écrit :

J'en connais d'autres. Une de mes connaissances perd sa femme (maladie) et moins de 6 mois après une autre femme venait habiter chez lui.

Mais ils étaient en procédure de divorce, donc oui, ils ne devait plus vraiment compter l'un pour l'autre.

Il y en a comme ça qui ne peuvent pas vivre sans boniche. Il faut vite remplacer le petit personnel.

Portrait de Harriet
15/octobre/2021 - 17h13
ΙΧΘΥΣ a écrit :

A partir de quels éléments du coup ?

Probablement en raison d'un faisceau d'éléments qui cumulés ... en font le principal suspect ...

Ce n'est pas inédit ... similitudes avec l'affaire Viguier : une disparition , un corps jamais retrouvé, pas d'aveux  mais pourtant  un procès ... 

Portrait de ΙΧΘΥΣ
15/octobre/2021 - 16h53
Harriet a écrit :

Il a été mis en examen pour "meurtre aggravé" sur conjoint ... et ne pourra qu'être reconnu coupable (éventuellement) à l'issue de son procès ...

A partir de quels éléments du coup ?

Portrait de MICMAH458
15/octobre/2021 - 15h58

Son épouse ne devait déjà plus trop compter pour lui : elle disparaît en décembre, et en avril il a une nouvelle compagne.  Je dis bravo l'artiste, c'est rapidement bien joué dans le timing.

Portrait de vraimentcompliqué2
15/octobre/2021 - 15h45
Lexpertdelamaisonmere a écrit :

S'il est innocent cette affaire va être source de films pour l'éternité.

Netflix va lui faire une offre illico

Portrait de Lexpertdelamaisonmere
15/octobre/2021 - 12h10

S'il est innocent cette affaire va être source de films pour l'éternité.

Portrait de Harriet
15/octobre/2021 - 09h46
Nerfertiti a écrit :

Je ne sais pas s'il l'a tué ou pas. mais Il y a quelques incohérences que tout le monde pourraient faire sinon il aurait été déjà inculpé. là, il n'est qu'en prévisoire ce qui veut dire qu'ils n'ont pas de quoi l'inculper 

Pas de trace de sang dans la maison, pas de trace de sang dans la machine à laver, pas de trace de sang dans l'eau de la machine à laver. En même temps, s'il l'a étranglé par exemple, ils n'auront pas de trace de sang

Pas de témoin qui l'aurait vu sortir et rentrer de chez lui cette nuit là

En fait, ils n'ont que quelques preuves indirectes faites par extrapolation.

Pas de corps mais même s'ils trouvent le corps aujourd'hui, au bout de 10 mois ce serait un squelette. En plus, ce n'est pas une preuve que ce soit lui qu'il l'aurait tué 

 

Il a été mis en examen pour "meurtre aggravé" sur conjoint ... et ne pourra qu'être reconnu coupable (éventuellement) à l'issue de son procès ...

Portrait de Nerfertiti
15/octobre/2021 - 08h47

Je ne sais pas s'il l'a tué ou pas. mais Il y a quelques incohérences que tout le monde pourraient faire sinon il aurait été déjà inculpé. là, il n'est qu'en prévisoire ce qui veut dire qu'ils n'ont pas de quoi l'inculper 

Pas de trace de sang dans la maison, pas de trace de sang dans la machine à laver, pas de trace de sang dans l'eau de la machine à laver. En même temps, s'il l'a étranglé par exemple, ils n'auront pas de trace de sang

Pas de témoin qui l'aurait vu sortir et rentrer de chez lui cette nuit là

En fait, ils n'ont que quelques preuves indirectes faites par extrapolation.

Pas de corps mais même s'ils trouvent le corps aujourd'hui, au bout de 10 mois ce serait un squelette. En plus, ce n'est pas une preuve que ce soit lui qu'il l'aurait tué 

 

Portrait de vraimentcompliqué2
15/octobre/2021 - 08h00
Valentin130598 a écrit :

Il y a trops d'incohérences dans son récit! 

Certes mais... Toujours pas de corps et aucun début de preuve. Soit il a commis le crime parfait  soit... il est totalement étranger à cette disparition. Cela va être compliqué, en l'état actuel de l'enquête, de ne pas accéder à sa troisième demande de mise en liberté.