09/10/2021 08:02

#MeTooThéâtre: Le tweet d'une critique de théâtre affirmant avoir été violée par un comédien enflamme les réseaux sociaux et déclenche une vague de dénonciations

Nouvel acte dans le #MeTooThéâtre: le tweet d'une vidéaste et critique de théâtre affirmant avoir été violée par un comédien a enflammé  les réseaux sociaux, la jeune femme appelant les victimes d'agressions sexuelles dans le milieu du théâtre à témoigner. "J'ai été violée par un comédien de la Comédie-Française pendant le premier confinement, pendant que je faisais un malaise. Il est toujours membre de la Comédie-Française, même si la direction est au courant d'une plainte déposée".

Posté jeudi soir le tweet de Marie Coquille-Chambel a été le point de départ d'une vague de soutien et témoignages. "J'invite toutes les personnes harcelées sexuellement, agressée ou violées dans le milieu théâtral à témoigner avec le hashtag #metootheatre", poursuivait-elle dans un deuxième tweet, amplement partagé.

La jeune femme a reçu le soutien de l'élue écologiste Alice Coffin: "Immense soutien et admiration à toutes les personnes qui témoignent pour #MeTooTheatre", a posté la militante féministe, précisant qu'elle interviendrait "en Conseil de Paris la semaine prochaine à ce sujet".

Marie Coquille-Chambel, qui anime une chaîne Youtube sur le théâtre, avait déjà secoué le milieu du théâtre lorsqu'elle avait affirmé en juin 2020 avoir porté plainte après avoir été frappée à trois reprises et menacée de mort par un acteur de la Comédie-Française.

Le comédien, qui était son ancien petit ami, avait été finalement condamné en juin 2021 à six mois d'emprisonnement avec sursis pour ces menaces de mort. On ignore si cette affaire est liée au témoignage posté jeudi par la jeune femme sur Twitter. "Je crois que l'omerta n'est plus possible dans le théâtre et je refuse qu'une autre puisse subir de telles violences", avait indiqué Marie Coquille-Chambel.

Depuis le déclenchement du mouvement #MeToo en 2017, plusieurs scandales ont secoué le milieu du théâtre français. Eclaboussé par une affaire de viol présumé, le metteur en scène Jean-Pierre Baro avait quitté la direction du Théâtre des Quartiers d'Ivry (Val-de-Marne), sous la pression publique et d'une grève du personnel de l'établissement appelant à sa démission.

Au printemps, des dizaines de personnes avaient manifesté devant les locaux du Cours Florent à Paris pour dénoncer le "silence" de la prestigieuse école privée de théâtre face à des abus présumés de certains de ses professeurs, affirmations contestées par l'institution.

Ça peut vous interesser

Ailleurs sur le web

Vos réactions

Portrait de renelle
9/octobre/2021 - 16h58
Tomy Roose a écrit :

Le soutien d'une fiente comme Coffin est de mauvaise augure ...

elle ne pouvait trouver pire soutien en effet 

Portrait de jenrisdeveau
9/octobre/2021 - 09h22

T'es une femme et on a voulu t'embrasser à l'insu de ton plein gré.. et pile poil au moment où ton méchant patron t'expliquais que tu avais plus d'avenir au mini-golf que dans ton boulot ? Mec, toi aussi, tu fais 2 mètres, tu pèses 135 kg, tu déplaces un minibus par la seule force de la pensée, mais on t'a agressé sexuellement? ... Bon sang mais c'est bien sûr!!! Tu as forcément été paralysé par ce fameux effet de sidération... bancaire ; bien connu de tous les psys et de tous les avocats américains!!!